La FIFA veut imposer le port du voile dans le football français

domard 2Communiqué de presse d’Eric Domard, Conseiller aux sports de Marine Le Pen Membre du Bureau Politique

Après avoir défendu envers et contre toute logique sportive et climatique la candidature du Qatar à l’organisation de la coupe du monde 2022 et ce alors même qu’une vaste enquête vise les conditions d’attribution de la compétition à ce micro état islamiste, Joseph Blatter, président de la FIFA, veut imposer le port du voile dans le football français.

Rappelons que ce diktat religieux a été défendu par la fédération asiatique de football dont le Qatar est un membre financièrement influent qui a obtenu gain de cause il y a quelques mois auprès de l’International Football Association Board (IFAB).

Pour Joseph Blatter, « l’International Football Association Board est le gardien de la loi du jeu et si les gardiens de la loi du jeu disent que les filles peuvent porter un voile, la fédération française ne peut s’y opposer ».

Cette confusion des genres savamment opérée par le président de la FIFA ne trompera personne. L’IFAB fixe en effet les lois et règlements du jeu, elle n’a pas vocation à imposer des prescriptions religieuses ni à s’immiscer dans le champ extrasportif.

Auquel cas, comment la FIFA pourrait justifier qu’elle impose à la France d’autoriser le port du voile au nom de la lutte contre les discriminations et la liberté religieuse, mais accepte que la fédération iranienne de football interdise aux femmes de se trouver dans les mêmes tribunes que des hommes dans les stades.

La France n’a pas à se plier aux exigences partisanes de M. Blatter et à cette ingérence du religieux dans le domaine sportif.

Le Front National rappelle son attachement inconditionnel à la neutralité religieuse et politique dans le sport en général et le football en particulier.

Il enjoint Mme Vallaud-Belkacem, ministre des Sports et des droits de la femme, de faire respecter la loi française et de faire appliquer en toute circonstance nos principes républicains.

Florian Philippot invité sur RMC et BFM-TV

Réunion publique avec Marine Le Pen à Vaiges (53)

Vaiges-27-04-2014

Steeve Briois invité sur Paris Première

Marine Le Pen : «Notre objectif, arriver en tête» aux européennes

ILLUSTRATION. La présidente du Front national, Marine Le Pen, s'est dite optimiste quant à la constitution d'un groupe de «patriotes» nationalistes au Parlement européen.

ILLUSTRATION. La présidente du Front national, Marine Le Pen, s’est dite optimiste quant à la constitution d’un groupe de «patriotes» nationalistes au Parlement européen. | AFP / Kenzo Tribouillard

Au Front national, on compte bien faire des élections européennes, le 25 mai, une vague Bleu Marine. La présidente du parti, Marine Le Pen, très offensive, a déclaré ce samedi à Brive-la-Gaillarde (Corrèze) que l’objectif de son parti était d’arriver «en tête».

«Notre objectif, c’est d’arriver en tête au niveau national», a indiqué, lors d’un point de presse en Corrèze, l’eurodéputée, venue soutenir le candidat de son parti pour la circonscription Massif central-Centre, Bernard Monot.

 

» Nous avons une vision nationale de ces élections», a-t-elle insisté, avant une réunion publique, la première qu’elle tient en région pour ces élections.

Plusieurs sondages récents placent le FN juste derrière l’UMP et devant le Parti socialiste, voire en première position. Le FN pourrait atteindre une vingtaine d’élus sur les 74 sièges réservés aux élus français.

Vers un groupe européen de «patriotes» nationalistes ? 

La présidente du parti d’extrême droite a évoqué les deux axes de la campagne de son parti: l’opposition à l’accord de libre-échange transatlantique, actuellement en négociation entre l’Union européenne et les Etats-Unis, et la lutte contre la Politique agricole commune (PAC).

Marine Le Pen s’est par ailleurs montrée optimiste quant à la constitution d’un groupe de «patriotes» nationalistes au Parlement européen «car nous avons une cohérence sur les problèmes de l’Union européenne, ce qui n’est pas le cas pour les autres groupes où il n’y a même pas de cohérence de vote». Elle a notamment évoqué des discussions avec le parti d’extrême droite autrichien, FPÖ, le Parti de la Liberté (PVV) au Pays-Bas et la Ligue du Nord italienne.

Environ 400 personnes, à l’appel des partis de gauche, s’étaient rassemblées à proximité du lieu du meeting. «Citoyens debout, les fachos sont parmi nous», «Non au FHaine, oui à une Europe solidaire», pouvait-on lire sur des pancartes.

 

LeParisien.fr

Syrie: Bachar al-Assad se rend à Maaloula pour la fête de Pâques

Photo postée sur la page Facebook de la présidence syrienne montrant Assad en visite dans la ville chrétienne de Maaloula à l'occasion la fête de Pâques, le 20 avril 2014.

Photo postée sur la page Facebook de la présidence syrienne montrant Assad en visite dans la ville chrétienne de Maaloula à l’occasion la fête de Pâques, le 20 avril 2014.
Le président syrien Bachar al-Assad a effectué dimanche un rare déplacement à l’occasion de la fête de Pâques en se rendant à Maaloula, localité chrétienne reprise aux rebelles par l’armée en début de semaine, selon la télévision d’Etat.

« Le jour de la résurrection du Christ, et du c?ur de Maaloula, le président Assad souhaite de joyeuses Pâques à tous les Syriens, et le rétablissement de la paix et de la sécurité à l’ensemble de la Syrie », a annoncé la chaîne dans un bandeau diffusé en bas de l’écran, sans cependant montrer d’images.

« Le président Assad s’est rendu au monastère de Mar Sarkis (Saint Serge et Bacchus) et a inspecté les dégâts et les destructions occasionnés par les terroristes », a ajouté la chaîne.

Ce monastère, fondé à la fin du Ve siècle, est un des plus anciens du Moyen-Orient. Il est dédié à Serge et Bacchus, officiers romains martyrisés en raison de leur foi sous le règne de l’empereur Maximien Galère (250-311).

Ukraine : Moscou promeut « l’homme russe » contre les valeurs occidentales

Le président russe Vladimir Poutine à Moscou, le 18 avril 2014.
Le président russe Vladimir Poutine à Moscou, le 18 avril 2014. (MAXIM SHIPENKOV / AP / SIPA)
Par Francetv info avec AFP

« Un Russe, ou plutôt une personne appartenant au monde russe, pense d’abord et avant tout qu’un homme a une haute destinée morale. Les valeurs occidentales sont [à l'inverse] que la réussite se mesure à la réussite personnelle. » Vladimir Poutine a donné le ton, jeudi 17 avril, lors de sa séance de questions-réponses télévisées. Samedi 19, la presse russe révèle que Moscou travaille sur une nouvelle politique culturelle fondée sur les valeurs démarquant la Russie de l’Occident, en pleine crise sur l’Ukraine.

Cette nouvelle politique, dont la rédaction revient au ministère de la Culture, se base sur la thèse que « la Russie n’est pas l’Europe » et s’appuie sur de nombreuses citations des discours de Vladimir Poutine. Selon une première version du texte du ministère, révélée dans la presse, la Russie est à la croisée des chemins et doit faire un choix entre l’extinction culturelle et la sauvegarde de ses « fondements moraux et spirituels ». La solution, « une politique culturelle d’Etat ».

« Gardiens de la véritable civilisation européenne »

Le document est entre les mains d’un groupe de travail du Kremlin présidé par l’un des plus proches appuis de Vladimir Poutine, son chef de cabinet Sergueï Ivanov, un ancien agent du KGB récemment mis sur liste noire par les Etats-Unis. 

Dans une interview au journal Kommersant, le ministre de la Culture, Vladimir Medinski a de son côté souligné que la Russie devait « protéger » sa culture des errements, selon, lui, de la culture contemporaine européenne. « La Russie sera peut-être l’un des derniers gardiens de la culture européenne, des valeurs chrétiennes et de la véritable civilisation européenne », a-t-il affirmé.

Une approche « soviétique », dénoncent les analystes

« L’idée principale, c’est que nous devons nous défendre de l’Occident, que l’Occident est le diable », résume l’analyste politique Alexeï Makarkine qui souligne que la tendance, déjà visible ces dernières années a été amplifiée par la cris en Ukraine. Il cite pour exemple la loi adoptée en 2012 pour obliger les ONG bénéficiant de financements étrangers à s’enregistrer comme « agent de l’étranger ».

A l’époque stalinienne, le terme était appliqué aux opposants réels ou supposés du régime, qui étaient alors fusillés ou envoyés dans les camps. Il était aussi employé par les autorités soviétiques dans les années 1970 et 1980 à l’égard des dissidents, accusés d’être à la solde de l’Occident. « Nous vivions ainsi à l’époque soviétique. C’était apprécié par les conservateurs, ceux qui voulaient un monde confortable, hermétique sans choses irritantes comme l’art abstrait », poursuit l’analyste.

De leur côté, 25 professeurs de l’Académie des Sciences ont rejeté dans une lettre ouverte le concept d’une Russie étrangère à l’Europe. Accusant le texte et son « idéologie d’Etat » de violer la Constitution russe, ils regrettent que le gouvernement, plutôt que de financer la recherche et favoriser les débats, ne préfère imposer une vision étrangère à l’histoire.

Aux européennes, la coalition forgée par Marine Le Pen pourrait obtenir 38 sièges

La présidente du Font national, Marine Le Pen, à France Télévisions.

Selon les dernières prévisions de l’institut Pollwatch2014, du 16 avril, la patronne du Front national (FN) alliée à Geert Wilders, le chef du parti nationaliste néerlandais, le parti pour la liberté (PVV,) pourrait obtenir 38 sièges au Parlement européen provenant d’au moins sept pays. C’est assez pour former un groupe (il faut 25 eurodéputés), peser davantage dans les débats et toucher les subventions européennes.

L’hypothèse n’a pas manqué d’interpeller la presse britannique. Le Daily Telegraph a déjà fait le calcul : le groupe de Mme Le Pen pourrait récupérer l’équivalent de 2 millions de livres par an (2,43 millions d’euros), dont 364 600 euros fournis par les contribuables du Royaume-Uni.

Pour obtenir ce score, Pollwatch2014 suppose qu’outre le PVV de Geert Wielders, la fille de Jean-Marie Le Pen s’allie avec les partis « frères » en Autriche (parti de la liberté, FPÖ), en Belgique (avec les Flamands du Vlaams Belang), en Italie (Ligue du Nord), en Slovaquie (Parti national slovaque) et en Suède (Démocrates suédois).

Source: le Monde

Bonnet d’âne pour les Grandes Gueules !

DR
Mes électeurs seraient des personnes en souffrance n’ayant pas réglé « un certain nombre de trucs »…

À l’occasion de la sortie du livre que j’ai écrit, Du gauchisme au patriotisme, édité par Riposte laïque, nous avons eu droit, grandeur nature, à un décodage du fonctionnement d’une certaine presse – papier, radiophonique et télévisuelle.

Premier épisode : l’AFP, dont le journaliste Guillaume Daudin a lu, lui, le livre, produit une dépêche intitulée « Le maire FN d’Hayange livre un réquisitoire anti-islam dans son autobiographie ». Certes, j’ai évoqué la religion musulmane dans cet ouvrage, en quelques lignes, sans doute fort critiques, mais qui ne dépassent pas quelques phrases. J’ai par ailleurs attaqué un dogme, comme le fait régulièrement le philosophe Michel Onfray, et pas des personnes.

Mais c’est très loin d’être l’essentiel d’un livre qui évoque mon itinéraire militant, celui d’un ouvrier qui a milité à Lutte ouvrière, puis à NPA, a monté une section syndicale CGT à Nilvange, avant de rejoindre le Front national, et de gagner l’élection municipale d’Hayange.

Pourtant, simplement sur la foi d’une dépêche AFP, par dizaines, des journalistes vont relayer cette information, faisant souvent un simple copier-coller, sans prendre la peine de m’appeler. Certains feront l’effort de changer le titre, en faisant de la surenchère, comme Libération, qui se ridiculisera en parlant d’une avalanche de propos anti-islam et anti-immigrés, rien de moins !

Toujours sans avoir lu l’ouvrage, une association dite antiraciste de Moselle fera savoir qu’elle s’interroge pour savoir si elle va déposer plainte. Un site musulman encourage ouvertement les associations à aller au tribunal.

Mais ce sont « Les Grandes Gueules », dont aucun intervenant n’a bien évidemment lu l’ouvrage, qui se surpasseront dans le lynchage de ma personne, de mon livre et même de mon éditeur, traité avec un rare mépris. Mes propos seraient indignes d’un maire, comme si le fait d’être élu démocratiquement devait restreindre la liberté de parole. J’aurais, ainsi que Gilbert Collard et Robert Ménard, des troubles psychologiques graves, et mes électeurs seraient des personnes en souffrance n’ayant pas réglé « un certain nombre de trucs ».

Voilà ce que déversent, suite à une simple dépêche AFP, certains animateurs des « Grandes Gueules », dont un enseignant qui n’a pas lu mon livre !

Dans la vidéo ci-dessous, où on peut profiter de ce qui s’apparente à une exécution médiatique, Christine Tasin estime que les Grandes Gueules sont des ânes… je me contenterai de leur en attribuer le bonnet. Ce qui ne m’empêche pas de rester disponible pour répondre à leurs questions, s’ils se décidaient à m’en poser, afin d’offrir enfin à leurs auditeurs un autre son de cloche (de Pâques…).

Source: BVoltaire

Royaume Uni : 50 000 Somaliens «en situation irrégulière» vont être rapatriés

Depuis plus de vingt ans, la Somalie est ravagée par la guerre civile. Au point que des millions de Somaliens ont fuit leur pays pour se réfugier à l’étranger. Si bien que le Royaume Uni, ancienne puissante colonisatrice, connaît aujourd’hui une très forte diaspora somalienne. Lassées par la situation, les autorités britanniques auraient décidé dernièrement de rapatrier 50 000 Somaliens en situation irrégulière vers leur pays d’origine.

C’est vers la région semi-indépendante du Somaliland que le pays d’Elisabeth II se serait tourné pour organiser cette opération. L’Angleterre fournit en effet une aide financière importante à cet Etat auto proclamé du nord de la Somalie. Une aide qu’elle aurait dernièrement décidé d’assortir de contreparties, selon hch24.

Un accord aurait en effet été convenu entre le président somalilandais, Ahmed Mohamed Silanyo, et les autorités britanniques lors de son passage à Londres ces dernières semaines.

Dernièrement, la présence du ministre de réinstallation des réfugiés, Ahmed Abdi Kahin, depuis deux semaines en Angleterre, n’était également pas passée inaperçue auprès de la diaspora dans le pays. Ainsi, certains politiciens somalilandais installés à Londres, auraient fait part de leur regret et de leur colère à hch24, du fait que le ministre leur ait caché la raison principale de sa visite en Angleterre.

Le Somaliland, situé au nord de la Somalie, près de la frontière avec l’Ethiopie, ne reconnaît plus l’autorité du gouvernement de Mogadiscio depuis sa déclaration unilatérale d’indépendance en 1991. Zone relativement stable par rapport au reste du pays, il a atteint un niveau d’indépendance tel qu’il dispose aujourd’hui de ses propres institutions et de son propre gouvernement.

Afrik.com

La France vue des États-Unis (VOSTFR)

C’est quoi un Français de souche ?

L’école doit éduquer, pas endoctriner

Communiqué de Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal de Saint-Nazaire, conseiller à la CARENE

     J’apprends avec stupéfaction qu’au lycée expérimental de Saint-Nazaire, déjà tristement célèbre pour être l’un des plus mauvais lycées du pays avec 8 % de réussite au baccalauréat, était organisée ce vendredi une projection d’un film et la présentation d’un livre. Ces deux « œuvres » – je ne saurai dire – sont dédiées aux Groupes d’action révolutionnaires internationalistes (GARI). Ceux-ci, formations anarchistes d’extrême gauche actives durant les années 1970 contre le régime finissant de Franco, se sont faites connaître par leurs méthodes.

     Quelles sont ces méthodes dont le lycée expérimental de Saint-Nazaire se fait l’apologue ? Il y a le financement par le biais de hold-up et de braquages de banques. Il y a les attentats à la voiture piégée et à la mitraillette, visant des ponts, véhicules, banques, gares, palais de justice, consulats, lieux de culte, compagnies aériennes, postes-frontières et sièges de journaux ; donc, de symboliques atteintes aux biens, aux personnes, aux institutions et jusqu’à la liberté même d’expression ! Il y a, encore, de fausses alertes à la bombe, et les vraies bombes qui explosent, blessant grièvement douze civils.

     Voilà deux documents qui ne sont pas présentés à des étudiants en histoire ou en sciences politiques d’une vingtaine d’années, sous la forme contextualisée de sources historiques, sujettes à recherche et débat, par exemple dans le cadre de travaux dirigés. Non ! Ce sont de jeunes gens d’une quinzaine d’années qui en seront les destinataires, non seulement sans le recul critique mais en plus – c’est cadeau ! – le commentaire partial et passionné de Nathalie Bruneau, ancienne élue Label gauche au conseil municipal, antifasciste assumée et dont le seul objectif pédagogique semble être la lutte contre le Front national en général et ses élus nazairiens en particulier.

     Je rappelle – mais pourquoi faut-il le rappeler ?! – que l’école est un espace sanctuarisé. La neutralité de l’enseignement et des enseignants doivent rester la norme. Aucune propagande ne saurait être tolérée, même dans un établissement « expérimental », a fortiori quand celle-ci promeut le terrorisme !

     J’en réfèrerai donc dès aujourd’hui tant à l’inspection d’Académie qu’au conseil régional et qu’au conseil général.

L’édito de Steeve Briois : les premiers pas convaincants des élus FN

6L’heure de l’installation a sonné pour les 1600 conseillers municipaux et les presque 500 élus communautaires FN et déjà ceux-ci se signalent par leur activité.

Ainsi, dès l’élection des maires et des présidents d’intercommunalités, les élus FN qui avaient symboliquement présenté leur candidature ont généralement obtenu plus de voix que leur total théorique. Un signe qui démontre que même si certains ont été élus sur des listes non-FN, le pôle d’attraction constitué par le FN / RBM va bien au-delà des frontistes de stricte obédience. Ces centaines d’élus indépendants mais proches de nos idées sont un vivier important sur lequel il faudra compter.

Les élus FN ont également fait montre d’une belle volonté de travailler. Ainsi, ils sont surreprésentés dans les commissions municipales, signe de leur détermination à « mettre leur nez partout » dans le sens de l’intérêt général. Ils ont très souvent tenu des discours introductifs très offensifs, montrant ainsi qu’ils ne sont pas là pour faire de la figuration.

Du côté des nouveaux maires, plusieurs initiatives sont à signaler. Tout d’abord, à Hénin-Beaumont, notre volonté de faire respecter scrupuleusement la loi républicaine et de lever la pression fiscale qui pèse sur nos concitoyens aura bientôt ses premières conséquences salutaires. Les drapeaux de l’Union européenne ont disparu du fronton de l’hôtel de ville, comme à Fréjus sur décision du maire David Rachline, au profit de celui qui nous uni et nous rassemble le mieux, le drapeau tricolore. Les autres maires sont bien entendu extrêmement actifs et nous vous en reparlerons en détail prochainement.

Qu’on se le dise, être utiles, crédibles et proches des préoccupations de nos concitoyens est la devise des élus FN, qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition. Plus qu’un objectif politique, c’est un pacte moral lié avec la population. C’est aussi la nécessaire démonstration de la capacité gestionnaire des cadres de notre mouvement, venant répondre à l’une des critiques qui nous est le plus couramment adressée. C’est enfin la preuve qu’une nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques sincères et compétents peuvent éclore sur les ruines du système UMPS.

Une obligation d’excellence et de résultats : voilà la feuille de route des élus FN !

Steeve Briois
Secrétaire Général du Front National

Européennes 2014 : message de soutien de Marion Maréchal Le Pen à Aymeric Chauprade

Message de soutien de Marion Maréchal Le Pen à Aymeric Chauprade, tête de liste aux élections européennes du 25 mai pour l’Ile-de-France et les Français de l’étranger.

 

Visitez le site de campagne d’Aymeric Chauprade : www.chauprade2014.com

Haut de page