» Tsunami en vue à la CFDT: ses adhérents votent Front National ! « 

fn-parisCommuniqué de la fédération du FRONT NATIONAL de Paris

La CFDT, en la personne du coordinateur des Conseillers prud’homaux de Paris, enjoint Dominique Bourse-Provence de donner sa démission au motif qu’il a été candidat Front National dans le 10e arrondissement de Paris aux élections municipales : «  nous considérons qu’il est incompatible de représenter à la fois la CFDT et le Front national dont les idées portent atteinte à la démocratie et aux valeurs de la République ». Ce « casus belli » est accompagné d’une interdiction de se prévaloir de la CFDT dans le mandat prud’homal. Dominique Bourse-Provence a évidemment refusé d’obtempérer et a expliqué les raisons de son refus à ces chiens de garde pas très démocrates et encore moins républicains (cf La Lettre de l’Expansion N°2218 du 2 mars 2015).

Dominique Bourse-Provence fait toujours parti officiellement de ce syndicat dont il paie les cotisations. Mais il est victime d’un véritable ostracisme et n’a plus aucun contact avec sa direction régionale dont il a pourtant été le secrétaire adjoint pendant plusieurs années. La fédération du FRONT NATIONAL de Paris dénonce cette chasse aux sorcières qui consiste à discriminer un syndicaliste en raison de son appartenance au Front National.

La direction du syndicat CFDT fait preuve d’incohérence : Elle doit aller au bout de sa démarche et reconnaître la légitimité bien réelle de ses adhérents à candidater et voter Front National ou carrément exclure les « brebis galeuses ». Au lieu de cela, la CFDT préfère l’hypocrite stratégie de l’édredon : surtout pas  de vagues, éviter la contagion ! Il est vrai que cette peur se comprend car les compromissions de la hiérarchie du syndicat CFDT avec le pouvoir socialiste sont inexcusables.

La CFDT, c’est vraiment le mariage pour tous du capital et du travail !

Mais pas pour le simple syndiqué, considéré comme un citoyen mineur qui doit toujours penser de façon binaire droite/gauche-gauche/droite aux pas cadencés de l’alternance. Et surtout ne jamais s’émanciper : sa liberté de conscience ne fait pas de bruit, sa liberté d’expression est sous contrôle.

La fédération du Front National de Paris a décidé, dans ces conditions, de constituer un groupe de réflexion animé par Dominique Bourse-Provence : « Le cercle Front syndical », pour tous ses adhérents syndicalistes en proie au sectarisme de leur direction. Il est temps de secouer le joug de l’intolérance et des attitudes anti-démocratiques.

Marine Le Pen invitée sur i>Télé

Austérité : Bruxelles veut, Hollande s’exécute

tract1Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La démocratie française n’existe plus. Depuis des années le Front National dénonce la perte de note souveraineté, transférée par l’UMPS à Bruxelles.

C’est donc désormais la Commission européenne qui donne le La de l’action gouvernementale. Le Président de la République, réduit au rang de simple sous-préfet européen, prend ses consignes et s’exécute.

C’est ainsi qu’il vient d’annoncer dans les colonnes du Parisien 4 milliards d’euros d’austérité supplémentaire, au motif d’une réduction illusoire des déficits publics, simplement parce que Bruxelles le lui a « demandé ».

Aucune leçon n’est jamais tiré par le pouvoir des échecs de sa politique économique. Le Président ignore volontairement les effets récessifs de la politique d’austérité, en particulier ses conséquences délétères pour nos finances publiques, et la poursuit donc au rythme voulu et ordonné par l’Union européenne.

La grande question est maintenant de savoir comment ces « efforts » seront financés : qui paiera ? Quels impôts seront augmentés en douce ? Qui supportera cette austérité supplémentaire, les jeunes ? Les retraités ? Les familles ? La santé ? L’armée ?…

Le mépris pour la Démocratie apparaît plus flagrant que jamais. Nos dirigeants ne rendent plus compte au peuple mais à Bruxelles ; il ne prennent plus leurs ordres du peuple mais de Bruxelles. Il y a maintenant urgence à les remplacer, au risque de voir la France disparaître sous le coup de politiques en échec constant.

Dans cette perspective, une première occasion décisive se présentera à nos concitoyens avec les élections départementales des 22 et 29 mars prochains.

Departementales 2015 / Côtes-d’Armor : O. de Mellon et P-M Launday candidat sur le canton de Broons

Article (1)

Aveyron : les méthodes frauduleuses du Président du Conseil général reprennent du service sur son canton !

 

Laurent Bourrillon Ginette Lamic Lot & PalangesCommuniqué de Presse du 3 Mars 2015 de Laurent Bourrillon & Ginette Lamic

Candidats Front national sur le canton Lot & Palanges

Les méthodes peu orthodoxes de Jean-Claude Luche, voire illégales, pour financer sa campagne reprennent du service.

Nous avions dénoncé en Juin 2014, dans le silence d’alors, le fait que le Président Luche subventionnait de manière exceptionnelle des communes pour s’assurer les votes des grands électeurs à l’élection sénatoriale de septembre dernier. Le recours toujours pendant et une décision longue à venir devant le Conseil Constitutionnel semble donner raison à nos propos d’alors.

Hier, nous avons été informés par des habitants  du Canton Lot & Palanges, où est candidat pour les élections départementales le cumulard Luche, qu’était  distribué avec le magazine du conseil général « Aveyron » le journal de campagne du candidat Luche. Cela fut confirmé par plusieurs habitants de diverses communes du canton : St Geniez d’Olt, Coussergue, Aurelle-Verlac. Ce matin ce sont les Laissaguais qui en ouvrant leurs boites aux lettres ont trouvé le magazine « Aveyron » avec à l’intérieur le journal de campagne de Jean-Claude Luche !!!

Monsieur Luche,  en l’espèce il y a deux options :  soit vous avez payé une prestation à la poste pour distribuer vos tracts (à défaut de militants) mais vous n’avez pas à glisser votre journal de campagne dans le magazine sauf à courir le risque que le Conseil Constitutionnel et la CNCCFP considèrent que le magazine « Aveyron » soit assimilés à un document de campagne et comptabilisé dans vos comptes de campagne , soit vous avez fait insérer votre journal de campagne en faisant porter les coûts de distribution avec le magazine « Aveyron » est vous êtes dans l’illégalité la plus totale.  Dans tous les cas il y a un problème légal qu’il appartiendra au juge des élections de trancher et la jurisprudence ne vous ait pas favorable en la matière.

Monsieur Luche s’expose à un recours que nous ne manquerons pas de déposer en temps et en heure. Nous présenterons devant la juridiction compétente les éléments et témoignages nécessaires. Une main courante va être déposée dans les heures qui viennent.

Nous invitons les électeurs du canton Lot & Palanges à prendre en compte les méthodes de Monsieur Luche dans le choix qu’ils auront à faire.

Jean-Claude Luche serait-il un monarque subventionné qui pense jouir d’une impunité souveraine ? Le 22 mars sortons le souverain en votant pour Laurent Bourrillon et Ginette Lamic !

Magazine « Aveyron » et journal de campagne du candidat

à l’intérieur dans les boites aux lettres ce matin à Laissac

Luche tract

 

Communiqué de Presse du 4 mars 2015 de Laurent Bourrillon & Ginette LamiC – Candidats Front national sur le canton Lot & Palanges

La réaction du Président Luche à notre communiqué de presse démontre donc que nos affirmations étaient justes s’agissant de la distribution du journal de campagne de J.C Luche à l’intérieur du magazine du Conseil Général « Aveyron » les 2 et 3 mars sur le canton où il est candidat.

De fait, même si Monsieur Luche à fait imputé sur son compte de campagne la distribution par Médiapost (le prestataire) de son journal, l’illégalité est manifeste au regard du juge électoral par le risque de confusion que cela entraine auprès des électeurs et de rupture de l’égalité des candidats face au scrutin.

Nous soulignons, qu’il est un peu facile de s’abriter derrière une erreur du prestataire. Comment peut-on faire confiance à un candidat qui oublie une règle de base du droit électoral, alors qu’il bénéficie en plus de conseillers pléthoriques autours de lui ?

Comme nous l’indiquions hier, les candidats FN du canton Lot & Palanges et l’équipe de campagne recueillent de nombreux témoignages  afin d’engager les voies de droit à l’issu du scrutin si Monsieur Luche devait être élu. La jurisprudence ne souffre pas d’ambiguïté en la matière.

Comme pour son élection au Sénat, le juge électoral et des comptes électoraux aura à en juger.

Midi-Libre du 4 Mars

du00E9part014

Question écrite de Marion Maréchal – Le Pen‏, député de Vaucluse

marion-maréchal-le-pen-Marion Maréchal Le Pen interroge Mme la ministre de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la question de la laïcité dans les universités.

La loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 interdit «le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse» dans «les écoles, les collèges et lycées publics.» L’université n’a pas été intégrée au dispositif législatif au motif que les étudiants sont des individus majeurs libres de leurs choix: ils peuvent arborer des signes religieux tant que le visage n’est pas dissimulé eu égard à la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010. Néanmoins, le monde de l’Enseignement est régi par une laïcité à géométrie variable qui n’est pas sans engendrer des contradictions : les étudiants des classes préparatoires et des BTS, pourtant majeurs, sont soumis à la loi de 2004. Par ailleurs, depuis la loi n° 2007-1199 du 10 août 2007 relative à l’autonomie des universités, il revient à chacune d’elle d’adopter un règlement intérieur et une charte d’établissement précisant sa position sur les signes religieux ostensibles. L’absence d’universalité de la laïcité provoque des confusions, sources d’une multiplication des dérives communautaristes: port du voile, remise en cause du contenu de l’enseignement, demandes d’aménagements des sessions d’examens en fonction du calendrier religieux, exploitation de locaux universitaires par des associations communautaires. Les directions universitaires font face à un flou juridique qui peut les pousser aux compromis en cédant à des attitudes velléitaires qui cherchent à destabiliser un modèle respectueux de la liberté de conscience. Pourtant, l’exhibition d’insignes religieux ostensibles constitue un véritable trouble de l’ordre dans l’établissement et le fonctionnement du service public qui devrait conduire les autorités à intégrer de telles manifestations visuelles dans les interdictions tracées par le Conseil d’Etat.

Le Haut Conseil à l’intégration avait proposé en août 2013 d’élargir la loi de 2004 aux établissements universitaires. C’est pourquoi elle demande si les pouvoirs publics n’envisagent pas d’étendre la loi de 2004 aux établissements de l’enseignement supérieur afin d’apaiser les tensions communautaires au sein de nos universités tout en assurant l’équité recherchée par la laïcité.

Austérité : Bruxelles veut, Hollande s’exécute

marine_2b_400pxCommuniqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

La démocratie française n’existe plus. Depuis des années le Front National dénonce la perte de note souveraineté, transférée par l’UMPS à Bruxelles.

C’est donc désormais la Commission européenne qui donne le La de l’action gouvernementale. Le Président de la République, réduit au rang de simple sous-préfet européen, prend ses consignes et s’exécute.

C’est ainsi qu’il vient d’annoncer dans les colonnes du Parisien 4 milliards d’euros d’austérité supplémentaire, au motif d’une réduction illusoire des déficits publics, simplement parce que Bruxelles le lui a « demandé ».

Aucune leçon n’est jamais tiré par le pouvoir des échecs de sa politique économique. Le Président ignore volontairement les effets récessifs de la politique d’austérité, en particulier ses conséquences délétères pour nos finances publiques, et la poursuit donc au rythme voulu et ordonné par l’Union européenne.

La grande question est maintenant de savoir comment ces « efforts » seront financés : qui paiera ? Quels impôts seront augmentés en douce ? Qui supportera cette austérité supplémentaire, les jeunes ? Les retraités ? Les familles ? La santé ? L’armée ?…

Le mépris pour la Démocratie apparaît plus flagrant que jamais. Nos dirigeants ne rendent plus compte au peuple mais à Bruxelles ; il ne prennent plus leurs ordres du peuple mais de Bruxelles. Il y a maintenant urgence à les remplacer, au risque de voir la France disparaître sous le coup de politiques en échec constant.

Dans cette perspective, une première occasion décisive se présentera à nos concitoyens avec les élections départementales des 22 et 29 mars prochains.

Pas de caméra chez les cailleras : L’incroyable note de service de France Télévisions

Dans le document ci-contre, France Télévisions reconnaît, à son plus haut niveau, qu’il n’est plus possible de filmer dans les « quartiers sensibles » et qu’il est même souhaitable de ne pas le faire… sauf à être accompagné d’un fixeur, comme dans un pays en guerre.


Fdesouche

Inauguration de la permanence FN de la fédération de Haute-Marne

Nicolas était à Chaumont pour l’inauguration de la permanence du Front National de la fédération de Haute-Marne en plein centre de Chaumont et soutenir les candidats pour les élections départementales.
Capture d’écran 2015-03-04 à 09.32.42Capture d’écran 2015-03-04 à 09.32.57

Ukraine: des mercenaires espagnols font partie du bataillon Azov

Selon deux Espagnols accusés de participation aux hostilités dans le Donbass, d’autres ressortissants espagnols font partie du bataillon ukrainien Azov.

Des Espagnols combattent dans les rangs du bataillon ukrainien Azov et d’autres formations pro-Kiev, ont annoncé à Madrid les Espagnols Hector Arroyo et Sergio Becerra arrêtés la semaine dernière pour avoir participé aux hostilités dans le Donbass aux côtés des insurgés.

« J’ai des preuves attestant qu’il y a des Espagnols dans les rangs du bataillon néonazi Azov », a indiqué Sergio Becerra, qui a passé quatre mois dans le Donbass, de septembre à décembre 2014.

« Parmi ces Espagnols, il y a des mercenaires et des gens qui sont arrivés en Ukraine pour des raisons idéologiques », ajoute Hector Arroyo. Selon lui, l’Espagne n’arrête pas ces personnes parce que Madrid soutient Kiev en envoyant du matériel de guerre en Ukraine.

La semaine dernière, huit hommes soupçonnés d’avoir participé aux combats aux côtés des insurgés en Ukraine ont été interpellés en Espagne, puis relâchés après un interrogatoire. Selon le ministère espagnol de l’Intérieur, les activités des personnes interpellées « sapent la paix et l’indépendance » d’un Etat et sont contraires au statut neutre de l’Espagne dans le conflit ukrainien.


 

Un responsable du Comité de soutien à l’Ukraine antifasciste, Ramiro Gomez, a dénoncé la politique de deux poids deux mesures de la justice espagnole qui n’accuse que les Espagnols qui soutiennent les antifascistes.

Selon Ivan et Meri, membres du Centre social Otubre de Guadalajara, personne ne traduit en justice les nazis espagnols partis en Ukraine, bien qu’ils publient des photos avec des armes et des croix gammées dans les réseaux sociaux.

Où va votre argent ? À loger des clandestins à l’hôtel !

Nicolas Bay invité sur LCP

Les demandeurs d’emploi d’Outre-mer sont-ils des chômeurs ? Gilbert Collard interpelle le gouvernement

collardType de question : QE
Ministère interrogé : TRE – Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social
Question n° : 10-00023

Gilbert Collard attire l’attention de M. le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social sur les dernières statistiques du chômage récemment publiées.

En effet, les chiffres annoncés, qui omettent d’ailleurs les demandeurs d’emploi des catégories B et C, excluent totalement nos compatriotes résidant dans les collectivités ultramarines. Ceci élimine des statistiques 300 000 demandeurs d’emploi des DOM-TOM ; puisque le chiffre total annoncé passe de 5 232 000 chômeurs en métropole à 5 530 000 sur l’ensemble du territoire national.

Cette omission permet d’ailleurs de masquer le taux des demandeurs d’emploi outre mer ; taux qui dépasse 29 % de la population active disponible. M. Gilbert Collard rappelle au ministre que cette discrimination fondée sur un critère d’origine géographique est prohibée par la loi. M. Gilbert Collard demande donc au ministre les origines de l’omission des demandeurs d’emploi ultramarins qui semblent être traités comme des compatriotes de seconde zone.

M. Gilbert Collard souhaiterait enfin savoir si le ministère et les services statistiques entendent désormais mettre fin à une pratique qui heurte nos compatriotes des DOM-TOM.

Guibert Audrey dans « La voix est libre »

Guibert Audrey secrétaire départemental du FN 91,  face à Jérôme Guedj (Président du conseil général de l’Essonne sortant), Georges Tron (Maire de Draveil et President de la fédération UMP 91) et Mounia Benaili (Co-présidente du PG 91) dans La Voix est Libre.

 

Cliquez sur l’image ci-dessous:
Capture d’écran 2015-03-03 à 14.49.28

92 – Marion Maréchal Le Pen prône l’optimisme

Clamart, hier soir. La députée du Vaucluse a confié son « admiration » pour les candidats du département lors d’une réunion publique organisée par le Clamart, hier soir. La députée du Vaucluse a confié son « admiration » pour les candidats du département lors d’une réunion publique organisée par le FN. (LP/T.C.)

« J’ai beaucoup d’admiration pour les candidats des Hauts-de- Seine, car ce n’est pas une terre facile à labourer ». C’est par ces mots que Marion Maréchal-Le Pen, députée (FN) du Vaucluse, a entamé son discours lors de la réunion publique organisée par le Front national à Clamart, hier soir.

Une soixantaine de personnes, dont plusieurs candidats et candidates, s’étaient rassemblées dans la salle municipale de la rue de Bièvres.

Des espoirs à Gennevilliers

Des candidats, le FN n’en manque pas dans les Hauts-de-Seine, où le parti est présent dans tous les cantons. Guillaume L’Huillier, secrétaire départemental, n’a d’ailleurs pas manqué de le faire remarquer. Il a salué, au passage, le candidat de Gennevilliers, nouvel adhérent au parti, sur qui il compte pour faire passer le canton « du rouge au bleu marine ». Il a aussi présenté brièvement son programme pour cette élection. Il a fustigé les « subventions clientélistes » qui financent « la « promotion de cultures extra- -européennes ». Il s’est dit favorable à une amélioration de l’allocation de l’autonomie, à la construction de plus de maisons de retraites et à l’installation de caméras dans les collèges.

Mais à entendre Marion Maréchal- Le Pen, le véritable objectif de cette élection, comme des suivantes, tient en un mot : dédiabolisation. « Je suis scandalisée par tous ces anciens ministres ou présidents que l’on a vu défiler au salon de l’agriculture et dont le seul programme est de lutter contre le Front national », s’est-elle indignée. Elle s’est ensuite employée à fournir une liste d’arguments à son auditoire afin qu’il puisse contester l’appartenance du FN à l’extrême-droite.

Source: Le Parisien

 

Haut de page