tournée

Franchissements de la Loire : la droite découvre tardivement les choses

Communiqué de presse du Front national (FN) de Loire-Atlantique

La présentation du futur schéma routier d’intérêt régional, annoncée pour l’automne, donne à la nouvelle majorité l’occasion de préciser sa politique. S’agit-il, en définitive, d’une rupture par rapport au tandem Auxiette-Clergeau, qui présida le conseil régional pendant six ans ? Si les annonces récentes sur la nécessité de nouveaux franchissements de la Loire sont suivies d’effets, elles constitueraient un profond changement. Mais sur ce sujet, la droite découvre tardivement les choses …

Une fois encore, le Front national avait donné le « La ». Pour notre formation, la campagne des élections régionales fut l’occasion de présenter un programme exhaustif, avec, concernant l’aménagement territorial ligérien une vision de long terme, sans dogmatisme. Et à ceux qui disaient « Nouvel aéroport, pas de franchissements », nous répondions « Franchissements, quoi qu’il advienne ! ».

Conditionner l’idée de nouveaux franchissements de la Loire au projet de nouvel aéroport Grand Ouest, ou même, vouloir cet aéroport coûte que coûte, sans se questionner sur les franchissements de la Loire — ce qui fut un temps la position de l’actuelle majorité, alors dans l’opposition — revient à une malice ou une étourderie qui pèsent lourd sur le développement économique de notre région. Alors que les ponts de Cheviré et de Saint-Nazaire sont saturés, et n’offrent pas d’alternatives en cas de graves avaries (tempêtes, séismes…), il faut impérativement de nouveaux franchissements.

A minima, un pont intermédiaire, entre Paimbœuf et Lavau-sur-Loire, s’impose, pour délester le trafic. Nous le proposions durant les régionales. Un second pont pourrait également s’avérer nécessaire, en amont de Nantes, vers Ancenis. Il en coûterait un milliard d’euros. Mais la Loire-Atlantique et les Ligériens le méritent.

Référendum à venir sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

CNE-650-325px-NDDL

Le Collectif Nouvelle écologie approuve la décision d’organiser, d’ici la fin de l’année 2016, un référendum local concernant le projet d’aéroport Grand Ouest de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Dès sa mise en place, en avril dernier, notre antenne de Loire-Atlantique proposait dans son appel fondateur l’organisation d’une consultation populaire à ce sujet.

Nous rappelons que ce projet d’aéroport est inutile, coûteux et destructeur de l’environnement. En effet, les investissements nécessaires seraient d’au moins 4 milliards d’euros, alors que des réaménagements techniques de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, à Bouguenais, coûteraient dix fois moins. L’aéroport de Nantes pourrait avec une seule piste tripler le nombre de passagers transportés, comme le démontrent les flux de passagers transportés à Genève, Stuttgart ou San Diego.

Les patriotes le comprennent et le disent, depuis 2009. Mais en face, que disent les écologistes ? Ils s’opposent officiellement au projet d’aéroport. Cependant, au nom de leur rejet du triptyque commune-département-État, par préférence pour l’ensemble intercommunalité-métropoles-Europe, ces écologistes de façade appuient comme personne la métropolisation de Nantes. Or, si celle-ci préexiste à cet aéroport, fatalement, elle serait d’autant plus aggravée s’il venait à être construit. C’est sans parler, bien sûr, du ralliement systématique des écologistes locaux aux socialistes, à chaque scrutin, dans chaque majorité, ou chaque fausse opposition, comme aujourd’hui après la perte de la Région par la gauche. Ne soyons dupes de rien !

Bien loin de ces double-discours, le Collectif Nouvelle écologie prône un arrêt du projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes, pour des motifs tant environnementaux qu’économiques. En Loire-Atlantique, comme dans l’Ouest, la priorité n’est pas là ! Elle est dans les vraies infrastructures d’avenir : nouveau franchissement de la Loire, réfection des gares et des lignes ferroviaires rurales, etc.

Ce vote sera donc l’occasion, pour le peuple, de s’exprimer souverainement sur ce projet. Dans le semestre à venir, le Collectif Nouvelle écologie accompagnera cette campagne référendaire en expliquant pourquoi ce projet d’aéroport ne rend service à personne. Aujourd’hui en France, seul le Front national défend une démocratie véritable, dans le cadre de référendums réguliers sur les sujets les plus importants. Ce qui existe aujourd’hui concernant un aéroport doit exister demain au niveau national.

Reste, pour le Gouvernement, à définir le périmètre de cette consultation. Le Collectif Nouvelle écologie appelle à ce que celle-ci concerne les cinq départements des Pays de la Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée), les enjeux de cet aéroport dépassant de très loin la commune de Notre-Dame-des-Landes.

Gauthier Bouchet