fn infos

Hausse à venir des prix des péages : les automobilistes, pompes à fric d’un gouvernement au service des sociétés d’autoroute !

Communiqué de presse de Steeve Briois, Maire d’Hénin Beaumont, député européen et vice-président du Front National

Selon les révélations de France 2, un arrangement secret entre l’État et les sociétés d’autoroute prévoirait une hausse des prix des péages jusqu’en 2023 pour compenser le gel des tarifs acté en 2015. Au total, ce sont 500 millions d’euros qui seront vidés des poches des automobilistes pour engraisser les actionnaires des sociétés d’autoroute qui ont perçu 3,3 milliards d’euros de dividendes en 2015, soit le tiers de leur chiffre d’affaires.

Pour justifier cette hausse inacceptable des tarifs, les sociétés d’autoroute prétextent un nouveau plan de travaux de 803 millions d’euros. Or l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières nous révèle que ce montant inclut 87 millions d’euros de travaux déjà budgétés ainsi que 350 millions d’euros de travaux surévalués. Au cynisme et à la cupidité de ces sociétés, s’ajoute par ailleurs la complicité et la lâcheté d’un gouvernement qui se soumet aux puissances d’argent au lieu d’agir dans l’intérêt général. Hausse de la CSG, augmentation de la fiscalité sur l’épargne, baisse des APL et maintenant hausse des prix des péages, le racket des classes populaires et des classes moyennes se poursuit sous l’ère Macron.

Le Front National dénonce cet énième coup porté au pouvoir d’achat des Français et demande au gouvernement d’Édouard Philippe de communiquer dans les plus brefs délais les conditions exactes de cet arrangement. Il est urgent que l’État mette un terme à ce monopole privé en reprenant le contrôle de ces sociétés d’autoroute dans le seul et unique but de faire baisser durablement les tarifs des péages.

Référendum à venir sur l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

CNE-650-325px-NDDL

Le Collectif Nouvelle écologie approuve la décision d’organiser, d’ici la fin de l’année 2016, un référendum local concernant le projet d’aéroport Grand Ouest de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Dès sa mise en place, en avril dernier, notre antenne de Loire-Atlantique proposait dans son appel fondateur l’organisation d’une consultation populaire à ce sujet.

Nous rappelons que ce projet d’aéroport est inutile, coûteux et destructeur de l’environnement. En effet, les investissements nécessaires seraient d’au moins 4 milliards d’euros, alors que des réaménagements techniques de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique, à Bouguenais, coûteraient dix fois moins. L’aéroport de Nantes pourrait avec une seule piste tripler le nombre de passagers transportés, comme le démontrent les flux de passagers transportés à Genève, Stuttgart ou San Diego.

Les patriotes le comprennent et le disent, depuis 2009. Mais en face, que disent les écologistes ? Ils s’opposent officiellement au projet d’aéroport. Cependant, au nom de leur rejet du triptyque commune-département-État, par préférence pour l’ensemble intercommunalité-métropoles-Europe, ces écologistes de façade appuient comme personne la métropolisation de Nantes. Or, si celle-ci préexiste à cet aéroport, fatalement, elle serait d’autant plus aggravée s’il venait à être construit. C’est sans parler, bien sûr, du ralliement systématique des écologistes locaux aux socialistes, à chaque scrutin, dans chaque majorité, ou chaque fausse opposition, comme aujourd’hui après la perte de la Région par la gauche. Ne soyons dupes de rien !

Bien loin de ces double-discours, le Collectif Nouvelle écologie prône un arrêt du projet aéroportuaire de Notre-Dame-des-Landes, pour des motifs tant environnementaux qu’économiques. En Loire-Atlantique, comme dans l’Ouest, la priorité n’est pas là ! Elle est dans les vraies infrastructures d’avenir : nouveau franchissement de la Loire, réfection des gares et des lignes ferroviaires rurales, etc.

Ce vote sera donc l’occasion, pour le peuple, de s’exprimer souverainement sur ce projet. Dans le semestre à venir, le Collectif Nouvelle écologie accompagnera cette campagne référendaire en expliquant pourquoi ce projet d’aéroport ne rend service à personne. Aujourd’hui en France, seul le Front national défend une démocratie véritable, dans le cadre de référendums réguliers sur les sujets les plus importants. Ce qui existe aujourd’hui concernant un aéroport doit exister demain au niveau national.

Reste, pour le Gouvernement, à définir le périmètre de cette consultation. Le Collectif Nouvelle écologie appelle à ce que celle-ci concerne les cinq départements des Pays de la Loire (Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Mayenne, Sarthe et Vendée), les enjeux de cet aéroport dépassant de très loin la commune de Notre-Dame-des-Landes.

Gauthier Bouchet