droite

Franchissements de la Loire : la droite découvre tardivement les choses

Communiqué de presse du Front national (FN) de Loire-Atlantique

La présentation du futur schéma routier d’intérêt régional, annoncée pour l’automne, donne à la nouvelle majorité l’occasion de préciser sa politique. S’agit-il, en définitive, d’une rupture par rapport au tandem Auxiette-Clergeau, qui présida le conseil régional pendant six ans ? Si les annonces récentes sur la nécessité de nouveaux franchissements de la Loire sont suivies d’effets, elles constitueraient un profond changement. Mais sur ce sujet, la droite découvre tardivement les choses …

Une fois encore, le Front national avait donné le « La ». Pour notre formation, la campagne des élections régionales fut l’occasion de présenter un programme exhaustif, avec, concernant l’aménagement territorial ligérien une vision de long terme, sans dogmatisme. Et à ceux qui disaient « Nouvel aéroport, pas de franchissements », nous répondions « Franchissements, quoi qu’il advienne ! ».

Conditionner l’idée de nouveaux franchissements de la Loire au projet de nouvel aéroport Grand Ouest, ou même, vouloir cet aéroport coûte que coûte, sans se questionner sur les franchissements de la Loire — ce qui fut un temps la position de l’actuelle majorité, alors dans l’opposition — revient à une malice ou une étourderie qui pèsent lourd sur le développement économique de notre région. Alors que les ponts de Cheviré et de Saint-Nazaire sont saturés, et n’offrent pas d’alternatives en cas de graves avaries (tempêtes, séismes…), il faut impérativement de nouveaux franchissements.

A minima, un pont intermédiaire, entre Paimbœuf et Lavau-sur-Loire, s’impose, pour délester le trafic. Nous le proposions durant les régionales. Un second pont pourrait également s’avérer nécessaire, en amont de Nantes, vers Ancenis. Il en coûterait un milliard d’euros. Mais la Loire-Atlantique et les Ligériens le méritent.

Transports : la majorité privilégie la pub aux améliorations du service

Communiqué de presse de Pascal Nicot, conseiller régional des Pays de la Loire

Le 18 avril 2016, la commission d’appel d’offres (CAO) s’est réunie ce lundi au conseil régional des Pays de la Loire pour voter l’attribution d’un marché à bon de commandes à la société Nouveau monde DDB Nantes, chargée de vanter les mérites de la Région en matière d’organisation des transports multimodaux régionaux. Ce marché prévoit des enveloppes annuelles de commandes de communication allant de 40 000 à 500 000 euros pendant quatre ans.

La nouvelle majorité a, rappelons-le, communiqué durant toute sa campagne sur les thèmes de l’amélioration de la qualité de services, de la ponctualité, ainsi que des nouvelles mesures de sécurité dans les transports, reprenant par là-même un certain nombre de propositions du Front national. Or, pour le moment, rien de concret n’est entrepris, et le budget primitif adopté la semaine dernière ne traduit pas cette volonté affichée avant les élections.

C’est pourquoi cette attribution de marché nous semble pour le moins prématurée, la communication devant, selon nous, suivre les actions concrètes mises en œuvre et pas les précéder. Nous serons vigilants à ce que la nouvelle majorité mette véritablement en place les actions promises, et qu’elle attende qu’elles portent leurs fruits, avant de lancer une campagne de publicité coûteuse sur les deniers publics. Le groupe Front national s’est donc abstenu lors du vote d’attribution de ce marché en CAO. Nous rappelons que le FN s’est prononcé pour l’amélioration effective du service, pour l’augmentation du nombre de dessertes en zones rurales, et pour la mise en place d’une police ferroviaire.

« Parler vrai, agir vite », devise fétiche de Bruno Retailleau, devient de plus en plus « Parler vite avant d’agir ». Le Front national n’accepte pas que la majorité dépense en frais de publicité, de l’argent censé servir à résoudre les problèmes de desserte, de retard et d’insécurité dans les transports.