Suppression des quotas laitiers : la dérégulation imposée par Bruxelles, une grave menace pour les producteurs français

BAYCommuniqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

La suppression des quotas laitiers à partir du 31 mars, qui limitaient jusqu’alors la production dans chaque pays pour éviter une trop forte baisse du prix payé aux exploitants, constitue une grave menace pour les producteurs français.

En effet, si les agriculteurs européens pourront produire les quantités qu’ils voudront, ce sont avant tout les pays où les coûts de production sont faibles qui en bénéficieront. La fin des quotas va renforcer la compétition entre la filière française (deuxième producteur européen de lait de vache derrière l’Allemagne) et les grands producteurs d’Europe du Nord, lesquels ne sont pas soumis aux mêmes normes qui contraignent et étouffent nos éleveurs. Les conséquences risquent donc d’être dramatiques pour les filières françaises. La concurrence internationale favorisera toutes les formes de dumping et une hausse des importations, entraînant une perte de part de marché des produits laitiers fabriqués en France.

Les producteurs de lait et plus généralement tous nos agriculteurs n’ont plus rien à attendre d’un gouvernement qui obéit au doigt et à l’oeil à une Commission européenne pour laquelle la dérèglementation sauvage doit être la règle de la vie économique.

Le Front National demande au gouvernement que la production de lait demeure plafonnée dans l’intérêt de l’élevage français. Pour en finir avec la déréglementation des prix exposant les matières agricoles à la pire spéculation financière, nous souhaitons mettre en place une véritable politique agricole patriote qui permette de soutenir nos éleveurs et nos agriculteurs en garantissant la stabilité des prix. Car c’est notre capacité à satisfaire nos besoins alimentaires de manière autonome qui conditionne aussi la souveraineté du peuple français.

Michel Onfray s’exprime à propos du Front National

A écouter avec attention, et à faire suivre…

La liquidation de MoryGlobal va entraîner la suppression de 2 150 emplois

Centre du transporteur MoryGlobal (ex-Mory Ducros) à Gonesse (Val-d'Oise), en 2013

C’est un des plus gros plans sociaux de ces dernières années. Les 2 150 salariés de MoryGlobal (ex-Mory Ducros) sont maintenant fixés. Le tribunal de commerce de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a prononcé la liquidation du transporteur, mardi 31 mars en fin d’après-midi, « avec poursuite d’activité jusqu’au 30 avril ». L’administrateur judiciaire doit maintenant « mener à bien les consultations avec les organisations syndicales » et « procéder aux licenciements des salariés » de l’entreprise.

Aucune offre de reprise n’ayant abouti – le principal projet, esquissé par Transport Malherbe, qui concernait 141 personnes, a été retiré en fin de semaine dernière – la liquidation a pu être prononcée immédiatement.

Dans un secteur de la messagerie déjà en surcapacité et financièrement très fragile, la situation de MoryGlobal, qui avait été placé en redressement le 10 février, était sans grand espoir. Le transporteur a subi, en 2014, une perte nette de 43 millions d’euros.

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr

Liquidation de MoryGlobal : l’UMPS en accusation

Florian-PhilippotCommuniqué de presse de Florian Philippot, Vice-président du Front National

La liquidation de MoryGlobal prononcée ce jour par la Justice envoie sur le carreau les 2150 salariés du groupe survivants de la précédente faillite, celle de Mory Ducros l’année dernière, et qui avait déjà entrainé la suppression brutale de 2800 postes sur 5000.

Cette liquidation judiciaire marque la faillite de tout un système politique et économique qui depuis des années expose les acteurs français du monde du transport à la concurrence déloyale et féroce de groupes étrangers, usant massivement des travailleurs détachés et profitant à plein de l’ouverture totale des frontières.

Dans ce système, celui qui n’utilise pas des routiers en provenance d’Europe de l’Est est ainsi condamné à mourir.

En outre, l’Etat s’est révélé incapable de contrôler et de garantir l’utilisation des fonds qu’il a lui même prêtés à MoryGlobal dans le cadre du premier plan de reprise. Les investissements nécessaires à la prolongation des activités de l’entreprise n’ont pas été réalisés correctement.

C’est donc une triple faillite à laquelle on assiste aujourd’hui : celle de l’UMPS qui a mis en place sous l’égide de l’Union européenne les conditions d’une concurrence déloyale insupportable ; celle du gouvernement Valls, acteur passif d’un plan de redressement dans lequel il a pourtant engagé l’argent des Français ; et celle d’un actionnaire majoritaire peu scrupuleux, profitant gravement de la faiblesse de l’Etat.

Le Front National, comme il l’a toujours fait depuis deux ans, se tient résolument aux côtés de tous les salariés du groupe dans cette épreuve. Il appelle plus que jamais à un changement radical de politique économique, afin que la liquidation de MoryGlobal ne soit pas le première d’une nouvelle série noire dans le transport français. Il réitère enfin sa demande d’abrogation immédiate de la directive européenne de détachement des travailleurs.

David Rachline invité sur I>Télé

Gilbert Collard invité sur l’Opinion

Charte d’engagement politique pour le département

Communiqué de Presse du Front National

Le Bureau politique du Front National a adopté une « charte d’engagement politique pour le département », qui est adressée aux élus souhaitant servir l’intérêt général dans les départements où, à l’issue du 2nd tour des élections départementales, il n’y a pas de majorité départementale absolue.

charte_departementale

Les patriotes en force dans vos départements !

INFO_DEPARTEMENTALES_2015

Marine Le Pen invitée sur i>Télé

Élections départementales 2015 : les mairies FN/RBM plébiscitées par les électeurs !

BrioisCommuniqué de presse de Steeve Briois, Maire d’Hénin Beaumont, député européen et vice-président aux exécutifs locaux et à l’encadrement

Le scrutin de deuxième tour des élections départementales permet de tirer deux enseignements majeurs pour le Front national et le rassemblement bleu marine.

Tout d’abord, les candidats du FN/RBM progressent partout en voix au deuxième tour du scrutin, ce qui démontre que le vote FN/RBM constitue un véritable vote d’adhésion pour les français. De plus, malgré un mode de scrutin uninominal à deux tours traditionnellement très défavorable, le Front National a fait élire 62 conseillers départementaux alors qu’il ne présentait qu’un conseiller général sortant. Cette très forte progression en voix et en nombre de conseillers départementaux constitue en soi une victoire sans précédent.

Mais au-delà de cette progression spectaculaire, il convient d’analyser de près les résultats de nos candidats dans les villes gérées par des maires FN/RBM. Et le constat est sans appel : c’est un véritable plébiscite pour leur gestion municipale. A Hénin Beaumont, alors que nous réalisions au 1er tour le score de 50.25% des voix aux élections municipales de 2014, nos candidats ont réuni respectivement près de 61.78% et 65.21% des suffrages au deuxième tour de ces élections départementales, soit une progression spectaculaire de 11.5 et de 15 points. A Fréjus, alors que l’actuel Maire David Rachline réunissait 45.55% des suffrages aux élections municipales de 2014, les candidats FN sur le canton de Fréjus ont réalisé au 1er tour, le score exceptionnel de 51.17% ! Oui, dans toutes les Mairies FN, nos candidats ont progressé en suffrages et dépassé largement les 50% dans 9 d’entre elles, ce qui permet de confirmer que les administrés de ces communes sont tout à fait satisfaits de la gestion de bon sens de leur Maire.

En outre, cette dynamique électorale sans précédent permet de confirmer que l’implantation locale précède les victoires aux élections intermédiaires notamment départementales et régionales. Il convient donc de poursuivre ce maillage territorial afin de faire du Front National Rassemblement bleu marine, le mouvement de la proximité au service de nos compatriotes.

tableau-resultats1

Élections Départementales. Un succès sans précédent pour le Front National en Bretagne

Gilles PennelleCommuniqué de Gilles Pennelle, Membre du Bureau Politique du Front National, Secrétaire départemental du Front National d’Ille-et-Vilaine.

Les élections départementales ont été pour le Front National en Bretagne un grand succès. Avec un score historique de 18,3% sur l’ensemble du territoire breton et onze seconds tours, la démonstration a été faite que le Front National est maintenant une grande force politique avec laquelle il faudra compter demain.

Le Front National constate que ses candidats au second tour ont considérablement augmenté leurs scores qui dépassent très souvent les 30% des voix.

Grâce à un mode de scrutin injuste et à une tambouille électorale dont ils ont le secret, l’UMP et le PS parviennent à se partager le pouvoir dans les quatre départements bretons. Leur forteresse est cependant ébranlée. D’accords sur l’essentiel, ils ne résoudront aucune des difficultés de la Bretagne, menacée par la mondialisation sauvage imposée par l’Europe de Bruxelles.

En décembre prochain auront lieu les élections régionales. Cette fois-ci, grâce à la proportionnelle, le Front National aura de nombreux élus et portera enfin au sein de l’Assemblée Régionale les aspirations des bretons qui lui font confiance.

2e tour des élections départementales : le Front National devient une force politique incontournable et enregistre de nombreuses victoires au scrutin majoritaire

BAYCommuniqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général du Front National, Député français au Parlement européen

Les résultats obtenus par le Front National au 2nd tour des élections départementales confirment et amplifient la dynamique du 1er tour. En effet, fort des 26% des voix obtenus le 22 mars là où il était en lice (1912 cantons sur 2054), notre mouvement a pu se maintenir au 2nd tour dans 1110 cantons (60%).

Avec 4 108 404 voix obtenus le 29 mars, les candidats du Front National enregistrent une progression très importante entre les deux tours, malgré les manœuvres et petits arrangements entre le PS et l’UMP-UDI qui ont marqué l’entre deux tours.

Le Front National, qui ne disposait que d’un seul élu sortant sur plus de 4000, obtient 62 élus départementaux qui gagnent, dans la majorité des cas, à la majorité absolue dans des duels face à la gauche ou face à l’UMP-UDI. Cela démontre la capacité du Front National à gagner au scrutin majoritaire y compris dans des départements qui ne comptent pas parmi ses zones de forces habituelles, comme par exemple l’Yonne, la Marne ou la Gironde. 198 candidats FN ont manqué leur élection de seulement quelques voix en obtenant plus de 45% des suffrages exprimés.

Après les élections municipales de l’an passé qui ont été une étape déterminante de l’ancrage territorial du FN (10 villes conquises et l’élection de 1600 conseillers municipaux), ces élections départementales constituaient une deuxième étape essentielle de ce maillage local et un nouveau grand succès pour les patriotes. Les élections régionales de décembre prochain seront la 3e étape de cette installation du Front national comme force politique locale majeure dans la perspective de l’alternative nationale que portera Marine Le Pen en 2017.

Cantons gagnés par le Front National le 22 et le 29 mars 2015 :

Guise, Hirson, Vic-sur-Aisne, Villers-Cotterêts (02)

Berre-l’Etang (13)

Beaucaire, Vauvert (30)

Le Nord-Médoc (33)

Béziers-1, Béziers-2, Béziers-3 (34)

Vitry-le-François-Champagne (51)

Eurville-Bienville, Saint-Dizier-1 (52)

Saint-Mihiel (55)

Crépy-en-Valois, Noyon (60)

Harnes, Hénin-Beaumont-1, Hénin-Beaumont-2, Lens, Lillers, Wingles (62)

Corbie (80)

Fréjus, Garéoult, La Seyne-sur-Mer-1 (83)

Carpentras, Le Pontet, Monteux (84)

Villeneuve-sur-Yonne (89)

Beau succès pour le Front National du Maine-et-Loire au second tour des élections départementales

GAETAN DIRANDCommuniqué de Gaétan Dirand, Secrétaire Départemental FN du Maine-et-Loire

21 cantons représentés, 23% des suffrages au soir du premier tour, 7 binômes qualifiés avec des scores supérieurs à 30%  pour ce deuxième tour !!! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : ces élections départementales sont un succès pour le Front National du Maine-et-Loire. Ils viennent confirmer une année électorale 2014 pleine de promesses. Nous enregistrons une des plus fortes progressions des candidats frontistes dans l’ouest de la France !

Nous remercions les électeurs du département qui, non seulement nous ont massivement accordé leur confiance au premier tour, mais ont aussi confirmé leur choix lors du  second tour.  Dans la majorité des cantons où nous étions qualifiés, nos candidats ont récolté davantage de suffrages qu’au premier tour.

La campagne  menée par nos candidats a permis de mesurer l’adhésion grandissante des Français à nos valeurs et nos idées. Ces résultats sont un encouragement à poursuivre notre travail de terrain. Avoir une implantation locale forte est une nécessité pour que le Front National continue de grandir et représenter la première force d’opposition face à une gauche à la dérive et une droite qui a montré ses insuffisances dans l’exercice du pouvoir.

Nos adversaires politiques ne pourront à l’avenir continuer à faire comme si nous n’existions pas. Le mépris dont ils ont fait preuve vis à vis de nos électeurs est inadmissible. Leur refus de débattre avec nos candidats qualifiés est une insulte à la démocratie et ne fait que renforcer notre détermination.  La dynamique est en marche et nous serons attentifs à entretenir la flamme dans les prochains mois pour faire des élections régionales de décembre 2015 un nouveau succès pour le Front National du Maine-et-Loire.

Le FN 76, premier parti du département, est une force politique incontournable !

jacques-GaillardCommuniqué de presse de Jacques Gaillard, Secrétaire Départemental du FN 76

Les excellents résultats obtenus par nos candidats confirment notre bonne implantation départementale.

Seuls contre tous, nous passons d’une moyenne de 26,33% des voix au premier tour à 34,04% au second tour, avec des scores allant jusqu’à 45,23% des voix sur le canton de Eu et 41,64% à Gournay en Bray.

En milieu rural nous amplifions notre ancrage territorial et fidélisons notre électorat.

Dans toute l’agglomération du Havre nos scores sont en nette progression contre l’union des droites et la gauche gouvernementale. Les électeurs rejettent à plus de 35% la politique de l’UMPS qui a mis le département en état de faillite.

Sur la rive gauche de Rouen, fief historique de Laurent Fabius, le Front National, présent partout au second tour, a nettement progressé en nombre de voix. Cela démontre que les électeurs de la gauche reportent leurs votes sur les candidats « Patriotes » du Front National.

Dès à présent notre organisation départementale se met en ordre de bataille pour les élections régionales.

Le FN 1er parti de l’Orne !

les vrais vainqueurs

Premier parti de l’Orne au 1er tour, le Front National prouve à l’issue de ce scrutin qu’il est désormais profondément implanté sur le territoire.

Ses candidats ont conforté leurs résultats au second tour en restant à des niveaux très élevés en dépit d’un mode de scrutin peu favorable. C’est à Argentan (43,28%) et L’Aigle (35,62%) qu’il réalise ses meilleurs scores. Le binôme du canton de Mortagne au Perche (28,69%) réussit même à se hisser de la troisième à la seconde place.

Désormais force politique incontournable dans l’Orne, il continuera à se structurer et à renforcer son implantation en vue des prochaines échéances électorales.

Haut de page