Une vingtaine de Français sont morts en se battant aux côtés des jihadistes, selon le ministre de l’Intérieur.

Un combattant prépare une boule de feu, à Deir Ezzor,dans le nord de la Syrie, le 10 janvier 2014.
Un combattant prépare une boule de feu, à Deir Ezzor,dans le nord de la Syrie, le 10 janvier 2014. (AHMAD ABOUD / AFP)
 Par

C’est « un phénomène jusqu’alors inégalé », selon le ministre de l’Intérieur. « 250 Français combattent en Syrie, dont 21 sont morts », a déclaré Manuel Valls, invité du Grand rendez-vous d’Europe1/Le Monde/i-Télé, dimanche 19 janvier. Parmi eux, on compte une douzaine de mineurs dont six sont déjà dans le pays et d’autres sont « en transit ».

A ce jour, les services français recensent 250 français ou résidents en France qui combattent en Syrie. Une centaine sont en transit pour s’y rendre, 150 ont manifesté leur volonté de s’y rendre et 76 en sont revenus, selon Manuel Valls, qui ajoute toutefois qu’il y « évidemment une marge d’erreur ».

Plus tôt dans la semaine, un père de famille installé à Toulouse a révélé que son fils de 15 ans était parti mener le jihad en Syrie avec un copain de classe. « Les deux adolescents ne sont peut-être pas en Syrie. Ils sont peut-être en Turquie. Nous agissons en lien avec la famille pour les récupérer », a ajouté Manuel Valls, expliquant que ce « phénomène s’est accéléré au cours de ces dernières semaines depuis la fin de l’année 2013″.