Agenda

Budget régional LRMP : l’ARF confirme ce que le Front National dénonce

09_maithe_carsalade_frontnational_rbm-1-768x768Communiqué de presse de Maïthé Carsalade,

Conseillère régionale FN RBM du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

« Le Figaro » d’hier analyse les chiffres compilés par l’Association des Régions de France (ARF). Dans un entrefilet, le journal annonce que les dépenses de fonctionnement ont « explosé » en région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Avec une hausse de 25% (soit 354 millions d’euros) par rapport à 2015, notre région se voit attribuer le bonnet d’âne. On comprend pourquoi Madame Delga a préféré ne pas se rendre à ce Congrès de l’ARF.

Cette gabegie financière avait été dénoncée par les élus du groupe FN RBM lors de l’Assemblée Plénière du 26 mai dernier où France Jamet et Frédéric Cabrolier avaient critiqué l’explosion des dépenses de financement tout en apportant des propositions concrètes d’économies budgétaires. « Le Figaro » et l’ARF ne font finalement que confirmer ce que le Front National a été le premier à dénoncer.

Cette gestion irresponsable de la majorité socialo-écolo-communiste est insupportable pour nos concitoyens. Pressés par l’Etat, essorés par les communes et laminés par la Région, les habitants du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées n’en peuvent plus !

Il est pourtant possible de faire baisser les dépenses publiques comme les impôts. Les Maires du Front National (Steeve Briois à Hénin-Beaumont, David Rachline à Fréjus ou encore Julien Sanchez à Beaucaire) l’ont prouvé !

Mais Madame Delga, comme la cigale dans son inconscience, son insouciance, son incompétence s’en moque… Comme elle se moque de la démocratie, comme elle se moque de son opposition qu’elle méprise. Les élus du groupe FN RBM, plutôt fourmis, lui prédisent des lendemains qui déchantent.

Pour en finir avec les tensions communautaristes au sein des entreprises

bay-nicolasCommuniqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National Député français au Parlement européen

Demandes d’aménagement du temps de travail pour pouvoir prier, salariés qui exigent de porter des signes religieux, refus de travailler avec une femme…les entreprises connaissent une forte montée de revendications liées à la pratique religieuse. Une étude rendue publique hier par l’Institut Randstad et l’Observatoire du fait religieux en Entreprise (OFRE) rend ainsi compte d’une hausse spectaculaire : la part des employeurs rencontrant régulièrement le fait religieux au travail atteint 60%, contre 50% un an plus tôt, et les situations de conflit progressent de la même façon en passant de 6 à 9% en un an.

Confrontés à des revendications communautaires de plus en plus fortes, essentiellement islamiques, les chefs d’entreprise sont totalement désarmés face à la montée du prosélytisme et du communautarisme.

La loi travail, dont l’article 6 stipule que « la liberté du salarié de manifester ses convictions, y compris religieuses, ne peut connaître de restrictions que si elles sont justifiées par l’exercice d’autres libertés et droits fondamentaux ou par les nécessités du bon fonctionnement de l’entreprise et si elles sont proportionnées au but recherché », est extrêmement néfaste pour la cohésion sociale au sein des entreprises.

Le Front National rappelle qu’un lieu de travail n’est pas fait pour exprimer ses convictions religieuses mais pour travailler. Il faut que la laïcité républicaine soit réaffirmée et appliquée fermement pour permettre d’apaiser les tensions dans les entreprises comme dans l’ensemble de la société.

Insécurité à Nancy : cela n’a que trop duré !

sans-titreLettre ouverte à Monsieur le Maire de Nancy et à Monsieur le Préfet de Meurthe-et-Moselle 
La Ville de Nancy est touchée depuis plusieurs années par une insécurité grandissante qui ne semble pas être la principale préoccupation des élus du territoire de la métropole
En effet, il ne se passe pas une semaine sans que des faits de violences soient relatés dans la presse, allant des viols d’étudiantes par des étrangers en situation irrégulières au dernier drame qui a touché un lycéen vosgien de passage à Nancy. Ces faits sont tout simplement inacceptables ! 
Où est passée Nancy, la ville étudiante dans laquelle il faisait bon vivre, dans laquelle on pouvait sortir le soir sans se faire agresser ?
Nous constatons que suite à la vague d’agressions qui avait touché un nombre importants de noctambules nancéiens il y a quelques années, une brigade de nuit de la police Municipale a été créée. Cette brigade n’est pas efficace. En effet, elle n’est pas armée et termine son service à 3h. Or, comme pour le nuage de Tchernobyl qui ne s’était pas arrêté à la frontière française, l’insécurité ne s’arrête pas à 3h du matin et on sait pertinemment que des débordements ont souvent lieu encore entre 3h et 6h.
Lors de sa rentrée politique, Mr le Maire, Laurent Hénart, indiquait que sa priorité était la montée du Front National. La sécurité de ces concitoyens passerait-elle donc au second plan derrière des calculs politiciens ? Nous ne pouvons le croire…
Cette situation doit amener les élus et le préfet à prendre des décisions urgentes pour endiguer ce phénomène. C’est pourquoi, nous exigeons une augmentation des effectifs de la Police Municipale et Nationale, un renforcement des rondes dans le centre-ville la nuit et en particulier entre 3h et 6h du matin, l’armement la Police Municipale, l’augmentation du nombre de caméras de vidéo-protection et l’exploitation de celles du PC circulation du Grand Nancy et l’application  d’une politique de tolérance zéro.
Il faut en finir avec le laxisme d’Etat où des délinquants peuvent être interpellés plusieurs fois par semaine sans être inquiété par la Justice comme cela est constaté de manière régulière en France et à Nancy. Seule une politique de fermeté en termes de sécurité pourra apaiser Nancy et lui rendre son statut de ville paisible où il fait bon vivre ! La sécurité étant la première des libertés, sans actions concrètes, le développement économique, le tourisme et l’attractivité de nos territoires n’en seront que plus touchés.
Les élus régionaux Front National :

Jordan Grosse-Cruciani, Dominique Bilde, Pascal Bauche, Grégoire Eury, Jennifer Stephany

 

Delga – Baylet : La République des copains et des coquins !

00_france_jamet_frontnational_rbm-2-768x768Communiqué de presse de France Jamet,

Membre du Bureau Politique du Front National

Présidente du Groupe des Elus Front National-RBM au Conseil Régional de Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Nous l’avions annoncé ! Le rachat de la presse quotidienne régionale par le groupe Baylet a engendré un monstre médiatique en situation de quasi-monopole régional. Pire ! Pour faire plaisir à son allié de gauche, Madame Delga va confier au groupe Baylet l’impression du journal du Conseil Régional.

Bizarrement, ce choix plus subjectif qu’objectif, écarte une autre imprimerie, parmi les plus modernes de France, qui proposait, elle, une offre moins onéreuse et plus respectueuse de l’environnement. Le critère retenu pour justifier « ce choix » est bien peu convaincant. Ces petits arrangements entre amis vont coûter plus de 400 000 euros au contribuable sur trois ans.

Les élus du groupe FN RBM au Conseil Régional dénoncent évidemment ces combines scandaleuses, d’autant plus qu’aucun montant maximum n’ayant été fixé, toute latitude est laissée au groupe de presse pour présenter une facture finale beaucoup plus lourde que prévue.

C’est la concrétisation de ce que le Front National dénonce depuis toujours : le groupe de presse de Jean-Michel Baylet n’est autre que l’organe de propagande de cette gauche sans scrupule qui règne sans partage sur notre région ! Il faut être aveugle pour ne pas voir que cette affaire pose à nouveau la question du conflit d’intérêts et des liaisons dangereuses entre presse et politique.

Les élus du groupe FN RBM se tiennent à la disposition de la justice en cas de recours judiciaire.

Il n’est pas question que nos concitoyens soutiennent la gestion hasardeuse du groupe de presse de Monsieur Baylet ! Si son groupe est en difficulté, qu’il s’attache plutôt à trouver de nouveaux lecteurs.

Plan carcéral Urvoas : très peu, très tard

Nicolas Bay

Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National Député français au Parlement européen

Alors que chaque année 100 000 peines de prison ne sont pas effectuées, le plan de Jean-Jacques Urvoas annonçant la construction de 10 000 à 16 000 nouvelles cellules d’ici au 1er janvier 2025 apparaît largement insuffisant.

Face à l’explosion de la délinquance et de la criminalité et compte tenu du contexte terroriste actuel, un gouvernement responsable devrait pourtant prendre la mesure du problème pour que les peines prononcées par les juges soient enfin réellement appliquées.

On ne pourra pas, en outre, lutter efficacement contre la surpopulation carcérale sans traiter la surreprésentation des étrangers en prison. A l’instar du modèle suisse et à travers des accords bilatéraux, les étrangers condamnés devraient purger leur peine dans leur pays d’origine. Cette mesure permettrait de décongestionner les établissements pénitentiaires et de décourager le tourisme de la criminalité.

Il est désormais urgent de mettre en œuvre un véritable plan carcéral avec la création, comme le demande le Front National, de 40 000 nouvelles places de prison. Au-delà de l’impératif humanitaire, il s’agit d’une condition sine qua non pour pouvoir enfin appliquer la tolérance zéro et en finir avec l’impunité et le laxisme institutionnalisés par les gouvernements successifs.

Tarn – Migrants à Lacaune (81), un éternel recommencement ?

10933701_1410515599270593_5576113445458412987_nCommuniqué de Presse de Julien BACOU

Conseiller municipal Albi Bleu Marine
Responsable Front National du Canton de LACAUNE (Les Hautes Terres d’Oc)

Le 15 Juin dernier , 30 migrants hébergés au centre de loisirs de Lacaune durant trois mois ont été disséminés vers les villes d’Albi , Saix et Rabastens afin de permettre l’accueil de jeunes vacanciers au début du mois de juillet. Cet épisode semblait loin , mais c’était sans compter sur l’ingéniosité de nos gouvernants.

L’été passé et une nouvelle crise survenant dans la jungle de Calais incite le ministère de l’intérieur àrépartir à nouveau des clandestins sur le territoire français.
La région Occitanie devra en effet accueillir 1445 clandestins dont 65 seront logés dans ce fameux centre de vacances lacaunais propriété du ministère de l’écologie .
Combien seront-ils quand il s’ agira de démanteler de nouveau Calais ? 100,200?

Cette politique migratoire folle orchestrée par la droite,la gauche et l’UE depuis près de 40 ans n’a que trop durée. Nos compatriotes , sans logement, sans nourriture, sans soins médicaux doivent-ils être mis de côté au profit de cette vague migratoire ? Croyez-vous que les coupables d’hier seront les sauveurs de demain?

En 2017 , Marine Le pen et le Front National vous proposent une autre voie . Une réelle politique d’immigration, de fermeté , de préférence nationale . Un espoir à construire avec et pour tous les Français.

 

Législatives 2017 : Nicolas Bay dirigera la campagne pour une majorité bleu marine !

MLPCommuniqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National et député français au Parlement européen, est nommé directeur de la campagne des élections législatives de juin 2017.

Il aura la responsabilité de l’organisation et de l’animation de la campagne des 577 candidates et candidats patriotes, avec l’objectif de constituer une majorité bleu marine à l’Assemblée nationale.

[Gard] Haribo : un plan social déguisé inacceptable !

7c9015_e48c6e7d622b468abdd8232315f6748fCommuniqué de Presse de Yoann GILLET
Secrétaire départemental du Front National dans le Gard
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon Midi-Pyrénées

Si le plan de réduction des effectifs se confirme chez Haribo, c’est un nouveau drame social qui s’annonce en France.

La célèbre marque de bonbons, qui réalise un chiffre d’affaires estimé à plus de 2 milliards d’euros, souhaiterait voir partir 110 salariés, sur ses usines d’Uzes (Gard) et de Marseille.

Les bénéfices du groupe, non divulgués officiellement, sont décrits par tous les observateurs du secteur, comme records.

Je dénonce, au nom du Front National du Gard, la course aux « super-profits » et l’injustice sociale que représente ce plan. Haribo, marque Allemande, implantée en France depuis 1967, ne doit pas oublier que la France participe pleinement à son succès (de par les consommateurs et de par les salariés Français qui contribuent chaque jour aux bénéfices du groupe).

Ici, dans le Gard, c’est une cinquantaine de postes qui sont menacés. Si la direction d’Haribo parle de « départs volontaires », une grande partie du personnel dénonce de son côté un plan social déguisé.

Le Front National du Gard assure aux salariés Haribo d’Uzès son total soutien et ne manquera pas de participer aux actions qui pourraient être décidées par le personnel.

LE SCANDALE DE PONTOURNY : ENFUMAGE OU MENSONGE ?

1332896959

Communiqué de presse de Véronique Péan, Secrétaire départemental Conseillère régionale du Centre-Val de Loire

Pendant que les médias et les élus complices, M. Baumel en tête, visitaient les locaux rénovés du centre de Pontourny, la population était maintenue au loin. Les élus du Front National sont venus apporter leur soutien aux habitants et aux élus locaux bafoués, et proposer une autre voie pour contrer le danger islamiste et en finir avec les attentats.

Qui peut croire un seul instant que ce centre de déradicalisation accueillera des jeunes gens bien sous tous rapports, des individus légèrement atteints de djihadisme, souhaitant volontairement se désintoxiquer d’un mal passager ? Cela n’a pas de sens.

De deux choses, l’une :

Soit il s’agit d’une opération de communication du gouvernement visant à faire croire, juste avant les élections, qu’il fait le nécessaire contre le terrorisme islamiste. Ce centre est alors un leurre qui mettra en scène une poignée de pensionnaires qui en définitive ne seront aucunement sous l’emprise des réseaux islamistes. On se demande alors quel sera le devenir de ces « figurants », publiquement désignés comme renégats à la fureur des vrais islamistes …

Soit il s’agit d’accueillir, secrètement et au mépris de tout bon sens, de réels apprentis-terroristes islamistes, voire même bien pire. Pourquoi ne pas consulter la population, ignorer ses questions, exclure les élus d’opposition, rester muet sur le projet d’établissement et ses activités… s’il n’y a rien à cacher ?

« Quand c’est flou, il y a un loup ! » Les revers militaires de l’Etat Islamique annoncent le retour imminent en France de combattants qui seraient trop heureux d’échapper à la prison en choisissant la « déradicalisation »…

Il n’y a pas de demi-mesure en matière d’islamisme : Il s’agit d’une menace réelle et criminelle qui doit être combattue autrement que par ce pseudo centre de prévention, d’insertion et de citoyenneté. Il faut sans délai tarir les sources de la propagande islamiste et réduire au silence les prêcheurs de haine, appliquer sans état d’âme la loi, soutenir sans faille les maires, les élus locaux, les chefs d’entreprises confrontés aux provocations et revendications politico-religieuses d’une minorité.

Le gouvernement de M. Valls a fait la preuve – cet été particulièrement – de sa totale incompétence pour protéger du terrorisme islamiste la France les Français et ceux qui vivent en France. Dans ce domaine là aussi, le Front National propose aux Français de changer radicalement de politique.

Nouvelle zizanie au sein de l’Union Européenne : le Luxembourg des banquiers veut exclure la Hongrie !

Nicolas BayCommuniqué de Presse de Nicolas Bay, Secrétaire Général du Front National, Député français au Parlement européen

L’appel du chef de la diplomatie luxembourgeoise, Jean Asselborn, à exclure la Hongrie de l’Union Européenne sous prétexte de « violation de ses valeurs démocratiques fondamentales » démontre l’état de délabrement de la machine européiste, qui perd totalement le contrôle trois mois après le « Brexit ».

Si les attaques se succèdent de la part des technocrates de Bruxelles comme de certains dirigeants européens qui se font leurs fidèles serviteurs, c’est bien parce que Viktor Orban a fait le choix de protéger son peuple de la submersion en organisant en octobre un référendum sur le plan européen de répartition des migrants clandestins.

Aussi faibles en conséquences que soient les déclarations de M. Asselborn, celles-ci n’en sont pas moins révélatrices du chaos politique qui règne au sein de cette Union Européenne sans cap ni boussole, rejetée par les peuples.

Comme le peuple hongrois, tous les peuples européens devraient avoir le droit de s’exprimer, de décider librement de la politique qu’ils veulent voir appliquer. Ce droit, confisqué aujourd’hui, doit être reconquis. Par la succession de crises, l’Union Européenne prouve qu’elle ne réussit qu’à dresser les peuples les uns contre les autres. Seule une Europe des nations libres permettra d’en finir avec la zizanie actuelle et de se concentrer sur l’essentiel dans le respect de la souveraineté démocratique des peuples.

Distribution d’un appel à la prière au collège de Saint-Ambroix : « ouverture d’esprit » ou abandon de l’identité française ?

83Communiqué de presse de Gaëtan Dussausaye, Directeur national du Front National de la Jeunesse, Membre du Bureau Politique du FN

Dans le collège de Saint-Ambroix, ville proche d’Alès dans le Gard, les élèves et parents d’élèves ont eu la surprise de voir un professeur de musique distribuer un appel à la prière en arabe à sa classe. La raison avancée par l’enseignant, soutenu par le rectorat : permettre l’ouverture d’esprit des élèves aux autres cultures et spiritualités.

Dans le contexte de l’après-Charlie, les ténors du pédagogisme n’ont eu de cesse d’appeler à l’enseignement des cultures étrangères, ou de l’histoire de l’Islam, que ce soit en classe de français, d’histoire et ici même de musique. Bien que cet enseignement peut, en effet, participer à l’enrichissement personnel de nos enfants, il est primordial de transmettre aux jeunes Français la connaissance et la maîtrise de ce qu’ils sont, de ce qu’est l’Histoire de France, de ce qu’est la langue française, etc … D’autant plus, justement, dans le contexte de l’après-Charlie.

Le Front National de la Jeunesse appelle les administrations de l’Education nationale à privilégier au sein de l’Ecole de la République, les conditions de l’unité nationale, et de l’assimilation. En France, l’histoire de Napoléon prime sur l’histoire de l’Islam. Le jeune Français aura tout son temps de découvrir par la suite les richesses culturelles du monde entier.

Tarn-et-Garonne – Le Front National contre la jungle rurale de Bruniquel

1931138_49512127920_6549_nCommuniqué de presse de Thierry Viallon

Conseiller Régional FN RBM de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées

Secrétaire Départemental du Front National du Tarn-et-Garonne

Le Ministre de l’Intérieur B. Cazeneuve a annoncé que la population de la jungle de Calais sera répartie dans les provinces de France.

Localement, le maire de Bruniquel, se réfugiant derrière l’obligation légale de « prendre » des migrants, a accepté l’accueil de 24 personnes – entrées illégalement en France – sur sa commune, dans l’ancienne gendarmerie.

Il est à rappeler que la commune de Bruniquel aurait pu, comme Moissac et Montauban sous la pression de leurs élus FN, refuser de devenir une jungle rurale, le Préfet ne pouvant décider de la création d’un tel camp qu’avec le feu vert du maire.

Le Front National, seul mouvement à refuser l’immigration de masse depuis des décennies, s’oppose à la prise en charge de ces migrants, y compris dans le Tarn-et-Garonne. En effet, notre département rural est touché par un chômage plus élevé que la moyenne nationale et n’a donc pas les moyens d’accueillir ces personnes. En outre, les forces de l’ordre sont en sous-effectif pour assurer la sécurité des habitant de Bruniquel et des communes voisines.

Importer de la misère dans des localités touchées par la crise que nous traversons, cela relève de l’irresponsabilité et de la méconnaissance de la France rurale. Placer ces 24 immigrés clandestins à Bruniquel, sans moyens de transports, sans formation ni emploi, sans autres ressources que l’argent des contribuables, c’est renforcer le fort sentiment d’injustice et d’abandon ressenti par nos concitoyens. Nos impôts doivent servir aux Français !

Les échéances électorales de 2017 sont une opportunité cruciale à ne pas manquer pour stopper la folle politique migratoire maintenue par le Parti Socialiste, le PRG et Les Républicains.

Au vu de l’urgence de la situation, j’entends demander une entrevue avec le Préfet et le Maire de Bruniquel, afin de leur faire part du désaccord profond des 37,67% d’électeurs du département (34,54% sur la commune de Bruniquel) qui ont voté pour le Front National lors des dernières élections régionales.

www.notreregion-fnrbm.fr/

Le FN défend les chantiers navals nazairiens, le PS se tait

header-snbm-2015Communiqué de presse du Front national (FN) de Saint-Nazaire

Les informations relatives au sort des chantiers navals de Saint-Nazaire semblent de plus en plus négatives. Avec la faillite annoncée de STX, c’est la vente des chantiers navals qui semble désormais se profiler. Cette même vente affecterait naturellement l’emploi industriel dans toute la région nazairienne.

« Ça va mieux. », nous disait-on au joli mois de mai, alors que les Chantiers livraient l’Harmony of the Seas — plus gros paquebot du monde — et affichaient dix années consécutives de commandes. Et pourtant, dès juin, le risque de faillite de STX disait tout de la crise qui couve dans les Chantiers, présageant le « Ça va pire. » Oui, cela va pire qu’avant, car les Chantiers, exposés à tous les vents mauvais de la mondialisation, n’appartiennent plus à l’État français, actionnaire minoritaire à 33 %, et que la main-d’œuvre française y devient elle-même minoritaire, par l’afflux de travailleurs détachés venus d’Europe de l’Est.

Seule formation politique à avoir donné l’alerte sur les chantiers navals nazairiens, le Front national appelle à leur défense, quand, dans le même temps, le Parti socialiste se tait. Ni David Samzun, maire de Saint-Nazaire, ni ses alliés communistes et écologistes, n’ont en effet rien dit de tout l’été au sujet de nos chantiers. Inversement, les militants et élus du FN appellent pour leur sauvegarde à une nationalisation partielle (51 %) des chantiers navals nazairiens, le demandant depuis juillet… 2013 !

Fuite de M. Benhamed : le FN 12 avait dénoncé sa présence en Aveyron devant des élus silencieux !

35_jean_guillaume_remise_frontnational_rbm-1-768x768

Communiqué de Presse de Jean-Guillaume REMISE

Secrétaire départemental du FN de l’Aveyron et Conseiller Régional LRMP

Hier nous apprenions que l’islamiste et ancien membre du GIA, Merouhane Benhamed  était dans la nature après que la France et le contribuable français lui aient offert, durant des années, le gîte et le couvert. Celui qui fut condamné en Juillet 2015 pour non-respect de son assignation à résidence ne s’est pas présenté à la Brigade de gendarmerie d’Evron (Mayenne).

Benhamed fut le leader de la filière tchétchène au début des années 2000, il avait projeté notamment un attentat contre la Tour Eiffel. Avant son assignation à résidence en Mayenne, il avait précédemment été placé en Aveyron (St Affrique) en 2015. Par la diffusion d’une pétition le Front National de l’Aveyron avait été le seul à dénoncer sa présence, le fait que l’Etat se plie aux injonctions de la CEDH (Cour européenne des Droits de l’Homme) qui rendaient impossible son extradition en Algérie. Les élus PS et LR de notre département étaient restés totalement silencieux. Malgré les tentatives d’intimidation du Maire PS de St Affrique (Alain Fauconnier) pour empêcher la diffusion de notre pétition, celle-ci avait  poussé les autorités publiques à déplacer M. Benhamed en décembre 2015 en Mayenne. Rappelons qu’interrogé par Europe 1 en février 2015, Merouhane Benhamed à la question de savoir s’il se repentait avait répondu « non, jamais, jamais ».

L’inconséquence de nos gouvernants, des élus PS et LR dans cette affaire est manifeste. Sa fuite était prévisible. Le fait que nous puissions « accueillir » sur notre sol, à nos frais, un terroriste est une insulte aux victimes de la barbarie islamiste. Cette affaire illustre l’incapacité du PS et des LR à combattre ce fléau. Seul le FN offre la lucidité et la volonté de mettre à genoux ces barbares et de protéger les français !

petition

 

Elevage laitier : la mort est dans le pré !

PENELLECommuniqué de Gilles Pennelle, Président du groupe Front National au Conseil régional de Bretagne, Secrétaire départemental du FN en Ille-et-Vilaine.

Le 1er avril 2015, l’Europe de Bruxelles mettait fin aux quotas laitiers qui permettaient de réguler la production de lait et donc de maintenir les prix.

Dans le Pays de Fougères, territoire laitier par excellence (60% des 1776 exploitations agricoles ne produisent que du lait !), les dirigeants de la classe politique de gauche comme de droite ne cachèrent pas leur satisfaction dans la presse locale. Pour le député UDI, Thierry Benoit, fervent partisan de l’Europe de Bruxelles, « la fin des quotas offre des perspectives aux producteurs ». Quant à Louis Dubreil, Maire de Saint-Brice-en-Coglès et à l’époque VicePrésident du Conseil Général PS, « cette évolution sera sans doute positive pour le Pays de Fougères ».

Plus d’un an plus tard, le constat est sans appel : la mort est dans le pré !

Le cours du lait est aujourd’hui de 277 € les mille litres, il était de 388 € en 2014 ! Rappelons qu’il faut 350 € pour atteindre le point d’équilibre.

Dans le Pays de Fougères, des centaines d’exploitations sont au bord de l’asphyxie ! Plus nos paysans travaillent, plus ils perdent de l’argent … Quelle profession accepterait cela ?

Pour sauver nos éleveurs, il faut rétablir une régulation du marché, mettre fin à la concurrence déloyale et instituer le patriotisme alimentaire ; trois mesures refusées et même interdites par Bruxelles. Il faut donc en tirer les leçons.

La survie de notre agriculture familiale passe par un changement de modèle économique. Il faut remplacer la désastreuse Politique Agricole Commune Européenne actuelle par une Politique Agricole Française qui permettra réellement à nos éleveurs de vivre de leur travail.

Mais, il faut d’abord commencer par tourner le dos aux politiciens locaux qui nous ont menti et trahi.