Libération : entre tommies et teutons

arlettybis
Si mon cœur est français, mon c.l, lui, est international !
 

« Français, si vous saviez… », nous rappelait fort opportunément Jean-Pierre Fabre-Bernadac, évoquant la versatilité des Parisiens en 1944 qui, quatre mois après Pétain, acclamèrent de Gaulle. On pourrait en dire de même de tous ces « résistants de la dernière heure » qui rejoignirent les rangs des FFI et FTP, ou de ces bandes incontrôlées qui, souvent, procédèrent à des exécutions sommaires ou emprisonnèrent à tour de bras…

Robert Capa, pionnier du photojournalisme de guerre, réalisera un reportage saisissant sur les femmes tondues de Chartres accusées de « collaboration horizontale ». Comme celles de Chartres, 20.000 d’entre elles seront jetées à la vindicte populaire, connaîtront un sort identique, et Georges Brassens leur dédiera en 1964 une chanson, « La tondue », qui restera longtemps censurée.

Il y témoignera sa sympathie à cette « belle qui a couché avec le roi de Prusse à qui l’on a tondu le crâne rasibus… Les braves sans-culott’s et les bonnets phrygiens, ont livré sa crinière à un tondeur de chiens ». En pleine période gaulliste, alors que l’on commémorait le 20e anniversaire de la Libération, Brassens en rajoutera une couche avec « Les Deux Oncles » – l’un aimait les tommies, l’autre les teutons – où il renvoie dos à dos les deux camps opposés « De vos épurations, vos collaborations / De vos plats de choucroute et vos tasses de thé / Tout le monde s’en fiche à l’unanimité » car – comme il est dit dans la chanson : « il est fou de perdre la vie pour des idées ».

Arletty – qui n’avait pas vraiment la « gueule de l’atmosphère » de l’époque – ne fut pas tondue, mais elle fut inquiétée pour avoir tourné sous l’Occupation peut-être ses deux plus beaux films (Les Visiteurs du soir et Les Enfants du paradis) et surtout pour avoir entretenu une relation plus qu’amicale avec un officier de la Luftwaffe. Quand une codétenue lui demandait des nouvelles de sa santé, elle répondait systématiquement « pas très résistante », comme en 1941 à la question « Alors, gaulliste ? », elle avait répondu : « Non, gauloise ! » Gauloise au point d’avoir eu cette autre repartie, au moment de son arrestation par les FFI : « Si mon cœur est français, mon c.l, lui, est international ! »

Sacha Guitry fut appréhendé chez lui par de jeunes FFI et déféré à la Santé où il resta deux mois. Quand on lui demanda plus tard à quelle date il avait été arrêté, il répondit : « Le jour de la Libération. »

Source: BVoltaire

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban tacle la politique libérale européenne d’immigration

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a clairement expliqué ce lundi qu’après avoir gagné les élections législatives en avril dernier, l’un de ses principaux objectifs de son prochain mandat serait de désormais mener une lutte acharnée contre l’immigration.

« L’objectif est de mettre fin par tous les moyens à l’immigration ». « Je pense que la politique d’immigration libérale actuelle considérée pourtant comme évidente et moralement fondée est en fait hypocrite » a-t-il ajouté.

C’est dans la ville d’Ypres (Belgique) et entouré de nombreux ambassadeurs hongrois en poste de par le monde, que Mr Orban a fait son discours lors du sommet des Premiers ministres de l’UE pour marquer le centenaire de la première guerre mondiale.

En cette occasion, il a donc rajouté aux déclarations des autres dirigeants que l’immigration était une mauvaise chose en soi et que l’objectif des pays européens devrait être de s’attaquer à ce problème.

« Il y a eu deux types de réactions : certains ont envié ma liberté de parole à ce sujet car eux ne peuvent pas s’exprimer aussi librement que moi alors qu’ils voudraient pouvoir le faire. D’autres par contre étaient en désaccord avec moi car ils ont échoué sur la politique familiale démographique, sur les tensions sociales dues au chômage et enfin, ne se sentent pas vraiment gênés que la base ethnique de l’État-nation soit brisé »

Le Premier ministre hongrois a insisté sur le fait qu’il était d’une importance primordiale que la Hongrie reste un État-nation parlant une seule et unique langue et ayant le christianisme comme pierre angulaire religieuse.

[...]

Wall Street Journal

Michel Onfray défend la souveraineté nationale… (audio)

Michel Onfray dans « Le Grand Journal »: « Le libéralisme de l’UE, c’est la catastrophe pour des millions de personnes »

A voir absolument !

« Vous avez la foi en l’UE, vous avez la foi en l’euro et vous nous expliquez qu’on ne peut pas en sortir, que ce serait la catastrophe. Mais c’est déjà la catastrophe pour des millions de Français actuellement. » – Michel Onfray

« La France est majoritairement souverainiste. Il ne s’agit pas d’enterrer l’Europe mais d’en faire une autre. »

Éric Zemmour : « Macron et Vallaud-Belkacem font la paire »

Pour Rama Yade et Christiane Taubira, il y a esclavage et esclavage

esclavage-arabo-musulman
A quoi bon dénoncer l’esclavage si l’on exempte certains esclavagistes ?

L’ancienne secrétaire d’Etat Rama Yade vient d’exprimer selon Le Point sa « reconnaissance éternelle » envers Christiane Taubira pour sa loi qualifiant « l’esclavage » de crime contre l’humanité. Mais à quoi bon dénoncer l’esclavage si l’on exempte certains esclavagistes ? J’exprime quant à moi une éternelle reconnaissance à son compatriote sénégalais et anthropologue Tidiane N’Diaye pour avoir levé le voile sur la traite arabo-musulmane en ces termes : « Bien qu’il n’existe pas de degré dans l’horreur ni de monopole dans la cruauté, on peut soutenir que le commerce négrier et les expéditions guerrières provoquées par les arabo-musulmans furent, pour l’Afrique Noire tout au long des siècles, bien plus dévastateurs que la traite transatlantique » (Extrait de on ouvrage Le génocide voilé, cité dans le Nouvel Observateur 2010).

Madame Rama Yade n’est pas sans savoir l’espèce d’étrange allergie travaillant madame Taubira concernant la traite arabe : elle assume en effet ouvertement son occultation historique afin, dit-elle, d’épargner aux banlieusards franco-arabes de notre beau pays un fardeau moral supplémentaire. William Goldnadel l’avait dénoncé dans son livre « Du racisme blanc au racisme anti blanc ». Fumisterie idéologique de bas étage qui n’a d’ailleurs pas échappé à des millions de français que l’on prend ainsi ouvertement pour des truffes.

De devoir de mémoire en devoir d’oubli, l’obstination de certains descendants d’esclaves à louper un éléphant à deux mètres interroge… Nous connaissions des officines comme SOS Racisme, dont j’estimais dernièrement qu’elles sont à l’antiracisme ce que le prêtre pédophile est au christianisme, nous voilà avec SOS Esclavage et c’est selon moi la même crapulerie. Au même moment en Afrique, des dizaines (ou des centaines ?) de jeunes filles kidnappées par des islamistes, converties de force, mariées de force, ou destinées à la vente sur les marchés africains, en d’autres termes réduites en esclavage, observent, stupéfaites, mesdames Taubira et Yade se congratuler, et fêter « l’abolition de l’esclavage » chaque 10 mai. Et elles ne savent vraiment pas si, les voyant feindre de dénoncer encore et encore « l’esclavage », elles doivent éclater de rire ou fondre en larmes.

Source: BVoltaire

Réaction à l’augmentation du chômage

Front national logo

Communiqué de presse du Front National

Prévisions d’investissements en forte baisse, chômage en forte hausse : rien, absolument rien n’autorise le gouvernement, en échec complet, à poursuivre sa politique délétère.

À peine nommé, le gouvernement Valls 2 s’est pourtant vu rappelé à ses obligations par la Commission européenne en vue de continuer le travail de sabotage de la France.

Plus les signaux virent au rouge, plus le gouvernement, soumis à ses maîtres bruxellois et de la grande finance, accélère sa politique au mépris des intérêts fondamentaux de notre pays.

Le Front National exige de nouvelles élections législatives ; la France a plus que jamais besoin des solutions préconisées par notre mouvement pour redresser l’économie et résorber le chômage de masse : monnaie nationale, protectionnisme intelligent, patriotisme économique et État stratège.

Budgets publics : le logiciel « buggé » de l’euromondialisme

Communiqué de Presse de Jean-Richard Sulzer, Conseiller de Marine Le Pen pour les finances publiques

Le nouveau Gouvernement, après avoir annoncé un déficit budgétaire supérieur à 4% du P.I.B. en 2014, vient de le réestimer à 4,3 %.

Le Président de la Commission des Finances estime, quant à lui, que ce déficit pourrait monter jusqu’à 4,4 % du P.I.B., soit une dégradation par rapport à 2013 où il était de 4,3 %.

Cette perspective désastreuse rend impossible l’objectif de la réduction à 3 % en 2015.

Mais surtout ce maintien des déficits publics à 4,3 % – 4,4 % du P.I.B. n’a pu être laborieusement stabilisé que par une augmentation continue des prélèvements fiscaux et sociaux.

Ces résultats calamiteux exposent, désormais, le Gouvernement à une crise financière majeure. En effet, la dette publique ne pourrait se résorber, dans l’avenir, que par une croissance économique de 2,5 % par an au moins, alors que notre économie est en quasi-stagnation.

La moindre hausse des taux d’intérêt accélérerait la boule de neige de la dette : voilà où nous a menés le logiciel « buggé » de l’euromondialisme.

Chômage: 26.100 nouveaux demandeurs d’emploi au mois de juillet

EMPLOI – En juillet 2014, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 3.424.400 en France métropolitaine…

Manuel Valls avait prévenu dès mardi soi: les chiffres du chômage de juillet «ne peuvent pas être bons, ils seront négatifs», avait-il déclaré sur le plateau de France 2 après la présentation de son nouveau gouvernement. Pas sûr toutefois que le gouvernement se soit attendu à une telle hausse.

Hausse de 0,8 %

Après huit mois de hausse consécutive du chômage, il a franchi en juillet un nouveau record en France: le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégorie A s’établit à 3.424.400 en France métropolitaine fin juillet 2014. Après une hausse de 0,3 % en juin, le rythme s’accélère avec 26.100 nouveaux inscrits, soit une augmentation de 0,8 %. Sur un an, il croît de 4,3 %.

Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 5.083.800 en France métropolitaine fin juillet 2014 (5.386.600 en France y compris Dom). Ce nombre est en hausse de 0,8 % (+40.600) au mois de juillet. Sur un an, il augmente de 5,0 %.

Chômage de longue durée

Dans le détail, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans emploi) augmente de 0,9 % pour les hommes (+5,4 % sur un an) et de 0,6 % pour les femmes (+3,2 % sur un an).

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A de moins de 25 ans augmente de 0,7 % en juillet (-1,8 % sur un an). Le nombre de ceux âgés de 25 à 49 ans augmente de 0,8 % (+3,4 % sur un an) et celui des 50 ans ou plus s’accroît de 0,7 % (+11,6 % sur un an).

Dans ce contexte, les chômeurs de longue durée sont de plus en plus nombreux: en France métropolitaine, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégories A, B, C depuis un an ou plus augmente de 1,4 % au mois de juillet 2014 (+9,4 % sur un an) et celui des inscrits depuis moins d’un an s’accroît de 0,4 % (+1,9 % sur un an).

«Croissance nulle»

«Cette hausse traduit une croissance nulle dans la zone Euro comme en France (+0,0 % de PIB en France comme en zone euro au second trimestre 2014). Elle appelle la mise en œuvre rapide de la feuille de route sociale du gouvernement, en particulier pour l’emploi des jeunes», indique le ministère du Travail dans un communiqué. Avant de rappeler les espoirs placés dans son «pacte de responsabilité» visant à alléger les charges des entreprises: «La mise en œuvre du Pacte devra s’accompagner d’une mobilisation des entreprises comme des branches. À cette fin, le ministre François Rebsamen réunira le 10 septembre les représentants des 50 plus grandes branches professionnelles pour un suivi de leurs négociations et de leurs engagements à la fois qualitatifs et quantitatifs», poursuit le ministère..

Source: 20 minutes

Florian Philippot invité de LCI/Radio Classique

Libye : Est-il encore possible d’empêcher la création d’un « État islamique d’Afrique du Nord » ?

Par Bernard Lugan (Ce communiqué peut-être repris à condition d’en mentionner la source)

Au point de vue militaire la situation libyenne a considérablement évolué depuis mon précédent communiqué en date du 17 août dernier.

Suite et commentaires sur Fortune

Syrie : Assad propose son aide à Washington pour lutter contre l’Etat Islamique

Le régime syrien s’est dit prêt, lundi, à coopérer avec la communauté internationale, « y compris avec les États-Unis et le Royaume-Uni » pour lutter contre les jihadistes de l’organisation de l’État islamique.

Alors que Washington a déclaré que des frappes aériennes en Syrie pourraient être nécessaires pour lutter contre les jihadistes de l’organisation de l’État islamique, Damas s’est dit prêt, lundi 25 août, à coopérer dans ce sens avec la communauté internationale. Et ce, y compris avec les États-unis et le Royaume-Uni.

Les autorités syriennes ont toutefois souligné que toute frappe sur leur territoire devait se faire en coopération avec elles. Faute de quoi toute intervention serait considérée comme une agression contre le pays.

La Syrie est claire sur ce point et se laisse la possibilité de tirer sur des appareils américains, qui viendraient frapper, sans consentement, sur son territoire. Interrogé sur ce point, le ministre syrien des Affaires Étrangères, Walid Mouallem, a répliqué :

« Ceci pourrait arriver s’il n’y a pas de coopération préalable. Nous proposons donc une coopération et coordination internationale préalable pour empêcher qu’il s’agisse d’une agression ». « La Syrie est prête à une coopération et à une coordination sur le plan régional et international pour lutter contre le terrorisme dans le cadre de la résolution 2 170 du Conseil de sécurité de l’ONU », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse. (…)

À Londres, le chef de la diplomatie britannique Philipp Hammond a semblé préparer le terrain à une telle coopération avec le régime syrien, tout en se montrant prudent. « Il se peut qu’à certaines occasions, nous nous retrouvions à combattre les mêmes personnes que lui mais cela ne fait pas de lui un allié », a-t-il déclaré vendredi dernier à la BBC.

Source

« Nous sommes proches de la dissolution » Marine Le Pen

Par Emmanuel Galiero – Le Figaro

marine-le-pen-mc1

« C’est la continuité du délitement de la politique menée par François Hollande. Nous sommes proches, plus près que jamais, de la dissolution que nous réclamons depuis des semaines. » a confié Marine Le Pen au Figaro en réaction à l’annonce de la démission du gouvernement de Manuel Valls.

La présidente du Front national y voit « la dernière séquence de l’effondrement de ce gouvernement, de cette présidence et de cette politique ». Selon elle, la question n’est pas de savoir si François Hollande ira au bout de son mandat mais plutôt avec quelle majorité et si celle-ci sera socialiste. « Je ne le crois pas car lorsque tous les artifices, autorisés par la Ve république, auront été utilisés, il n’y aura plus qu’une seule possibilité pour François Hollande: la dissolution de l’Assemblée nationale ».

« Ce n’est peut-être qu’un début »

Quant à Arnaud Montebourg,   »le moins que l’on puisse dire est que cette démission globale du gouvernement n’est pas très honorable pour celui qui, s’il avait été un minimum sincère, aurait démissionné « . Et si elle pense que François Hollande n’avait pas d’autre choix, elle juge cependant que sa décision « ne règlera pas » pour autant  » ses problèmes « . Globalement, Marine Le Pen dénonce « une politique profondément néfaste pour le pays » et note qu’une  » immense majorité de Français en sont conscients « . Elle ajoute : « François Hollande n’a plus la confiance du peuple et il commence aussi à perdre celle de ses propres amis « .

« Et pendant ce temps-là, la situation dégénère et notre président de la république commémore sans agir. Mais il ne pourra pas se cacher éternellement derrière les commémorations car la France subit une vraie crise politique.» Elle conclut en imaginant une aggravation. «Ce n’est peut-être qu’un début, insiste-t-elle, car les socialistes qui font mine de ne pas être d’accord avec la politique menée, ne vont pas atténuer leurs critiques. Bien au contraire. » 

Plus tard dans la matinée, la présidente du Front National a appelé dans un communiqué à une dissolution de l’Assemblée nationale pour répondre à la crise manifestée par la démission du gouvernement de Manuel Valls.  »De l’UMP au PS, les gouvernements se succèdent mais les politiques ne changent pas (…). Dans ces conditions, il est plus que jamais nécessaire de redonner la parole aux Français et de dissoudre l’Assemblée nationale », écrit celle qui est arrivée avec son parti en tête des élections européennes fin mai.

Marine Le Pen: « il faut dissoudre l’Assemblée nationale »

« Ce remaniement est un épisode supplémentaire d’une longue descente aux enfers », a déclaré lundi Marine Le Pen sur BFMTV, réagissant à la démission du gouvernement de Manuel Valls.

Réaction de Marine Le Pen à la vraie-fausse démission du gouvernement Valls

220px-Marine_Le_Pen_-_cropped (1)Communiqué de presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La démission du gouvernement Valls annoncée ce matin offre une nouvelle démonstration de la désunion de la majorité socialiste et de l’incapacité du Premier ministre et du président de la République à obtenir le soutien de leur propre camp.

Le prochain gouvernement, dirigé par les mêmes hommes, restera à l’image des précédents : un gouvernement technique de soumission à l’Union européenne, chargé de mener une politique plusieurs fois rejetée par les Français.

De l’UMP au PS les gouvernements se succèdent mais les politiques ne changent pas. D’échecs en échecs, les mêmes hommes issus d’un même système, profondément francosceptique, mènent notre pays sur les voies du déclassement.

Dans ces conditions, il est plus que jamais nécessaire de redonner la parole aux Français et de dissoudre l’Assemblée nationale. Le pouvoir y sera de toute façon poussé par la perte de sa majorité à l’Assemblée Nationale.

En cette rentrée qui s’annonce difficile pour nombre de nos compatriotes, la valse des ministres est un spectacle affligeant qui accroît légitimement l’inquiétude des Français quant à l’avenir de la France.

Haut de page