Articles taggés serge laroze

À Toulouse, quel rôle va jouer le FN lors du premier tour des municipales ?

lepen_larozeAux législatives 2012, le FN avait concentré 12,43 % des votes en Haute-Garonne, un score jamais atteint. Il entend profiter des élections municipales pour confirmer cette dynamique. À Toulouse, Serge Laroze, crédité de 6 % dans le dernier sondage (du 25 février), a reçu samedi 15 mars le soutien de Jean-Marie Le Pen dans la dernière ligne droite. Pour le président d’honneur du FN, les municipales sont « les premières d’une série d’élections qui doit conduire à l’élection de Marine en 2017″.

L’enjeu est de taille pour le Front national lors de ces élections municipales. Absent en 2008, le FN compte faire un gros score pour engendrer une dynamique positive dans la perspective des élections européennes et, à plus long terme, de la présidentielle. En effet, selon Jean-Marie Le Pen, venu soutenir Serge Laroze, le scrutin à venir est « le premier d’une série d’élections qui doit conduire à l’élection de Marine en 2017″. Devant près de 500 personnes, le candidat Front national aux municipales de Toulouse a fustigé les « manifestations de haine » qui avaient lieu aux abords de la salle. Il a remercié « les LGBT, les antifas, No Pasaran, tous ces groupuscules qui nous font de la pub » ainsi que « les journalistes qui vont couvrir le meeting avec honnêteté ». Le tout sous les applaudissements nourris de la salle.

« Le FN incarne l’espérance »


Déjà tête de liste en 2001, Serge Laroze est crédité de 6 % dans le dernier sondage en date du 25 février. Mais il en est persuadé, « le FN sera au second tour ». Conscient de l’enjeu de réaliser un bon score dans une ville plutôt hostile au Front national, Jean-Marie Le Pen est venu soutenir le candidat toulousain. « J’ai beaucoup participé à ces élections. J’ai visité près de 50 fédérations depuis septembre car ce ne sont pas des élections ordinaires. La situation de la France est dramatique. Le FN incarne l’espérance et nous avons une obligation de succès. » Il a par ailleurs rappelé que « les sondages européens nous donnent en tête ». Une Europe qu’il tient pour responsable de beaucoup de maux. « Nous voulons redevenir maître chez nous », a-t-il déclaré, avant de pointer du doigt « l’immigration qui nous ruine ».

De son côté, Serge Laroze a détaillé les grandes lignes de son programme, mettant en avant « la montée de l’insécurité, du chômage, de la pauvreté, de l’immigration, de la pédophilie (…) à Toulouse comme en France. Ce n’est pas une catastrophe naturelle, mais la conséquence des politiques menées par l’UMPS depuis 40 ans. La sécurité n’est plus assurée. Sa solution ? « La tolérance zéro, des forces de polices renforcées, soutenues, et une surveillance renforcée. » Les incivilités et agression ne seraient selon Serge Laroze que « la conséquence de politiques laxistes qui ont conduit à la suppression de la peine de mort, de la prison à perpétuité… »

« Toulouse, capitale du djihad »
Sur les thématiques sociétales, Serge Laroze a défendu les valeurs de la famille, « attaquées de toute part. Mariage homosexuel, gestation pour autrui, théorie du genre, nous ne nous laisserons pas laver le cerveau », a-t-il assuré. S’il déclare que « la France est le pays le moins raciste et le moins antisémite du monde », il a une nouvelle fois martelé que « Toulouse est la capitale du recrutement pour le djihad ». Avant de lâcher, sous les hourras et les applaudissements : « Non au hallal, oui à la saucisse de Toulouse. »

Dans la droite ligne des positions défendues par Marine Le Pen, Serge Laroze souhaite que « les aides sociales aillent en priorité aux familles françaises ». « La région et la ville connaissent une forte immigration. Les Espagnols, Italiens, Polonais, de culture et de tradition similaire, ont été une chance pour la France. Ils ont servi sous nos drapeaux, ils ne l’ont pas brûlé, a-t-il souligné. Il faut combattre le communautarisme. » Enfin, Serge Laroze veut « s’opposer à l’autophobie mise en place par Pierre Cohen. Les différents modes de transport doivent cohabiter. » Il souhaite également « repousser les péages à l’entrée de Toulouse de 20 km », assurant que « si Toulouse était en Corse, la question serait réglée depuis longtemps ».

Source : Objectifnews

Toulouse Bleu Marine : Grand Meeting de Jean-Marie Le Pen avec Serge Laroze

invitation banquet-meeting-toulouse2014 (1)

 

affiche définitive meeting

Communiqué de presse de Serge Laroze – Tête de liste « Toulouse Bleu Marine »

Laroze-300x218Communiqué de Presse de Serge Laroze - Tête de liste « Toulouse Bleu Marine » 

Les mots rapportés dans les colonnes de la « Dépêche du Dimanche » du 2 mars 2014, à Pierre  Cohen à l’égard de Monsieur Moudenc: « son comportement et ses propos ne sont pas sans  rappeler les méthodes chères au Front National », suscitent quelque interrogation de ma part et  l’indignation des adhérents et des électeurs du Front National, qui se sentent inutilement insultés.

Je pense pourtant avoir fait preuve durant cette campagne municipale, de courtoisie à l’endroit de Monsieur Cohen.

Je n’ai pas mentionné le fait que ses méthodes à lui, consistent à éviter le débat public, de peur sans doute que les toulousains ne le voient tel qu’il est.
Dois-je rappeler à Monsieur Cohen, qui appartient au parti politique qui a battu le record du  chômage et de l’Insécurité, qu’il est sage de tourner sept fois sa langue dans sa bouche avant d’insulter ses adversaires politiques ?
Dois-je rappeler que Monsieur Cohen est arrivé dernier en matière d’urbanisme et de sécurité,  dans le classement des meilleurs maires de France publié la semaine dernière par l’hebdomadaire  « l’Express » ?

Dois-je rappeler à nos concitoyens que ce même magazine, dans son baromètre de la délinquance des différentes villes de France paru en novembre dernier, classait Toulouse dans les toutes dernières positions ?
Devrais-je rappeler à Monsieur Cohen, la plainte déposée auprès du Procureur de la République par le représentant syndical FAFPT à la Communauté Urbaine de Toulouse, contre la Mairie et la Métropole de Toulouse pour usage abusif des voitures de service par les chefs desdits services, qui les utilisent pour leur usage personnel, week-end compris ?

Plutôt que l’invective par voie de presse, je suggère à Monsieur Cohen de trouver enfin le courage de venir affronter le Front National dans le débat d’idées auquel il fait référence, mais dont il est systématiquement absent, au point que les toulousains pourraient finir par se demander s’il ne craint pas d’y perdre de sa superbe.

Municipale de Toulouse : grand meeting de Jean-Marie Le Pen avec Serge Laroze

affiche définitive meeting

 

invitation banquet-meeting-toulouse2014 (1)

A Toulouse, le FN en embuscade

Jusqu’au second tour des municipales, le JDD s’associe avec sept écoles de journalisme : retrouvez chaque jour un reportage vidéo des étudiants de Lille, Strasbourg, Grenoble, Cannes, Toulouse, Tours et Lannion. Aujourd’hui, les étudiants de Toulouse s’intéressent à la montée du Front national dans leur ville.

Le Front national au second tour des élections municipales à Toulouse ? Une hypothèse difficilement envisageable jusqu’à aujourd’hui. Pourtant, la liste du Rassemblement Bleu Marine emmenée par Serge Laroze, est créditée de 8% dans les derniers sondages, quand il faut 10% des voix pour accéder au second tour. Absent en 2008 de la course aux municipales dans la « ville rose », le Front national compte bien jouer les trouble-fêtes en cas de triangulaire.


Signe que le FN n’est plus « tabou » à Toulouse : la réinstallation en plein centre-ville d’une permanence du parti et la venue de Marine Le Pen le 18 janvier dernier.

Pour le moment, le programme de Serge Laroze se fait toujours attendre. Dans l’entourage du candidat, on préfère même parler de « projet pour Toulouse ». Immigration, sécurité ou « islamisation » de la France.

Source : JDD

Marine Le Pen à Blagnac « Je suis convaincue que le Front National passera la barre des 10% à Toulouse »

Reportage de France 3 Midi-Pyrénées sur la visite de Marine Le Pen, Présidente du Front National à Blagnac pour soutenir les têtes de liste aux municipales de 2014 dans le département, dont Serge Laroze pour Toulouse, André Bernardini pour Blagnac, Jean-Pierre Jarton pour Tournefeuille et Claude Galiana pour Martres-Tolosane.


Marine Le Pen à Blagnac « Je suis convaincue… par FrontNational31

Toulouse : revivez le grand débat sur France Inter avec Serge Laroze (FN), Jean-Christophe Sellin (FDG), Antoine Maurice (EELV)


Le grand débat sur France Inter : Première… par FrontNational31

 


Le grand débat sur France Inter : Seconde… par FrontNational31

Serge Laroze – Toulouse « Le désespoir en politique est une sottise absolue »

Serge_Laroze©Franck_Alix_201Serge Laroze est le porte étendard de la vague Bleu Marine à Toulouse. Engagé au Front National depuis 1981, l’aîné des candidats s’engage dans la campagne municipale avec détermination et optimisme.

Serge Laroze, vous menez la liste du Front National « Toulouse Bleu Marine » pour les élections municipales de mars, comment faites-vous campagne ?

D’abord je crois que Monsieur Hollande et son équipe font campagne pour nous ! C’est très bien. Léonarda, les roms, le rapport sur l’intégration… Ces affaires nous amènent chaque semaine beaucoup de monde. Ils travaillent beaucoup pour nous ! Nous existons depuis quarante ans et sommes très fidèles à nos analyses, à ce que nous pensons et ce d’autant plus dans la mesure où nous nous apercevons que nous avons raison. Un grand mouvement de Français ouvre les yeux sur la situation réelle de la France et constate que des gens les préviennent depuis un certain nombre d’années. Les Français sont excédés. Et ceux qui ne nous aiment pas, ne peuvent pas arrêter ce mouvement.

Et sur le terrain…

La campagne c’est la presse, la radio, la télévision. Nous aurons la visite de Marine Le Pen le samedi 18 janvier à Toulouse. Nous partagerons la galette des Rois, puis nous tiendrons un meeting au mois de mars. Nous tractons, affichons, avons deux journaux de campagne, et disposons d’un site internet. Je prépare également un mot croisé sur le thème des élections municipales qui sera sur un journal de campagne. Cela a un côté humoristique.

Quelles sont vos idées phares ?

Tout d’abord la sécurité. Je rigole lorsque j’entends Monsieur Cohen et Monsieur Moudenc en parler et dire que c’est leur priorité. Ils ont voté toutes les lois qui nous ont amenés à la situation actuelle. On ne résout pas les problèmes avec les gens qui les ont créés. Suppression de la peine de mort, de la perpétuité, de la cour de sûreté de l’Etat, de l’inculpation, de la légitime défense car les personnes qui se défendent se retrouvent au trou… Ce qui faisait la défense des honnêtes gens a été défait, cassé. Les gens se serrent la ceinture. Il faut baisser la fiscalité en évitant les dettes supplémentaires. On ne laisse pas de la dette à ses enfants. Nous parlons aussi de l’urbanisation, des commerces de proximité ou encore des logements sociaux, car nous revenons aux années soixante en pire. On déverse des millions dans les quartiers dits sensibles alors qu’en ville, dès que l’on sort des grandes artères, il y a des immeubles qui tombent en ruine.

Mais parlons également de la circulation à Toulouse, du choix du tout piéton et de la haine pour l’automobiliste de Monsieur Cohen. La politique du tramway est catastrophique, il abîme les allées Jules Guesde qui étaient jolies et qui permettaient de garer des voitures. A ce propos, je suis favorable à une troisième ligne de métro. Il y a aussi des choses à faire pour la culture. Je trouve qu’une culture d’Etat, c’est un peu soviétique ! Nous pouvons aussi faire plus pour le rayonnement de la ville. Nous présenterons bientôt un projet aux Toulousains, une charte en dix points et pour les grands projets, nous ferons des référendums.

Si les Toulousains vous élisent maire, quelle sera votre première action ?

On ne peut pas faire de grandes choses tout de suite. Pour commencer, je prendrai connaissance des dossiers même s’ils ne me sont pas inconnus, du personnel municipal, de l’organisation et de la manière dont le tout est structuré. Ensuite je mettrai en place ce que je viens de vous dire… Je ne fais pas de promesses de programme, je les laisse aux Sarkozy et Hollande, j’ai un projet pour Toulouse. Et je m’attacherai surtout à faire en sorte que les toulousains vivent au mieux dans la ville.

Pensez-vous que la campagne sera respectueuse ?

J’espère que cette campagne sera à armes égales, patriote et sincère.

Propos recueillis par MA Espa

Mini CV

Serge Laroze est ingénieur aéronautique de formation. Il a été professeur à Sup’Aéro Toulouse de 1968 à 2004. Il exerce actuellement en tant qu’ingénieur conseil dans un cabinet privé. Il adhère au Front National en 1981 dont il est membre du Comité Central et du Conseil Scientifique. Il fut également Conseiller régional de Midi-Pyrénées de 1992 à 2010. En 33 ans d’engagement politique, il a soumis vingt-huit fois sa candidature au suffrage universel.

Source : Le Journal Toulousain

Serge Laroze interviewé par France Bleu Toulouse

serge-laroze12C’est l’inconnue du deuxième tour des élections municipales de mars à Toulouse. Serge Laroze, du Front national, le tête de liste Toulouse Bleu Marine dans la ville rose, est l’invité de France Bleu Toulouse Matin ce mercredi. Il est interrogé par Jean Marc Perez.

Serge Laroze présente une liste « Toulouse Bleu Marine », c’est à dire « ouverte à des gens qui ne seraient pas Front national, mais qui partageraient l’essentiel de nos analyses et de nos propositions« , dont la composition sera dévoilée « en février« .

Au micro de Jean-Marc Perez, le candidat Front national estime qu’il y a, « à Toulouse, un mouvement d’opinion vers nous qui est évident« .

La liste Bleu Marine franchira-t-elle la barre de 10% des suffrages exprimés, barre fatidique pour accéder au second tour des élections municipales ? « Je n’ai aucune crainte quant aux 10%. Nous serons au 1er tour bien au-delà« , explique-t-il.

Réécouter l’intégralité de l’interview de Serge Laroze en cliquant sur l’image

fd

Marine Le Pen à Toulouse le 18 janvier

Serge Laroze annonce également la venue de Marine Le Pen, à Toulouse, le 18 janvier prochain, pour lancer soutenir la campagne du Front national dans la ville rose.

 Source : France Bleu Toulouse

 

Serge Laroze : « La sécurité, première des libertés, devra être rétablie dans le grand Toulouse »

300-serge larozeTribune de Serge Laroze, Candidat du Rassemblement Bleu Marine aux élections municipales de Toulouse.

Les Toulousains, comme les autres Français, sont excédés de constater, chaque jour davantage, les conséquences catastrophiques des politiques menées depuis quarante ans, tant par la droite que par la gauche : racket fiscal, chômage, précarité, cherté de la vie, insécurité… ne cessent de s’aggraver.

Élus à la mairie de Toulouse, que nous ayons la majorité ou que nous soyons dans l’opposition, nous œuvrerons pour améliorer la vie des Toulousains.

La sécurité, première des libertés devra être rétablie dans le grand Toulouse: soutien, formation et armement des policiers, augmentation de leurs effectifs et de la vidéo surveillance. Nous exigerons la tolérance zéro, tous les délits doivent être sanctionnés, du petit vandalisme à la grande criminalité. Vols, cambriolages, agressions, trafics de drogue et d’armes doivent être poursuivis et sévèrement punis.

Les Toulousains doivent se serrer la ceinture ? La mairie de Toulouse aussi ! Nous ferons baisser les impôts municipaux en supprimant les dépenses inutiles, les gaspillages, les grands travaux non indispensables, les subventions clientélistes à des centaines « d’associations lucratives sans but ». Les commerçants, artisans, professions libérales animent et font vivre nos quartiers; on ne se promène pas dans des rues sans boutiques ! Nous les défendrons face à la concurrence des grandes surfaces périurbaines et permettrons l’accès de tous au centre-ville. Le « Tout piéton » n’est pas la solution pour les personnes âgées, les handicapés et les riverains.

Nous refusons également la politique du « Tout tramway » projetée par l’actuelle municipalité et, en particulier la ligne sensée relier Matabiau à Aussonne qui défigurerait Saint Cyprien, Patte d’Oie, Étienne Billière et Lardenne. Nous pensons qu’il faut doter Toulouse d’un véritable réseau de métro, sans aucune nuisance. Certes c’est plus coûteux et les travaux devront être étalés dans le temps. La politique actuelle « autophobe » a déjà supprimé quatre mille places de parking et dix kilomètres de voies pour les voitures. La cohabitation bus/voitures doit être revue. Nous voulons aussi relancer la construction de parkings souterrains, qui ont l’avantage de s’autofinancer.

La municipalité devrait donner l’exemple de la modération des prix: les quatre péages d’autoroute aux portes de la ville, cas unique en France, devront être éloignés. Quant aux parkings payants, ils sont les plus chers de France avec ceux de Paris (4€ pour une demi-heure au P0 de Blagnac, 19€ pour une demi-journée à Saint Georges). Quant à la licence de taxi à 200000€, véritable racket, elle est en partie responsable de la cherté de ceux-ci.

La mairie pourrait jouer un rôle positif dans l’économie locale, par exemple en confiant les grands travaux comme celui du tramway Garonne à des entreprises de BTP locales plutôt qu’espagnoles; nous aimons bien les Espagnols mais eux ne font appel à aucune entreprise de BTP française. On aurait pu aussi confier le métro à Alstom plutôt qu’à Siemens, les Allemands ne faisant pas appel aux Français pour leur métro. La concurrence étrangère, oui, mais loyale et sous réserve de réciprocité.

Immigration ? Sa politique est définie par le gouvernement à Paris mais le maire donne son avis sur les dossiers de naturalisation, d’attribution des logements sociaux et d’aides en tout genre. Les ménages français sont souvent oubliés. Nous voulons mettre un terme à l’actuelle « politique de la ville » qui consiste à déverser des millions sur les quartiers dits « sensibles » au détriment des autres quartiers.

Crise du logement ? Elle résulte de la pauvreté, voire de la misère en progression constante dans notre ville comme partout en France. Si les foyers français pouvaient vivre confortablement de leur travail, ils pourraient se loger sans l’aumône de l’Etat et pourraient envisager l’acquisition de leur logement.

Urbanisme et construction ? On est revenu à l’architecture des années 60 en pire. Toulousains, si ce n’est déjà fait, allez visiter les nouveaux quartiers de Borderouge, Montaudran ou du métro Ramonville. Nous voulons respecter dans toutes les constructions à venir, les styles, matériaux et proportions de la tradition architecturale locale.

Dans notre « Projet pour Toulouse » disponible dans quelques semaines, nous développerons tous les aspects du programme que nous voulons voir mettre en œuvre dans notre ville.

Source : Toulouse Infos

Municipale Toulouse -Reportage sur la candidature de Serge Laroze

Reportage de TLT (Télé Toulosue) du 16 décembre 2013


Reportage sur Serge Laroze au JT de TLT (16/12/13) par FrontNational31

Julien Léonardelli (FN Haute-Garonne) « Nous nous maintiendrons au second tour ! »

Julien_Leonardelli_2013-300x161Il est jeune, pas encore trentenaire, et plutôt proche d’un certain Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen. Sa mission : Structurer l’appareil FN en Haute-Garonne pour les conquêtes futures. Un service commandé par le national en vue notamment des prochaines européennes, échéance prisée par le « Rassemblement Bleu Marine »… Julien Léonardelli, tout nouveau secrétaire départemental du FN, profite de cette interview pour mettre la pression sur Jean-Luc Moudenc, « s’il veut discuter avec nous, il n’y a aucun problème. » Car pour la première fois, le FN est au centre de l’élection municipale toulousaine et vise le second tour avec sa tête de liste Serge Laroze.

Quelles sont aujourd’hui les villes pour lesquelles vous avez la certitude que le Front National sera présent au premier tour des prochaines municipales ?

Toulouse et Tournefeuille pour lesquelles nous avons des listes complètes mais pas fermées. Des listes sont quasiment bouclées sur Saint-Gaudens, Martres-Tolosane, Fonsorbes, Blagnac, Bouloc et Grenade. Quant à Muret et Colomiers, nous mettons tout en œuvre pour être en capacité de nous présenter ; un porte-à-porte est en cours pour nous permettre de rencontrer un maximum de personnes dans cette perspective. Rappelez-vous qu’en 2008, le FN n’avait présenté aucune liste dans tout le département. Nous ne pouvons donc que constater la montée en puissance de notre mouvement…

L’UMP toulousaine craint votre présence au deuxième tour…

Jean-Luc Moudenc met en garde les électeurs toulousains face au vote FN, mais je ne suis pas surpris de cette méthode qui est habituelle à l’UMP. Il reprend à son compte une stratégie nationale, qui d’ailleurs ne fonctionne plus. Je voudrais rappeler à Mr Moudenc, qu’en 2008 le FN n’était pas présent à l’élection municipale et cela n’a pourtant pas empêché Pierre Cohen de l’emporter.

Pourtant le dernier sondage démontre bien qu’en cas de triangulaire, Pierre Cohen verrait son écart grandir avec son opposant ?

Il ne s’agit que de sondages… Mais une chose est certaine : Nous nous maintiendrons au second tour ! A Toulouse et ailleurs. De toute façon Cohen et Moudenc, c’est bonnet blanc, blanc bonnet. Courant janvier, nous présenterons un projet pour la ville et l’agglomération aux électeurs, et vous verrez que sur certains points nous serons d’accord soit avec Pierre Cohen soit avec Jean-Luc Moudenc. Nous sommes ouverts et si éloignés de ce système UMPS. Nous incarnons la troisième voie pour le Capitole, et l’objectif est d’obtenir un maximum d’élus.

« On ne se mettra pas à genoux devant Mr Moudenc »

 

Mais pas de gagner donc ?

Nous sommes lucides, et nous savons que nous partons de zéro. Mais nous ne ferons aucun cadeau, et le FN a toute sa place au sein du conseil municipal de Toulouse. Il faut qu’une autre voix se fasse entendre au sein de cette assemblée, et on ne se mettra pas à genoux devant Mr Moudenc pour éviter que Pierre Cohen passe !

Vous ne plierez donc pas à la pression exercée par l’UMP à votre égard ?

C’est plus que clair. Mais si Mr Moudenc veut discuter avec nous, il n’y a aucun problème. On se met autour de la table et on fait une fusion de listes… S’il veut remporter l’élection avec la force du Front National et du Rassemblement Bleu Marine, nous n’y voyons aucun inconvénient. Mais je pense que Jean-Luc Moudenc n’aura pas le courage de le faire ; il a sans doute peur de se faire taper sur les doigts par ses hauts-dirigeants. Ses chefs. Encore faudrait-il que l’UMP ait vraiment un chef !

La balle est donc chez Jean-Luc Moudenc ?

Complètement, mais cela reste aux Toulousains de choisir qui sera au Capitole pour les représenter. Pas aux appareils politiques.

Serez-vous vous-même sur la liste de Serge Laroze ?

Je ne peux pas vous le dire pour l’instant.

La Haute-Garonne n’a jamais vraiment été une terre favorable à vos couleurs. Les choses changeront-elles en mars prochain ?

Nous sommes clairement dans un bastion du radical-socialisme, mais cela est en train d’évoluer sans que les élites locales ne s’en rendent compte. D’ailleurs, il y a un vrai dynamisme qui est en train de se créer dans notre fédération… Dans le Comminges, le Frontonnais, le Lauragais et même à Toulouse intramuros, le nombre de nos militants ne cesse de progresser. Cette dynamique touche tous les milieux sociaux et tous les âges. La politique nationale nous aide car il y a beaucoup de nos concitoyens qui sont déçus d’avoir voté Hollande en 2012, et qui regrettent de ne pas avoir soutenu Marine Le Pen. Ceux-là se réservent donc une revanche.

Il semblerait que vous auriez pris localement vos distances avec certains cadres de votre fédération supposés être proches de groupuscules d’extrême-droite tels que l’Œuvre française…

En effet toutes ces personnes ont été écartées de notre mouvement.

C’est une volonté assumée ?

Quand on ne porte pas les mêmes valeurs que nous, on n’a rien à faire au Front National, c’est très clair. Que toutes ces personnes le comprennent bien ! Le Front National n’a rien à voir, ni de près ni de loin avec ces groupuscules-là. Nous n’avons aucune sympathie pour eux.

A Saint-Alban votre tête de liste, Nadia Portheault, a quitté votre parti en pointant du doigt certains agissements en interne. Depuis l’affaire est portée devant les tribunaux, et tout le monde porte plainte contre tout le monde. Que s’est-il vraiment passé ?

Nous portons plainte pour diffamation contre le couple Portheault car nous condamnons leurs propos. Ils n’ont pas été tenus au sein de notre fédération. Qu’ils nous apportent la preuve qu’ils ont été tenus, et par qui. C’est maintenant à la justice de faire son travail et s’il s’avérait que l’un de nos membres ait dérapé, il serait automatiquement exclu de notre mouvement. Nous serions alors intransigeants.

Source : Le Journal Toulousain

Violences et débordements à Toulouse : Communiqué de presse du Front National de Haute-Garonne

julien_leonardelli_front_nationalCommuniqué de presse de Julien Leonardelli, secrétaire départemental du Front National de Haute-Garonne

Le Front National de Haute-Garonne condamne les actes de violences et les débordements qui ont eu lieu mardi 19 novembre dans la soirée à Toulouse.

Comme en 2009, Toulouse est victime de prise de rues et d’humiliation suite au match de qualification de football de l’équipe d’Algérie.

En effet, sous les yeux des policiers et des CRS, des individus ont « escaladé la façade du Capitole pour accrocher le drapeau algérien au balcon », relate la Dépêche du midi.

Bilan « connu » de la soirée : 2 blessés, 12 voitures incendiées, station de métro Jean Jaurès fermée à minuit.

Cela n’est plus possible !

Profitons des élections municipales de mars prochain pour apporter à Toulouse le vrai changement qu’elle a besoin.

Avec Serge Laroze et la liste Toulouse Bleu Marine, donnons à la police municipale les moyens d’agir et de faire respecter l’ordre public.

Toulouse : Serge Laroze en débat sur France 3 Midi-Pyrénées le samedi 9 novembre

France 3 Midi-Pyrénées organise en direct ce samedi à 11h00 le premier grand débat des élections municipales 2014 à Toulouse. 

la-voix-est-libre

A moins de 5 mois du premier tour, Le tête de liste de Toulouse Bleu Marine, Serge Laroze, qui est en possibilité d’accéder au 2nd tour, fera face à d’autres têtes de liste toulousains. 

Municipale à Toulouse : c’est Laroze l’important !

Laroze-300x218Serge Laroze est satisfait. Avant même d’avoir lancé sa campagne, la tête de liste du FN s’invite comme le troisième homme dans le débat des municipales à Toulouse. Pour la première fois, un sondage a pris en considération l’hypothèse de sa qualification pour le deuxième tour de l’élection. Sans être assuré à 100% de passer la barre fatidique des 10% des votants au premier tour en raison de la marge d’erreur affectée à cette enquête téléphonique menée du 28 au 30 octobre auprès de 704 personnes, cet indéfectible fidèle de Jean-Marie Le Pen peut espérer, à 75 ans, décrocher un siège au Capitole avec un ou deux de ses colistièr(e)s encore inconnu(e)s à ce jour.

De « Ras le Front » au raz de marée

« Les sondages nous ont toujours sous-estimé. Je n’ai aucun doute sur notre présence au deuxième tour », affirme Serge Laroze. Vieux routier des campagnes électorales du FN en Haute-Garonne, il estime que son score final oscillera entre 11 et 12%. Serge Laroze ne prévoit pas de présenter sa liste avant le début de l’année 2014, mais il se frotte déjà les mains à l’annonce de la constitution d’un « comité de vigilance » contre l’extrême-droite, regroupant syndicats et partis politiques de gauche sous l’égide de la Ligue des Droits de l’Homme dans le département.

« Ils ne nous font pas peur, ils nous font de la pub »

« On est habitués. Ils ne nous font pas peur, ils nous font de la pub », sourit la tête d’affiche du parti frontiste, évoquant avec presque un brin de nostalgie la création à Toulouse des « sections carrément anti-Le Pen » (Scalp) dans les années 80. Après les années « Ras le Front », Serge Laroze espère un futur « raz de marée » mariniste aux prochaines élections en surfant sur le ras-le-bol des électeurs.

La « bouée de sauvetage de Cohen »

Face à « la déferlante » Bleu Marine annoncée par le candidat du FN, l’équipage UMP a aussitôt réagi en le présentant comme « la bouée de sauvetage de Pierre Cohen ». Pour Jean-Luc Moudenc, Serge Laroze a remplacé Christine De Veyrac, la candidate de l’UDI reléguée à 3% des intentions de vote selon l’IFOP, dans le rôle de « l’allié objectif » du maire sortant socialiste. Une triangulaire avec le FN sonnerait définitivement le glas des espoirs de revanche du candidat de l’UMP en 2014.

Serge Laroze serait-il l’assurance d’une victoire sans risque du PS à Toulouse ?

Le candidat du FN rejette ces soupçons en renvoyant dos à dos l’ancien et le nouveau maire. Après avoir réservé ces premières piques à Pierre Cohen, qui s’était déclaré « inquiet » de la montée du FN, Serge Laroze ne ménage plus Jean-Luc Moudenc, qualifié de « rigolo ».

Jugé jadis « courtois » parce qu’il acceptait de lui serrer la main, le candidat de l’UMP est désormais accusé de faire « du grand n’importe quoi » en ménageant des places sur sa liste aux souverainistes du MPF de Philippe de Villiers et de Debout la République. « Ils étaient avec nous contre l’Europe et se retrouvent avec M. Moudenc qui est pro-européen », s’offusque-t-il.

Au centre de l’échiquier

« Je ne suis ni de droite, ni de gauche », affirme le candidat frontiste. Serge Laroze rêvait déjà d’un premier débat avec Pierre Cohen et Jean-Luc Moudenc samedi 9 novembre à la télévision régionale. Aux dernières nouvelles, le maire sortant a décliné l’invitation.

Source : Carré d’info Toulouse

Haut de page