Alstom : seule une nationalisation temporaire et partielle permettra d’assurer la pérennité du site de Belfort

marinelpCommuniqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Les bidouillages du gouvernement pour tenter de sauver le site Alstom de Belfort, via la commande directe par l’Etat de TGV destinés en partie à des lignes intercités, ne constituent en rien une solution d’avenir à même de pérenniser, sur le long terme, l’activité et l’emploi sur le site de Belfort. Elle témoigne de ce que l’Etat tel qu’il est actuellement piloté n’a rien de l’Etat stratège que nous appelons de nos vœux.

En effet, non seulement cette solution n’a pas de sens du point du vue économique mais elle est de surcroît d’une extrême fragilité juridique au regard des règles européennes que le gouvernement s’est lui-même imposées.

Si l’Etat a le devoir de trouver une solution pour le site Alstom de Belfort, il a plus encore celui d’éviter que ce type de crise ne se reproduise, à Belfort comme ailleurs. Il doit donc se redonner les moyens d’agir, notamment face à l’Union européenne.

La réponse doit être double : structurelle, en se libérant des règles européennes qui lui interdisent toute forme de patriotisme économique et de protectionnisme intelligent ; spécifique, en nationalisant de manière temporaire et partielle Alstom, dans le cadre d’un État stratège dont la mission est précisément d’assurer la pérennité de l’emploi et le maintien des savoir-faire dans les territoires. Cette nationalisation pourrait couvrir toute la période avant le grand renouvellement des rames TGV de la SNCF, qui assurera suffisamment d’activités à l’ensemble des sites du groupe.

You may also like