Violences à Rennes, l’attitude inadmissible de l’État socialiste et de Madame Appéré.

Gilles PennelleCommuniqué de Gilles Pennelles, Secrétaire départemental du Front National 35.

Depuis plusieurs jours à Rennes, l’extrême gauche manifeste avec violence, dégradant des biens privés et publics.

Sur ordre de la préfecture (comme lors de la manifestation contre le meeting du Front National le 8 février 2014), les forces de police doivent laisser faire et surtout ne pas interpeller les auteurs, pourtant bien connus, de ces graves troubles à l’ordre public.

Le Front National dénonce avec force cette attitude des pouvoir publics ainsi que celle de Madame Appéré, maire de Rennes, qui a salué « l’intervention mesurée des forces de l’ordre qui a permis d’éviter de plus graves violences ». Bref, en clair, pour Madame Appéré, ce seraient les forces de police les responsables des violences !

Le laxisme de la gauche et l’extrême mansuétude qu’elle manifeste vis-à-vis des casseurs sont inadmissibles.

Une nouvelle fois, il est démontré qu’entre les voyous et les forces de l’ordre, la gauche a du mal à choisir !

Le Front National apporte son soutien total aux forces de gendarmerie et de police qui, désarmés par leur hiérarchie, accomplissent malgré tout un travail remarquable.

Éric Zemmour : « Le gauchisme, maladie infantile de l’écologie »

Une politique de l’emploi radicalement différente est une obligation économique et financière mais également morale

marine_2b_400pxCe texte de Marine Le Pen a été proposé au Figaro, au Monde, au Parisien et à La Tribune. Aucun de ces journaux n’a voulu le publier. Pour le faire connaître aux Français, nous choisissons donc de le diffuser par Communiqué de Presse et sur notre site internet.

Le chômage de masse coûte 100 milliards d’euros par an à l’Etat : plus que le déficit public !
Année après année, mois après mois, le chômage s’accroît inexorablement. Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A, B, C, D, E a augmenté de près de 800.000 sous le gouvernement Hollande après avoir crû de 1.400.000 sous le gouvernement Sarkozy.

Le coût financier du chômage.
Le chômage de masse génère une immense détresse dans la société française : désocialisation, précarisation, pauvreté. En plus d’être une catastrophe sociale, le chômage a un coût très élevé quand on rassemble toutes les mesures d’aide au chômage et à la pauvreté qui en découlent : 37,2 milliards d’euros pour l’assurance chômage, 10,5 milliards d’euros pour le RSA, une partie des aides au logement qu’on peut estimer à 6 milliards d’euros sur un total d’aides au logement de 16,48 milliards d’euros. On arrive à un coût direct minimal de 53,7 milliards d’euros chaque année.

Mais il y a aussi un coût indirect.
On peut estimer le nombre de chômeurs ou quasi chômeurs à 8 millions de personnes au minimum : on compte ainsi plus de 6 millions de personnes inscrites à Pole Emploi en catégorie A-B-C-D-E, 1.7 million de personnes inscrites au RSA Socle, plus de 450.000 auto entrepreneurs qui n’ont quasiment pas de revenus, plus de 600.000 stages abusifs, 1,5 million de personnes travaillant à temps partiel alors qu’elles souhaiteraient travailler à temps plein selon l’Insee etc. On est donc très loin du chiffre de 3,4 millions de chômeurs généralement cité par les ministres du gouvernement ; citer un chiffre aussi décalé de la réalité vécue par les Français relève soit d’une volonté de minimiser le problème, soit d’un terrible aveuglement. Nous avons 8 millions de chômeurs ou de quasi-chômeurs pour un nombre de personnes en emploi de 26,3 millions soit un taux de chômage et de quasi-chômage atteignant le niveau catastrophique de 23,3%. On comprend la peur qu’ont de très nombreux salariés de perdre leur emploi.
Si ces 8 millions de personnes travaillaient et donc cotisaient, 48 milliards d’euros de cotisations sociales entreraient au minimum dans les caisses de la Sécurité Sociale !

Le chômage coûte donc dans ce calcul conservateur plus de 100 milliards d’euros chaque année si on compare notre situation de chômage de masse à une situation de quasi plein emploi que nous avons déjà connue par le passé sur de longues périodes. Ces 100 milliards représentent 1.2 fois le déficit public ! Résoudre le problème du chômage permettrait donc de résoudre le problème du déficit public.
Pour sortir du problème des dépenses de prestations sociales et des charges élevées, de la dette, il faut donc recréer de la croissance et de l’emploi en sortant de l’euro et de l’austérité, retrouver la main sur notre monnaie pour pouvoir relancer l’industrie, adopter un protectionnisme intelligent. Inverser le cours des choses permettra des économies et des recettes considérables dont ces 100 milliards d’euros ne sont qu’une partie.

Le coût humain du chômage
Le chômage de masse en France crée d’énormes souffrances sociales. Trouver une solution à ce problème qui dure depuis plus de 30 ans est une obligation morale pour tout politique qui se respecte. Chacun doit pouvoir par son travail trouver sa place, apporter sa pierre à la collectivité et en retirer un salaire décent, lui permettant de vivre et de faire vivre sa famille dans la dignité. A contrario, les chômeurs sont précarisés, se sentent déclassés et souffrent d’être un poids économique pour leur famille. Ceux qui ont un travail sont souvent stressés par la peur de le perdre. La jeunesse est aussi très durement frappée. On remarquera par exemple qu’un jeune sur deux sorti du système scolaire avec un diplôme en 2011, 2012 et 2013 est au chômage selon le baromètre IFOP pour Deloitte ! Et ces jeunes, nos forces vives, celles qui sont censées travailler et payer ainsi les retraites des générations précédentes, espèrent maintenant émigrer pour trouver un emploi. Cette population de jeunes est en souffrance, son avenir obéré par les très grandes difficultés à trouver un travail. L’article du Figaro du 26 Février 2014 commentant le sondage Polling Vox « Génération quoi ? » reflète bien cette problématique : « C’est une génération sacrifiée, méprisée, déclassée, à qui la société et le monde du travail ne donnent pas sa chance, et qui, face à tant de frustration, pourrait bien exploser. »

Ces situations tragiques pourraient être évitées mais encore faut-il le vouloir et s’en donner les moyens. Retrouver un fort taux d’emploi est donc autant un impératif moral qu’une chance de redressement économique pour la France. C’est tout le sens du programme économique du Front National de recréer ces emplois perdus, de restaurer ainsi l’équilibre des comptes publics et de redonner un destin à la France et aux Français. Pour ce grand projet, les demi-mesures prises depuis 30 ans et au final inefficaces ne sont plus possibles : il est nécessaire d’avoir une monnaie au service de notre économie ni trop forte, ni trop faible, une réforme de la finance afin que celle-ci finance l’économie réelle et non l’économie de casino des marchés financiers, un protectionnisme intelligent, le patriotisme économique et bien entendu la fin de cette destructrice eurostérité.

Marine Le Pen

1. Il y avait 1.2 million de stagiaires en 2012 contre 600.000 en 2006, selon les chiffres du Conseil Economique et Social.
2. Certaines catégories se recoupent et nous n’avons pas additionné toutes les catégories citées. On peut estimer avec une méthode différente le chômage réel en partant des taux d’activité des Français sur longue période par catégories d’âge : le résultat corrobore le chiffre minimum de 8 millions de personnes chômeurs ou quasi-chômeurs.
3. Les cotisations sociales salariales et patronales pour un salarié au SMIC pendant une année sont de 6000 euros environ. Les cotisations sociales salariales et patronales pour 8.000.000 de personnes en emploi sont au minimum de 8.000.000 X 6000=48 milliards d’euros.
4. Selon le baromètre IFOP Deloitte, 27% de ces diplômés rêvent d’étranger pour trouver un emploi : http://www.20minutes.fr/societe/1285810-20140130-jeunes-diplomes-francais-revent-etranger

Sources :
. Pour les dépenses d’allocations chômage de 37.2 milliards d’euros, rapport Unedic Janvier 2014 : http://www.unedic.org/sites/default/files/unedic_note_equilibre_technique_janv2014.pdf
. Sur le coût du RSA, rapport à M. le Premier ministre sur la réforme des dispositifs de soutien aux revenus d’activité modestes et rapport du Sénat : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/134000431/0000.pdf et http://www.senat.fr/rap/a13-159-7/a13-159-75.html
. Sur l’aide au logement, rapport de l’IGAS « évaluation des aides personnelles au logement » : http://www.igas.gouv.fr/IMG/pdf/RM2012-055A_APL_rapport_3_DEF.pdf

Opération Triton : la Grande-Bretagne dénonce une incitation à l’immigration !

FxZqUlgm_400x400Communiqué de Presse de Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National, Député français au Parlement européen

Le 1er novembre, l’Union Européenne lancera l’opération Triton, destinée à prendre la suite de l’opération Mare Nostrum de la Marine Nationale italienne. A travers-celle-ci, ce sont 150 000 immigrés clandestins qui, en une année, ont été pris en charge en mer et ramenés sur les côtés italiennes, pénétrant ainsi dans l’espace Schengen. Beaucoup d’entre eux sont aujourd’hui dans les rues de nos villes, à Calais par exemple…

La Secrétaire d’État aux affaires étrangères britannique, Joyce Anelay, a annoncé que la Grande-Bretagne ne soutiendrait pas cette opération, déclarant : « Nous pensons que (ces opérations) créent un ‘facteur d’attraction’ involontaire, encourageant plus de migrants à tenter la dangereuse traversée de la mer et conduisant donc à plus de morts tragiques et inutiles ».

C’est une évidence : les opérations Mare Nostrum et désormais Triton, constituent de véritables incitations à l’immigration et envoient un message particulièrement néfaste aux candidats à l’immigration clandestine ainsi qu’aux réseaux de passeurs.

Le volontarisme politique affiché par le Grande-Bretagne dans cette affaire, et dans le cadre de sa politique d’immigration depuis plusieurs mois, souligne dans le même temps l’absence de courage de nos gouvernants, UMP comme PS, face à cet enjeu crucial pour la sécurité et la cohésion de notre pays. Pour faire face à l’immigration massive et incontrôlée, il faut tout d’abord faire comprendre que notre pays ne fera preuve d’aucune faiblesse face au délit de clandestinité, lutter contre les réseaux criminels prospérant sur cette situation, retrouver la maîtrise de nos frontières et donc pouvoir décider qui entre en France, et mettre en place des partenariats avec les pays d’émigration. C’est la politique que mènera le Front National !

Florian Philippot invité sur France 2

Communiqué de Presse de Jean-Marie Le Pen, Président d’honneur du Front National

4

M. Jean-Marie Le Pen, Président d’honneur du Front National, dépose plainte contre Jacques Séguéla qui, le 20/10/2014 en direct sur B.F.M.TV, dans le face-à-face de Ruth ElKrief et en présence de Serge Moati, a proféré les propos suivants : « Ce peut être le dernier cadeau que François Hollande fera, un cadeau empoisonné à la démocratie, que d’être tellement faible, avec une droite qui est en train de s’auto déchirer dans un duel à mort, et que ces 2 monstres de droite et de gauche nous livrent pierres (sic) et poings liés à la fille de ce nazi. »

Jean-Marie Le Pen a donné pour instructions à son avocat de déposer une plainte pour injure alors que M. Séguéla a appliqué au président d’honneur du Front National l’invective de nazi et alors que M. Séguéla est un habitué de l’insulte.

Question de Marion Maréchal-Le Pen au ministre de la Défense

P. Jovanovic / B. Monot : La revue de presse

DISPARITION D’ELIANE COOLZAET : LE FRONT NATIONAL EST EN DEUIL.

Communiqué d’Eric Dillies. Eric Dillies

C’est avec une peine immense que nous avons appris le décès de notre amie très chère, Éliane Coolzaet, survenu le mardi 28 octobre 2014 à 19H00, à l’hôpital Roger Salengro de Lille, où elle avait été conduite en urgences samedi.  

 Depuis près de quatre années, elle menait une bataille courageuse contre sa maladie avec le même optimisme et la même bonne humeur qui l’avait animée toute sa vie avec le soutien de ses médecins, de sa famille, de ses amis et de ses prêtres qu’elle chérissait tant.    

 Éliane était une figure emblématique de notre fédération et bien au-delà, de tout notre mouvement. Dès la première heure, elle fut, avec son mari Francis, de tous les combats du Front National sur Lille et dans la Métropole.  

 À partir de 1983, quand notre mouvement était encore dans l’anonymat, elle s’était engagée dans la bataille électorale et n’avait jamais raté aucune élection depuis. Elle fut élue conseillère municipale de Lille de 1995 à 2008 et fut Conseillère Régionale du Nord-Pas-de-Calais de 2004 à 2010. 

Récipiendaire de la « Flamme d’honneur » depuis de nombreuses années, elle reçut des mains mêmes de Jean-Marie Le Pen en Janvier 2013 la « Flamme d’Argent », l’une des plus hautes distinctions de notre mouvement, récompensant le dévouement et l’engagement exceptionnels de toute une vie.

Pour Éliane, il était impossible d’envisager la vie sans la famille. Elle était au cœur de toutes ses préoccupations et la finalité de toutes choses. Avec son mari Francis, elle eut quatre enfants et quinze petits enfants éduqués dans le creuset de l’amour et le don de soi. C’est dans ce creuset qu’elle et toute sa famille trouvaient le ressort vital de leur engagement politique, car, chez les Coolzaet, la politique était une affaire de famille. À commencer  par son mari Francis, qui nous a quitté il y a déjà 16 ans, et ensuite ses enfants qui ont repris le flambeau.  

Mais sa famille s’étendait également à toute la communauté militante du Nord-Pas-de-Calais. Plusieurs générations de militants ont pu ainsi bénéficier de son expérience, de sa générosité et de sa bonne humeur légendaire.  

Éliane, c’était aussi l’amitié et la fidélité à toute épreuve chevillée au corps. Elle a ainsi soutenu Jean-Marie Le Pen à des époques où militer au Front National signifiait énormément de sacrifices. Elle avait pour Marine la même fidélité et la même affection. Son énergie débordante ne faisait  jamais défaut lorsqu’il fallait défendre la France et les Français.

Mais par-delà la famille, par-delà l’amitié, par-delà la patrie, il y avait sa Foi catholique qui illuminait son âme et rappelait à chacun d’entre nous que les racines de l’homme sont au Ciel.

Plus qu’une militante exemplaire, nous perdons une amie véritable.

Au nom de la Fédération de Lille Métropole, de tous ses militants, anciens comme nouveaux, je présente à sa famille, en particulier à ses enfants et petits-enfants, nos plus sincères condoléances.

 

La messe de funérailles aura lieu vendredi 31 octobre 2014 à 14H en la chapelle de Notre-Dame-du-Rosaire, 56, rue Émile Zola à Lille.

Vote du PLFSS : non à l’insécurité sociale. Marion Maréchal-Le Pen a voté contre le budget de la Sécurité sociale.

marion-marechal-le-pen-afp-boris-horvatCommuniqué de Presse de Marion Maréchal-Le Pen, député de Vaucluse

La Famille est une fois de plus la variable d’ajustement du gouvernement socialiste. Celui-ci a fait le choix de mettre en place la modulation des allocations familiales en fonction des revenus et de réformer le congés parental en le rendant plus contraignant. Les socialistes choisissent la démagogie avec l’extension du tiers-payant et surtout conserve un silence complice sur des réformes pourtant nécessaires comme la remise en place de jours de carence pour les fonctionnaires, le rapprochement des régimes de retraite public-privé ou la remise à plat du régime des intermittents du spectacle. Le poids de l’immigration familiale et sanitaire sur notre système de protection sociale demeure un tabou que nous sommes les seuls à dénoncer en proposant d’octroyer les aides sociales en fonction d’un critère de nationalité.

Le projet s’attaque à la fraude aux prestations familiales à fleurets-mouchetés pour une économie de 100 millions alors que les infractions détectées en 2012 avait couté 290.66 millions d’euros, la fraude sociale dans son ensemble avoisinant les 20 milliards d’euros par an soit 1 point de PIB. La question de la mise en place d’une carte vitale biométrique est plus que jamais d’actualité. Pire encore, le gouvernement allège les pénalités financières en cas de fraude, il est bon être délinquant au pays des socialistes !

Le manque de courage et le clientéliste de ce gouvernement finiront par avoir raison de notre modèle de protection sociale, c’est pourquoi les députés FN/RBM ont voté contre ce PLFSS.

Concernant la situation à Sivens

220px-Marine_Le_Pen_-_cropped (1)Communiqué de Presse de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le Front National et le Rassemblement Bleu Marine s’associent à la douleur de la famille du jeune opposant au barrage de Sivens décédé dimanche et appellent à faire toute la lumière sur les conditions de ce drame.

Ce jeune homme est victime de l’incapacité des gouvernements successifs à neutraliser les groupuscules d’extrême gauche, professionnels de la violence qui mettent sciemment en danger leurs jeunes militants sur le terrain en engageant une lutte terrible avec des forces de l’ordre confrontées à ce déchaînement de brutalité. Ces groupuscules ont déjà pourtant à de nombreuses reprises ces dernières années démontré leur ultra violence, en saccageant des centre-villes entiers. Depuis longtemps ils auraient dû être dissous et leurs membres les plus actifs interpelés et condamnés.

Au-delà de ce drame et de l’incapacité de l’Etat à assurer l’ordre dans des circonstances normales, se posent des questions quant à la capacité de la Nation à concevoir et faire accepter par la population ses grands projets d’aménagement du territoire.
De toute évidence, le pilotage de ce dossier par le conseil général du Tarn a été déficient, et il aura fallu le rapport tardivement commandé par Ségolène Royal pour comprendre que le projet avait été mal conduit et devait subir d’importantes modifications.
Les grands projets d’aménagement du territoire doivent naturellement revenir à l’Etat qui seul dispose des compétences nécessaires à la conception et à l’acceptation de projets d’envergure nationale. D’une manière générale, le Front National et le Rassemblement Bleu Marine considèrent que les grands projets stratégiques et structurants doivent en France essentiellement être portés par l’Etat.

Comme l’affaire de Notre-Dame-des-Landes, celle du barrage de Sivens montre qu’il est illusoire de laisser les collectivités locales seules soutenir des projets qui, pour emporter l’adhésion des populations, et ne pas voir les oppositions se radicaliser, doivent être conçus et compris par tous comme étant au service de l’intérêt général.

La France est en panne à tous points de vue, et il est choquant de constater qu’aujourd’hui, les projets d’envergure s’enlisent tous, les uns après les autres, dans des guerres locales devenues insurmontables. L’absence de réflexion stratégique au niveau national, de volonté politique clairement exprimée, et de capacité à mobiliser les Français autour de projets à la fois cohérents, utiles et respectueux de l’environnement, se traduit par une inertie coupable en matière d’aménagement du territoire.

Il est enfin indécent de voir un ancien président de la République, lui aussi incapable en son temps de moderniser le territoire national, se livrer à des rodomontades d’estrade en rappelant que sous son mandat, aucune manifestation n’avait dégénéré en la mort d’un opposant. Il s’agit là d’une pitrerie supplémentaire de la part d’un homme du passé, aux abois, prêt à toutes les bassesses pour faire parler de lui.

70 militaires en moins au 1er régiment des Tirailleurs d’Epinal : La Lorraine durement touchée par les restructurations militaires

00_GROSSE-CRUCIANI-Jordan[1]Communiqué de Jordan Grosse-Cruciani, Secrétaire Départemental du FN Vosges Conseiller Municipal de Thaon-les-Vosges
Avec un effectif de 1000 militaires, le 1er RTir devrait pourtant perdre près de 70 postes dans le cadre de sa transformation en « régiment d’infanterie de nouvelle génération » et son rattachement à Besançon.
 
Alors que notre Région et notre département des Vosges subissent de plein fouet les conséquences de la crise économique et des politiques ultralibérales (délocalisations, chômage, désertification rurale …), les gouvernements successifs qui ont littéralement bradé nos armées n’ont pas hésité à saigner la Lorraine par leurs restructurations militaires : fermeture du 13ème Régiment des Dragons Parachutistes de Dieuze (57), fermeture de la base aérienne de Metz-Frescaty, fermeture du 8ème régiment d’artillerie de Commercy et bien d’autres …
 
La fermeture d’un régiment ou le départ de militaires impactent directement l’économie locale qu’il s’agisse des commerces ou des services publics comme les établissements scolaires.
 
Au total, dans le prolongement de la loi de programmation militaire, de nouvelles réductions d’effectifs sont annoncées pour 2015 dans la Défense : 7500 postes en moins ! Au moment même où la France a l’ambition de faire face à des opérations extérieures (notamment dans ce RTir) plus fréquentes et plus coûteuses pour lutter contre le terrorisme grandissant ; la nécessité de faire des économies dans le domaine militaire, durement touchée par les sacrifices budgétaire ces dernières années(54000 postes en moins sous Sarkozy et 24000 prévus sous Hollande), doit cesser.
 
Face à ce constat, seul le Front National et Marine Le Pen défendent les intérêts de la Nation et de notre Défense. Les militaires payant déjà le « prix du sang » pour défendre notre souveraineté et notre sécurité collective, il devient urgent de sanctuariser le budget de la défense à 2% du PIB. Enfin, nous apportons tout notre soutien au maintien des régiments actuels en Lorraine et nous exigeons la révision des restructurations militaires programmées par le rétablissement des emplois et des régiments.
 

 

Alain Juppé, compagnon des Frères musulmans

jacques-colombier-secretaire-departemental-du-fn_1219368_460x306Au nom d’un combat contre toutes les discriminations, Alain JUPPE arrose à tout-va les associations pro-immigrationnistes, allant jusqu’à autoriser le prêche d’un Tariq RAMADAN dans un établissement public municipal

Jacques COLOMBIER, conseiller municipal FN, rappelle au candidat à la présidentielle et maire de Bordeaux ses propres contradictions et lui demande d’annuler cette manifestation faisant l’apologie de l’Islam radical lié au terrorisme islamique.

Celui qui vient de ressusciter une HALDE locale (le COBADE) à Bordeaux, véritable police de la pensée, pour traquer les associations politiquement incorrectes a répondu, qu’au nom de la liberté d’expression, il ne voyait aucun inconvénient à laisser prospérer à Bordeaux l’Islam radical.

Lettre ouverte de Jacques Colombier a mr Alain Juppe maire de Bordeaux

Jacques-Colombier-300x238Monsieur le Maire,

Tariq RAMADAN, petit-fils du fondateur des Frères Musulmans est invité par l’Espace culturel musulman, association bordelaise, et donnera à cette occasion une conférence samedi 18 octobre à 20h au Palais des Congrès de Bordeaux.

Considéré par Antoine Sfeir, spécialiste de l’Islam, comme «  un fondamentaliste charmeur spécialiste du double langage », les propos et prises de position de Tariq RAMADAN ont déclenché à de nombreuses reprises l’indignation de tout républicain et citoyen attaché au respect de la loi.

Il n’est pas sans vous échapper que la devise des Frères musulmans est : « Le Coran est notre constitution, le djihad notre voie, le martyr notre plus grande espérance » . De même leurs thèmes et buts sont la création d’un état théocratique, le rétablissement du califat et la dénonciation de la civilisation occidentale.

A l’heure où notre armée est engagée dans un conflit où ces desseins sont les priorités de nos ennemis, ces mots résonnent de manière sanglante jusqu’à l’assassinat par la décapitation de notre compatriote Hervé Gourdel, victime de la barbarie islamique. Nous lui avons rendu hommage il y a quelques jours dans la cour de la mairie.

 

Tariq Ramadan soutient le port du voile dans l’espace public en déclarant publiquement : «  il n’est pas normal que la France interdise à n’importe quel être humain une façon de se vêtir ». Il contrevient de plus à la loi du 10 octobre 2010 sur l’interdiction du voile, dont le décret d’application a été publié par un gouvernement dont vous étiez membre.

Le 29 mars 2012, comme ministre des Affaires Etrangères, vous avez publié une déclaration commune avec M. Claude Guéant, ministre de l’intérieur, confirmant l’interdiction d’entrée sur le territoire français à quatre prédicateurs islamiques pour le Congrès de l’UOIF à Paris.

Vous rajoutiez à cette occasion que vous regrettiez que cette dernière « ait en outre choisi d’inviter Tariq Ramadan, ressortissant suisse dont les positions et les propos sont contraires à l’esprit républicain, ce qui ne rend pas service aux musulmans de France ».

Ce qui vous paraissait, il y a deux ans, contraire à l’esprit républicain ne le serait il plus aujourd’hui ?

Les propos de Tariq Ramadan contraires, je vous cite, « au respect des valeurs fondamentales qui sont les nôtres »  doivent vous amener à ne pas accepter que ce personnage prêche dans notre ville, de plus dans une enceinte publique comme le Palais des Congrès de Bordeaux.

Aussi je vous demande, au nom du « respect de l’égalité entre les hommes et les femmes, du refus des communautarismes », de prendre toutes dispositions pour interdire la présence de Tariq Ramadan au Palais des Congrès, établissement public municipal.

Ne pas le faire serait vous déjuger et permettre à cette idéologie de prospérer sur le territoire de la république et de notre ville en particulier.

Recevez, Monsieur le Maire, l’assurance de mes sentiments distingués.

 

Jacques COLOMBIER

Conseiller municipal et communautaire FN de Bordeaux.

Bruxelles entraîne inexorablement les peuples dans la grande pauvreté

marie_christine_arnautu_1Communiqué de presse de Marie-Christine Arnautu, Député français au Parlement européen Conseiller municipal  de Nice Vice-présidente du Front National chargée des affaires sociales

En mai 2013, un rapport établi pour l’UNICEF soulignait qu’en Grèce, le taux des ménages avec enfants vivant sous le seuil de pauvreté s’élevait à 44,3%. Il précisait et que le nombre d’enfants pauvres atteignait 527 000 dont plus de la moitié en état de grave privation matérielle.
Aujourd’hui l’UNICEF nous alerte sur la situation du Portugal : 31% des familles nombreuses et 41 % des familles monoparentales vivaient en 2011 en dessous du seuil de pauvreté, et tout comme en Grèce, les enfants de ces familles frappées par l’austérité, ont des carences graves en viande, poissons, yaourts, mais manquent également de vêtements et de chaussures. Plus alarmant encore : 546.000 enfants sont sortis des allocations familiales entre 2009 et 2012.

Ces deux pays suivent depuis des années les politiques d’austérité préconisées par Bruxelles et le FMI, au détriment flagrant de leurs compatriotes et de leurs enfants.

François Hollande, comme son prédécesseur Nicolas Sarkozy, s’inspire de ces « anti-modèles » dévastateurs en s’attaquant budget après budget à notre solidarité nationale et à notre politique familiale.

Quelles que soient les promesses de campagne de l’UMP et du PS, aucun d’eux ne sera capable de mener une autre politique que celle qui a fait preuve de sa nocivité chez nos voisins européens : leurs gouvernements obéissent servilement à Bruxelles et leurs enfants ne peuvent plus être nourris correctement.

Seuls le Front National et Marine Le Pen demandent la renégociation des traités européens.
Un retour à notre souveraineté nationale s’impose afin de sortir de la spirale de la pauvreté et de cette terrible régression, dans lesquelles nous entrainent Bruxelles et l’Union Européenne chaque jour un peu plus.

Haut de page