Articles taggés montauban

[Exclusif] Régionale LRMP : Une conseillère régionale de droite appelle à voter Aliot

zXPorGCb-1024x1024Une semaine avant le 1er tour le ralliement va faire du bruit. Valérie Rabassa appelle à voter Louis Aliot. Ex-membre de LR, conseillère régionale sortante et élue municipale à Montech (82), Valérie Rabassa n’adhère pas au Front National. Mais elle soutient publiquement Louis Aliot et sera présente ce soir à ses côtés  lors d’un meeting. Ce timing n’est pas neutre. A quelques jours du 1er tour, l’appel de Valérie Rabassa renvoie la droite à sa pire crainte : le « transfert-transfuge » de voix et de personnalités au profit de Louis Aliot. La présence sur la liste FN de figures de la droite toulousaine ont marqué et troublé les esprits.L’épisode « Rabassa » va  de nouveau bousculer les lignes. Dans une interview exclusive, la conseillère régionale explique les raisons de son choix.

Régionales 2015-Quel est le sens et le contenu de votre ralliement à Louis Aliot ?

Valérie Rabassa. J’appelle formellement à voter massivement pour Louis Aliot. Il représente l’avenir de la droite. Je l’ai côtoyé lors de mon premier mandat régional lorsqu’il siègeait en Midi-Pyrénées. Cela plus de 10 ans que je le connais et c’est quelqu’un de sérieux et solide.

Régionales 2015-Concrétement comment va se traduire votre soutien en dehors de cet appel public ?

Valérie Rabassa. Je vais être présente ce soir aux côtés de Louis Aliot lors d’un meeting. S’il y a d’autres réunions publiques ou meetings avant le 1er tour comme entre les deux tours, c’est avec plaisir que je serais présente.

Régionales 2015-Vous avez quitté le parti de Nicolas Sarkozy en octobre dernier. Avant de démissionner, vous avez côtoyé Dominique Reynié. Vous lui avez même fourni des notes sur les questions économiques. Comment expliquez-vous le passage de Dominique Reynié à Louis Aliot ?

Valérie Rabassa. A la différence de Dominique Reynié, Louis Aliot est vraiment ancré dans notre région. Il connait très bien les dossiers régionaux et il est proche des gens. C’est quelqu’un d’accessible et à l’écoute. Il n’a pas un ton professoral et aucune arrogance intellectuelle. C’est un vrai politique qui « sent » les choses. Mais surtout Louis Aliot incarne les valeurs de la droite.

Régionales 2015-Quelles valeurs ?

Valérie Rabassa. La rigueur et l’honnêteté. Le goût du travail et le respect de gens.

Régionales 2015-Vous n’avez pas l’impression de « trahir » vos amis de droite en rejoignant le camp adversaire ? 

Valérie Rabassa.Non. A droite, beaucoup s’apprêtent à voter Louis Aliot en catimini. Dans l’électorat de droite, la candidature de Dominique Reynié ne prend absolument pas. De nombreux électeurs vont glisser un bulletin Aliot dans l’urne. Mais ils n’osent pas le dire. Je me contente de verbaliser ce que beaucoup d’électeurs et d’élus disent tout bas, entre amis ou en privé. L’avenir de la droite est du côté de Louis Aliot pas d’un Dominique Reynié qui mène une campagne chaotique et n’a aucun sens politique. Je le dis publiquement et c’est tout.

Source : France Télévision

Tarn-et-Garonne : le FN présente ses candidats.

Le front National (FN) avait investi une cantine de la rue de l’Abbaye, autrefois marché de fruits et légumes colorés, pour présenter ses candidats aux prochaines élections législatives dans les deux circonscriptions du Tarn-et-Garonne. Les deux candidats se sont présentés seuls, sans leur suppléant, hier, devant la presse.

Dans la seconde circonscription, c’est Marie-Claude Dulac, une retraitée de l’habillement de Lacourt-Saint-Pierre, âgée de 65 ans qui portera les couleurs frontistes. Elle sera suppléée par Sébastien Rodriguez, un peintre en bâtiment de Montauban.

Dans la première circonscription, c’est un agent immobilier du Tarn, Thierry Viallon, âgé de 35 ans, qui défendra les couleurs lepéniste, suppléé par Éric Doré, un commercial de Nègrepelisse âgé de 43 ans.

Ces candidats envisagent « une campagne de terrain » mais aucune réunion publique. Quant à leur programme « c’est celui du Front National », ces candidats ne voyant, semble-t-il, aucun dossier local à défendre où à débattre. « On se fait élire député pour faire les lois », répond simplement Thierry Viallon.

 

Source : Le Dépêche du Midi

Haut de page