Une pétition du FN contre le centre de déradicalisation

Assis à côté de Véronique Péan, Nicolas Bay, secrétaire général du FN et député européen, rappelant le credo frontiste à propos d'un sujet « extrêmement sérieux et grave ». - Assis à côté de Véronique Péan, Nicolas Bay, secrétaire général du FN et député européen, rappelant le credo frontiste à propos d'un sujet « extrêmement sérieux et grave ».
Assis à côté de Véronique Péan, Nicolas Bay, secrétaire général du FN et député européen, rappelant le credo frontiste à propos d’un sujet « extrêmement sérieux et grave ».

Nicolas Bay, cadre du Front national, est venu à Tours hier pour annoncer le lancement d’une pétition contre le centre de déradicalisation de Pontourny.

Gilbert Collard avait été annoncé mais il n’a pas pu se libérer : c’est donc un autre cadre du Front national, Nicolas Bay, qui a été dépêché à Tours hier midi, pour protester contre l’ouverture, annoncée pour septembre, d’un centre de prévention de la radicalisation, à Pontourny, à Beaumont-en-Véron.

Le FN lance une pétition pour demander le retrait de cette mesure  : « Ce centre de déradicalisation, ça consiste en réalité à choyer des djihadistes, ou des apprentis djihadistes, avec l’argent public. C’est ce que nous n’acceptons pas. La place des djihadistes, ou des apprentis djihadistes, c’est dans les charters, ou dans les prisons », déclare Nicolas Bay, secrétaire général du FN et député européen.
Le Front national ne croit pas à la dimension de prévention, attaque la « docilité » de la « classe politique », qui « cède » au principe « du suivi psychologique » des djihadistes, alors que « l’argent public devrait servir à assurer la sécurité publique ». Or, « un tel centre ne disposera pas des moyens de sécurité de l’univers carcéral. » Pique à Nicolas Sarkozy, qui, en son temps, a réduit les effectifs des forces de l’ordre. Pique aussi au député socialiste frondeur Laurent Baumel, qui est « à l’origine » de ce centre de déradicalisation puisqu’il « a refilé le bébé » de Pontourny à Christiane Taubira, a déclaré Véronique Péan.

«  La place des djhadistes c’est dans les charters ou les prisons  »

L’agglomération de Tours n’est pas épargnée par « l’islam des caves », estiment les élus frontistes, qui rappellent leur credo : il faut rétablir les contrôles aux frontières, fermer les mosquées radicales.
Objectif : 2017. « Nous sommes unis et rassemblés derrière Marine Le Pen, a déclaré Nicolas Bay, et notre parti va s’appuyer sur son maillage d’élus locaux », ce qui est une « donnée nouvelle ».

Source : Magalie Basset pour La nouvelle République

Ce3wtBhUYAA5TtT.jpg large

Vous aimerez peut-être aussi