Timothée

Un ex-principal de collège fait débat en dénonçant « l’emprise » de l’islamisme

Un ex-principal de collèges sensibles de Marseille suscite le débat en dénonçant dans un livre la « loi du silence » qu’il dit avoir affrontée face à « l’emprise » de l’islamisme, un constat jugé alarmiste et dépassé par le rectorat et une partie de ses anciens collègues.

« Imam de la République »: c’est ainsi que Bernard Ravet, 64 ans, principal de trois collèges situés dans des quartiers très défavorisés de Marseille entre 1999 et 2012, se rebaptise dans son livre, paru pour la rentrée (« Principal de collège ou imam de la République », éditions Kéro).

L’ancien chef d’établissement relate ses années passées à « maintenir les valeurs de la République contre vents et marées », face aux difficultés sociales, à la violence et au trafic de drogue, ainsi qu’aux tentatives d’entrisme de l’islam, parfois radical. Lire la suite

Ordonnances sur le Code du travail : ni simplification, ni protection !

Avec une popularité en pleine dégringolade, qui a chuté de 19 points depuis le début de son quinquennat, Emmanuel Macron apparaît déjà en cette rentrée comme un président à bout de souffle. La présentation des ordonnances visant à « réformer » le Code du travail risque d’aggraver encore un peu plus cette défiance.

Hormis la fusion des instances représentatives du personnel (qui était d’ailleurs proposée dans le projet présidentiel de Marine Le Pen), on peine en effet à identifier des mesures positives dans ces ordonnances. La remise en cause de la règle commune concernant les CDD (le nombre de renouvellements possibles pouvant être décidé par branches et non plus par la loi) est extrêmement préoccupante : les salariés vont être davantage précarisés, notamment les plus jeunes.

La possibilité d’élargir les contrats de chantier à de nouvelles branches contribue également à cette précarisation. Sans CDI, comment louer un appartement, comment obtenir un crédit pour acheter une voiture ? En dépit des promesses répétées durant la campagne présidentielle d’une simplification du Code du travail, Emmanuel Macron n’aura en réalité réussi, avec cette réforme, qu’à rogner sur la protection. Fragiliser les salariés, ce n’est pas aider les entreprises ni offrir aux entrepreneurs les conditions propices à leur développement.

L’orientation assumée vers une primauté de l’accord d’entreprise (sur la durée du temps de travail notamment), favorisera par ailleurs le dumping social au sein d’un même secteur et cela au profit des grands groupes. L’U2P (l’union des entreprises de proximité, représentant 2,3 millions d’entreprises – métiers de services, artisans, professions libérales) s’en inquiète à juste titre.

Ce qu’attendent nos entreprises, ce dont a besoin l’économie réelle, c’est d’une baisse de la fiscalité, des charges et des contraintes tout autant qu’un protectionnisme permettant de favoriser nos entreprises nationales (notamment dans la commande publique) pour défendre l’emploi en France.

 

Nicolas Bay
Secrétaire Général du Front National

Macron veut des listes transnationales aux élections européennes

Emmanuel Macron n’en a jamais fait mystère : l’Union européenne, et surtout sa relance, est une priorité de son quinquennat. C’est ce qu’il devrait marteler mardi dans un discours adressé aux ambassadeurs français réunis à l’Élysée pour leur rentrée. Mais il n’y a pas que dans ses discours que le chef de l’État se préoccupe du projet européen. En coulisses, il prépare déjà les prochaines élections européennes, qui auront lieu dans deux ans. Avec un grand projet : mettre en place des listes transnationales.

Au moins 14 nationalités sur une liste. Le principe est simple : mettre sur une même liste des candidats du même bord politique mais de nationalités différentes. Lire la suite sur Europe1.fr

Chômage : le drame continue

Communiqué de presse du Front National :

Expert en maquillage comme la presse vient de le révéler, le président Macron exerce avec autant de talent son art quand il s’agit de maquiller la réalité de notre pays. Voilà des semaines en effet qu’il explique que la reprise économique est là. Les terribles chiffres du chômage en juillet, qui montrent une nouvelle très forte hausse, démontrent qu’il n’en est rien malheureusement. La France est plus que jamais enfoncée dans la déprime économique et le chômage massif qui va avec.

Rien d’étonnant à cela : les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets. Macron poursuit la politique de ses prédécesseurs, fondée sur l’austérité, l’injustice fiscale, l’écrasement des classes populaires et moyennes, des TPE/PME, et maintenant des retraités, l’obéissance à l’eurolibéralisme qui nous désarme face à la mondialisation sauvage.

Des choix inverses doivent être faits : patriotisme et souveraineté économiques, protections, baisse de la fiscalité pour les classes moyennes et les petites et moyennes entreprises françaises.

Ces choix influeront sur l’avenir de millions de familles françaises touchées par le drame du chômage.