Articles taggés Jean-François Le Gras

Sablé-sur-Sarthe / Municipales : le Front national prépare une liste

72_Le-Gras-Jean-FrancoisSituation inédite à Sablé où Marc Joulaud (UMP), le maire sortant candidat à sa succession, pourrait bien avoir face à lui une liste du Front national. Il en avait été question il y a quelques mois, puis le départ annoncé de la tête de liste pressentie avait coupé court au débat.

Nouveau rebondissement : « Le départ de M. Delaune est retardé, on peut donc espérer qu’il va se charger de constituer une liste Front national à Sablé », fait savoir le secrétaire départemental du front national, Jean-François Le Gras, avant de préciser : « Ce qui ne veut pas forcément dire qu’il sera tête de liste, cela peut être une éventualité mais rien n’est certain pour l’instant. »

Ce que confirme Jean-Claude Barlemont, candidat frontiste aux municipales à La Flèche : « On se bagarre pour tout trouver une tête de liste à Sablé, il y a une dizaine de militants partants, ils seraient déçus s’il n’y avait pas de liste Front national au final. »

A Sablé, Marine Le Pen, avait obtenu 15,70 % des voix à la présidentielle de 2012 contre 33,30 % pour Nicolas Sarkozy et 27 % pour François Hollande. C’est dans la petite commune de Notre-Dame du Pé que la candidate du Front national avait réalisé son meilleur score pour le canton de Sablé avec 31,72 %.

Source : Le Maine Libre

Municipales 2014. Le Front national annonce des listes au Mans et à Sablé-sur-Sarthe

Le Front national présentera des listes aux élections municipales du printemps 2014, au Mans et à Sablé-sur-Sarthe. C’est ce qu’a annoncé Jean-François Le Gras, secrétaire départemental du FN, ce dimanche matin, à Vivoin. Les militants frontistes sarthois y étaient réunis dans un gîte, pour écouter Louis Aliot, vice-président du FN, en visite en Sarthe.

Le Front national espère également réunir assez de candidats pour présenter des listes à Allonnes et à La Ferté-Bernard.

Source : Ouest-France

72 — Louis Aliot en déplacement dans la Sarthe rurale

VIVOIN (Sarthe) — C’est dans une petite commune de la campagne sarthoise que Louis Aliot vient ce dimanche de rencontrer et mobiliser les militants de la formation politique dont il est l’un des vice-présidents. Sur place, une centaine de participants, pour un véritable « déjeuner-débat ».

Louis Aliot se veut l’artisan, dans les différentes fédérations où il effectue la visite, dans le cadre de déjeuners-débats, de l’ancrage territorial tant voulu par le FN à l’aune des élections municipales de 2014. Il dirige à ce titre depuis quelques semaines une nouvelle école nationale de formation des cadres, après plusieurs années d’absence d’une telle structure dans les rangs frontistes. Il y a souvent l’affirmation, dans le verbe de ce « vieux militant », séduit par Jean-Marie Le Pen à l’occasion de sa campagne présidentielle de 1988, que « le FNJ constitue la sève de la nation » ou que « être candidat est un service à rendre au FN ». Ce banquet entre militants et sympathisants sarthois du FN lui donne conséquemment l’occasion de rappeler combien ceux-ci sont sollicités par leur mouvement, lequel se veut en première ligne de l’opposition au gouvernement Hollande. En fond et filigrane, les affiches de la récente campagne « Une autre voix » rappellent d’ailleurs que Marine Le Pen se revendique comme la seule « voix crédible » dans le paysage politique français.

Si l’organisation de déjeuners-débats est une habitude du militantisme frontiste, ce concept est souvent pris au sens littéral par Louis Aliot. Déjà secrétaire général — jusqu’en 2010, avant l’actuel secrétaire général, Steeve Briois — celui-ci prend en effet l’habitude de solliciter les questions et doléances des militants présents. En comparaison, Jean-Marie Le Pen préfère simplement déclamer un discours. Pour Louis Aliot, c’est plutôt l’occasion d’un échange informel que d’un discours construit. De nombreux sujets de l’actualité politique sont évoqués. Au sujet de la crise de l’UMP, Louis Aliot confirme le regain des adhésions au FN, avec « plus de soixante mille adhérents dépassés à ce jour, et trente-cinq rien que la semaine dernière (19 au 25 novembre 2012) à Perpignan », ville dans laquelle il se présente régulièrement aux élections. Concernant le gaullisme et son souvenir, ravivé par la participation récente de son collègue Florian Philippot, autre vice-président du FN, à une cérémonie organisé à Colombey-les-Deux-Eglises, Louis Aliot veut « faire la part des choses ». Il prend « dans un personnage historique le bon et le moins bon. Le bon, comme l’Europe des patries, la troisième voie géopolitique incarnée par une politique arabe originale, le retrait de l’OTAN, etc. Et le moins bon, qui n’est pas à accepter ». Concernant le « système UMPS » enfin, collusion tacite entre UMP et PS dénoncée par Marine Le Pen, Louis Aliot affirme, dans une subtile distinction, que selon lui, « Les gens qui dirigent l’UMP sont des voyous politiques ; les socialistes eux, sont voyous par nature. » Face à eux, le FN selon Aliot veut montrer « l’étendue des dégâts, les réseaux de corruption, les collusions avec les dictateurs ». Le tout sans compromission : « Cela ne mènerait à rien, un accord avec un parti gangréné par la corruption comme l’UMP. Il faut rester ferme sur ce qui est inégociable, soit la préférence nationale et la refondation de l’Europe des patries ». Pour autant, porte-parole fidèle de la stratégie de Marine Le Pen, Louis Aliot rappelle que son mouvement se tient prêt à accueillir toutes les bonnes volontés patriotes en vue des élections municipales à venir, dans le cadre de la constitutions de listes d’union.

Quatre listes municipales FN prévues en Sarthe

Relativement aux prochaines élections municipales, le secrétaire départemental du FN sarthois, Jean-François Le Gras, assure son assistance de la volonté du mouvement de se présenter dans un maximum de communes. En Sarthe, le Front national veut constituer des listes au Mans, principale ville du département, et Sablé, éventuellement à La Ferté-Bernard et Allonnes ; « sans parler de « listes de rassemblement » dans les communes rurales », déclare Jean-François Le Gras, en avançant implicitement l’intérêt du FN de se présenter éventuellement sans étiquette sur des listes « d’intérêt communal », notamment. Les têtes de listes doivent être normalement investies durant le premier trimestre 2013.

Gauthier Bouchet

Haut de page