Réaction du Front National à l’augmentation des chiffres du chômage en juin

Flamme-FNCommuniqué de Presse du Front National

Les très mauvais chiffres du chômage au mois de juin (+0,3%, soit 9400 demandeurs d’emploi supplémentaires pour la seule catégorie A) illustrent une nouvelle fois la dégradation continue de l’emploi dans notre pays et l’incapacité alarmante du gouvernement à remettre l’économie française sur les voies de la croissance.

Il y a deux semaines encore François Hollande assurait aux Français, stupéfaits par un tel degré de déconnexion, que la « reprise était là », allant à l’encontre de tous les indicateurs économiques disponibles qui montrent, au contraire, un nouveau reflux de l’activité.

Pire, mois après mois, la politique prétendument ambitieuse du « Pacte de responsabilité » se révèle être une escroquerie phénoménale. Aucune relance des embauches n’est finalement attendue pour compenser les baisses massives de charges accordées aux grandes entreprises. En conséquences : non seulement le chômage ne baissera pas, mais les comptes publics vont continuer à se dégrader faute de rentrées fiscales.

L’économie française souffre pourtant de maux clairement identifiés : une monnaie trop chère et inadaptée, qui asphyxie son dynamisme et sa compétitivité ; une ouverture totale des frontières aux vents de la mondialisation sauvage ; et une absence de stratégie d’Etat pour préparer l’avenir, conformément aux besoins et aux intérêts du pays.

Seul le Front National propose d’entreprendre les réformes structurelles nécessaires à la relance de l’emploi et de la croissance, et d’amorcer enfin un changement radical de modèle économique.

Louis Aliot : «Nous n’avons pas à subir les haines héritées du conflit israélo-palestinien»

qdfsqfLouis Aliot répond à Jean-Yves Camus.

Dans un entretien au Figaro du 22 juillet 2014 le chercheur Jean-Yves Camus s’étonne du silence du Front National sur les événements de Sarcelles et Barbès avec une analyse qui me paraît totalement erronée.

Non, le Front National n’est pas resté silencieux sur ces événements puisque le 19 juillet Wallerand de Saint-Just leader de notre mouvement en Ile de France communiquait sur les émeutes et que Florian Philippot évoquait largement le sujet à la télévision le 21 juillet.

Remarquons d’abord que ces événements se multiplient puisque désormais la moindre manifestation en France se termine par des heurts comme pour le PSG ou la coupe du monde récemment et très souvent dans nos quartiers après des interventions policières. Tout devient prétexte à défier l’ordre républicain français et à semer la perturbation.

Ensuite et en ce qui concerne les attaques de synagogues, afin de bien prendre la mesure du problème posé, dois-je rappeler que nous vivons dans le pays du gang des barbares, de Mérah et que le tueur du musée juif de Bruxelles était aussi un français dans une actualité marquée par l’embrigadement de centaines d’individus à la carte d’identité bien française qui quittent nos quartiers pour aller faire le Jihad. La faute à qui?

Tout le monde sait bien que l’antisémitisme est l’apanage d’islamistes radicaux, de nouveaux convertis ou de binationaux sous influence qui se solidarisent avec des causes étrangères même si heureusement tous les musulmans ne sont pas des terroristes en puissance.

Il est évident que l’effet combiné de l’immigration massive avec le communautarisme a créé les conditions de revendications et de solidarités étrangères qui menacent notre équilibre républicain. Cette implosion du modèle assimilationniste français est aussi la conséquence d’un antiracisme obsessionnel et unilatéral qui a favorisé ce processus. Petit à petit cette intolérance progresse partout et dans tous les milieux jetant les bases d’un possible conflit à venir qui serait dramatique.

Nous sommes les seuls à pointer cette menace, et ce depuis des décennies, sous les insultes et les procès de ceux-là mêmes qui s’en inquiètent aujourd’hui. Inutile d’en rajouter, les faits nous donnent aujourd’hui raison et nous apparaissons de plus en plus comme un rempart et une solution.

Sur le conflit israélo-palestinien notre position n’a jamais changé: coexistence de deux Etats indépendants, reconnus et sécurisés. Je fais partie de ces 75% de Français qui ne se sentent ni israéliens, ni palestiniens et qui aimerions bien ne pas avoir à subir chez nous les haines héritées de ce conflit inextricable. Ce qui ne fait pas de nous des êtres dénués de tous sentiments car nous sommes évidemment sensibles aux arguments des civils israéliens qui vivent dans la peur et l’insécurité permanente de tirs de missiles. Mais comment ne pas être interpellé par la disproportion des moyens engagés par les uns à l’encontre des autres et par le bilan humain désastreux qui en découle pour les populations civiles palestiniennes? Il y a un droit international, qu’il soit respecté par toutes les parties!

Mais en ajoutant «à l’intérieur du FN…il existe des gens comme Louis Aliot, nettement favorables à un rapprochement avec la communauté juive, et d’autres hostiles, voire même anti-israéliens», J.Y.Camus se trompe. Je m’adresse à tous les Français quelles que soient leurs confessions, jamais aux associations communautaires et encore moins aux israéliens dont le gouvernement a réitéré ses attaques stupides à l’égard de Marine. Je me bats pour rétablir la vérité sur le Front National, mouvement patriote respectueux des règles démocratiques, des libertés individuelles et du pluralisme politique, et m’adresse donc à tous ceux qui ont des

préjugés à notre égard. La confusion du chercheur me heurte dans la mesure ou lier appartenance religieuse et soutien inconditionnel à un Etat, c’est créer un amalgame douteux. C’est notamment ce que je reproche aux organisations prétendument représentatives qui interviennent en toutes circonstances au soutien de causes politiques ou religieuses étrangères. Si des personnes se sentent à ce point solidaires d’Etats étrangers ou de communautés de croyants qui les obligent à user de pressions ou de violences sur notre territoire pour appuyer leurs revendications nationales ou religieuses alors qu’ils en tirent toutes les conclusions! Mais la France ne peut l’accepter.

Ne sommes nous pas les seuls à demander que la Constitution intègre l’article suivant ?: «La République ne reconnaît aucune communauté»

Enfin et puisque je suis intervenu sur le sujet au Parlement Européen, comment ne pas évoquer le sort dramatique des chrétiens d’Orient pourchassés, persécutés et massacrés par les tenants d’un Islam radical dans le silence complice de la bien-pensance aux indignations sélectives.

Source : Le Figaro

Afghanistan: 15 touristes abattus

Afghanistan: 15 touristes abattus

Afghanistan: 15 touristes abattus

© REUTERS/ Ahmad Nadeem

KABOUL – RIA Novosti

Des hommes armés ont stoppé dans le centre de l’Afghanistan deux voitures transportant 15 touristes avant d’abattre froidement ces derniers, annoncent vendredi les autorités locales.

« Les assaillants ont demandé aux passagers de se mettre en rang et ils les ont abattus l’un après l’autre », a déclaré Abdul Hai Khatibi, porte-parole du gouverneur de la province locale de Ghor.

« Un homme a réussi à s’échapper. Tous les autres ont été tués d’une balle dans la tête et dans la poitrine », a-t-il ajouté. Onze hommes, trois femmes et un enfant ont ainsi été froidement abattus.

Le chef de la police locale a confirmé l’attaque, déclarant que la responsabilité en incombait aux talibans.

Auparavant, il a été annoncé que les talibans avaient revendiqué l’assassinat de dix personnes dans le nord de l’Afghanistan, dont huit étrangers. Selon le chef de la Mission internationale d’assistance en Afghanistan Dirk Frans, il s’agissait de médecins et d’employés de la Mission qui travaillaient bénévolement dans un centre d’ophtalmologie de la province du Badakhchan (nord-est de l’Afghanistan).

La France, en route vers la censure d’Internet

Le pays des Lumières, havre des libertés, met en place petit à petit un système de blocage administratif des sites web, sans intervention de la justice.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, met en oeuvre le projet de censure d'Internet du Premier ministre Manuel Valls.
Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, met en oeuvre le projet de censure d’Internet du Premier ministre Manuel Valls. © LCHAM/SIPA

Par

C’est le genre d’article qu’on espérait ne jamais devoir écrire… Les députés ont voté mardi soir en commission des Lois le blocage administratif de sites faisant l’apologie du terrorisme, et ce, sans intervention de la justice. L’Assemblée devra se prononcer en plénière mi-septembre sur l’ensemble du projet de loi de lutte contre le terrorisme. Si le but est évidemment louable, la mesure est largement critiquée, dans la droite ligne des blocages prévus pour lutter contre la pédopornographie.

Quelques heures avant le vote, une commission spécialisée avait durement contesté le projet du ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. Dans sa recommandation, cette commission de réflexion sur le droit et les libertés à l’âge du numérique, créée en février pour éclairer les parlementaires sur ces questions, rappelle que « le préalable d’une décision judiciaire apparaît comme un principe essentiel, de nature à respecter l’ensemble des intérêts en présence, lorsque est envisagé le blocage de l’accès à des contenus illicites sur des réseaux numériques ».

Coprésidée par le député socialiste Christian Paul et l’avocate Christiane Féral-Schuhl, la commission explique notamment que le blocage des sites est très difficile à mettre en oeuvre. Mais le projet est bien parti pour être validé en septembre, d’autant qu’il est très cher au Premier ministre Manuel Valls, qui avait déjà fait un pas dans cette direction lorsqu’il était Place Beauvau. Aujourd’hui, comme pour tous les projets de loi concernant les libertés sur Internet (Hadopi, Loppsi 2, Loi de programmation militaire, etc.), quelques députés de tous bords qui ont compris le fonctionnement d’Internet semblent s’opposer, en vain, à l’éternel fantasme de contrôle d’Internet, que l’on retrouve autant à droite qu’à gauche.

Contournable en un clic

Comme c’est le cas dans les pays pratiquant déjà la censure d’Internet, la commission craint un contournement facile du blocage. Et c’est une crainte plus que fondée ! L’utilisation par les internautes de réseaux privés virtuels (VPN), par exemple, leur permet – en quelque sorte – de se connecter de façon chiffrée via le réseau d’un autre pays et donc d’échapper aux blocages décidés par un État ou par un autre. Ces services, qui coûtent quelques euros par mois et rapportent gros à leurs créateurs, sont souvent étrangers, et parfois fournis par des réseaux mafieux. Leur utilisation a explosé en France depuis la mise en place du gendarme du piratage, la Hadopi.

Les outils destinés aux cyberdissidents, comme l’excellent Tor, permettent aussi d’échapper à la censure, gratuitement et en un clic. L’utilisation de Tor explose dans les grandes démocraties, de plus en plus adeptes de la cybercensure. Résultat : il est encore plus difficile de repérer les activités illégales. Lors d’un précédent projet de censure des sites terroristes en 2013 (celui de Manuel Valls), le juge antiterroriste Marc Trévidic avait expliqué que c’est justement grâce aux imprudences des terroristes sur Internet que la police peut les repérer et les arrêter…

Des mesures « disproportionnées » et « inefficaces »

La commission craint par ailleurs les blocages de contenus par erreur, c’est-à-dire l’inscription sur la liste noire de sites n’ayant rien à voir avec le terrorisme ou la pédopornographie, comme cela a été prouvé, par exemple en Australie. Le « retrait du contenu auprès des hébergeurs doit être privilégié sur le blocage lorsque ces derniers sont coopératifs », estime la commission. Plusieurs autres voix se sont élevées contre le projet de loi socialiste. Reporters sans frontières (RSF), qui n’a pas pour habitude de critiquer la France, n’y va pas de main morte. Selon son communiqué, le texte « pourrait engendrer un recul de la liberté d’information puisqu’il (…) prévoit le blocage administratif de sites internet et augmente les mesures de surveillance ».

« C’est un test majeur pour la défense des droits et libertés contre l’instauration de mesures très graves de police préventive de l’intention, contournant le judiciaire au nom de la lutte contre le terrorisme », dénonce pour sa part le collectif citoyen La Quadrature du Net. « L’ensemble de ce projet de loi instaure un état d’exception permanent d’Internet, contournant largement le juge pour s’orienter vers des solutions policières et administratives, non contradictoires, disproportionnées et pour la plupart inefficaces », poursuit l’association. « L’adoption de ce projet de loi par une majorité qui avait autrefois combattu ces dispositions inspirées du programme de Nicolas Sarkozy illustre l’acceptation générale par la classe politique d’un abandon du pouvoir judiciaire au profit de la police et de la généralisation des mesures d’exception. Citoyens et organisations de la société civile doivent se mobiliser pour lutter contre la banalisation des atteintes aux libertés fondamentales ! » explique Adrienne Charmet, coordinatrice des campagnes de La Quadrature du Net.

Des concessions inutiles

Tenant compte en partie des critiques, le rapporteur du texte, Sébastien Pietrasanta (PS), a fait adopter un amendement prévoyant que « la demande de blocage d’un site devra obligatoirement être précédée par une demande adressée à l’éditeur du site ou, à défaut, à son hébergeur de retirer le contenu illicite ». « Ce n’est qu’en l’absence de retrait dans un délai de vingt-quatre heures que l’autorité administrative pourra faire procéder au blocage du site par les FAI », précise-t-il.

Via un autre amendement, Sébastien Pietrasanta a aussi promis de confier à une personnalité qualifiée, désignée par la Cnil, « la mission de vérifier que les contenus dont l’autorité administrative demande le retrait ou que les sites dont elle ordonne le blocage sont bien contraires aux dispositions du Code pénal sanctionnant la provocation au terrorisme, l’apologie du terrorisme ou la diffusion d’images pédopornographiques ». Cette personnalité pourrait, si l’autorité administrative ne suit pas sa recommandation, saisir la juridiction administrative.

L’État, bientôt promoteur des sites terroristes

Mais ce contrôle des sites bloqués impliquerait la publication de la liste noire, ou du moins sa circulation dans des cercles qui, s’ils sont restreints, ne resteront pas muets. L’État offrira alors une publicité inespérée aux sites qu’il souhaite bloquer, car à l’ère des WikiLeaks et autres Edward Snowden, la diffusion de la liste ne sera qu’une question de temps. C’est ce qu’on appelle sur Internet l’effet Streisand : quand on veut à tout prix étouffer quelque chose, on finit par le promouvoir. Dans ce cas, l’État aura gentiment constitué les marque-pages du parfait petit terroriste.

Espérons que les députés retrouveront la raison d’ici l’examen en hémicycle mi-septembre, et qu’ils verront enfin Internet comme un espace sur lequel il faut appliquer les lois existantes, non en créer d’autres plus strictes…

Source: Le point

Saint-Raphaël déprogramme l’humoriste Mathieu Madénian pour des propos anti-FN

Conseil express heudi soir à Saint-Raphaël à l’occasion d’une dernière séance qui en tout et pour tout a été bouclée en cinquante minutes pour quelque 26 délibérations.

Néanmoins, cela n’a pas empêché l’opposition frontiste de relever quelques points à l’image de la question 14 concernant le 11e festival du Rire.

« La ville et le Casino ont décidé de programmer un artiste qui se dit humoriste et qui, le 26 septembre 2011 sur un plateau de télévision, et ce de manière tout à fait sérieuse et hors sketch, a traité de fils de p… les électeurs du Front national. Soit à l’époque 6 millions de Françaises et de Français. Il a été condamné par un tribunal mais n’a, à ce jour, toujours pas présenté d’excuses publiques… », rappelait Nicolas Melnikowicz, leader de l’opposition FN, avant de demander que l’artiste en question, Mathieu Madénian, soit retiré de la programmation.

Ginesta acquiesce, Rachline jubile

Visiblement pas au courant de ce dérapage verbal, Georges Ginesta a aussitôt répondu favorablement à cette requête: « Si ce que vous dites est vrai, je demande effectivement à ce qu’il soit retiré de la programmation. Je ne trouve pas cela normal. On peut ne pas être d’accord avec un parti politique, mais ce n’est pas une raison pour insulter les Français. »

Mathieu Madénian ne foulera donc pas les planches de la salle Félix-Martin en septembre prochain.

Ce dont le maire FN de Fréjus s’est réjouit ce vendredi matin sur son compte Twitter, qualifiant l’humoriste de « voyou ».

Source: Var-matin

A propos du vol AH 5017

logo_front_national_flammeCommuniqué de Presse du Front National

Le Front National fait part de sa profonde tristesse et exprime sa solidarité aux familles et aux proches des passagers du vol AH 5017 disparu dans des circonstances qui ne sont pas encore connues.
Il a une pensée particulière pour nos compatriotes qui étaient nombreux à bord de ce vol.

Il demande aux autorités françaises de mettre tous les moyens nécessaires pour que la lumière soit rapidement faite sur les circonstances de ce drame.

Voir Alep et mourir : 2000 ans de chrétienté au Moyen-Orient

alep3_1
On assiste à la fin de 2000 ans de présence chrétienne au Moyen-Orient, dans l’indifférence de l’Occident. Si ça n’est pas une preuve de la haine de soi et de la repentance suicidaire des Européens ?

Le Quai d’Orsay s’est fendu d’un communiqué ahurissant sur « les menaces intolérables » de l’État islamique sur les chrétiens d’Irak. Des menaces ? Mais ils rigolent ou ils ont trop abusé du champagne et des Ferrero rochers ?

En deux ans de guerre civile en Syrie et en dix ans d’affrontements religieux en Irak, presque tous les chrétiens d’Orient, quand ils n’ont pas disparu lors des attentats contre leurs églises, ont été égorgé ou crucifié (traitement de faveur pour les religieux) ou furent contraints à l’exil.

Quant à l’ONU, « elle s’inquiète d’un possible crime contre l’humanité en Irak ». Mais on rêve ! Le choix laissé aux chrétiens de Mossoul — tu pars, tu paies, tu te convertis ou tu meurs — n’est que la énième répétition de ce qui se passe depuis l’intervention stupide des Etats-Unis en 2003 : l’épuration ethnique et religieuse des éléments occidentaux du Moyen-Orient.

La carte de l’extension du nouvel État islamique (voir video plus bas) est tout simplement terrifiante. Depuis la prise de Mossoul le 10 juin, les chancelleries occidentales semblent tétanisées, comme en octobre 1917 lors de la révolution bolchevique ou à Munich en septembre 1938.

On aurait voulu assister à une réaction un peu virile d’Obama plutôt qu’à ses harangues de prêcheur baptiste et ses sourires de présentateur télé ou que Dodu 1er montre un peu ses muscles bandés. Ben non, rien. Nous en payerons un prix démesuré. Dire que certains sur Boulevard Voltaire me traitent d’andouille parce que j’ai affirmé que l’islamisme sera le communisme du XXIe siècle.

À part en Israël et dans quelques bastions libano-syriens, on assiste à la fin de 2000 ans de présence chrétienne au Moyen-Orient, dans l’indifférence de l’Occident. Si ça n’est pas une preuve de la haine de soi et de la repentance suicidaire des Européens ?

La France, fille aînée de l’Eglise et protectrice traditionnelle des chrétiens d’Orient, aurait dû se sentir particulièrement concernée, elle qui en 1920 reçut son mandat de protectorat sur la Syrie et le Liban pour cette raison précise.

Alep, en Syrie, se trouve être la pointe septentrionale du nouveau califat. Or Alep n’est pas n’importe quelle ville. Les Chrétiens vivaient là en grand nombre et en assez bonne intelligence avec les musulmans, preuve qu’un islam modéré savait faire coexister des religions ensembles.

Jadis, au cours d’un long périple qui m’emmena de Géorgie et d’Arménie vers l’Iran et la Jordanie, j’ai eu la chance de visiter Alep, son souk, sa citadelle construite sur le château des Croisés, ses quartiers préservés de la spéculation immobilière et du tourisme vulgaire, et surtout ses églises innombrables où se côtoyaient tous les cultes chrétiens d’Orient. On y voyait plus de clochers que de minarets. Tout ça a disparu. Nous en avons tous vu les images.

Un souvenir poignant restera gravé à jamais dans ma mémoire : le chant des fidèles arméniens lors de l’office du dimanche, un chant triste à mourir, porteur de la souffrance immémoriale d’un peuple au confluent des grands empires, constamment martyrisé aux cours des âges, ces Arméniens qui créèrent la première Église chrétienne en 330.

Nicolas Bouvier, mon presque compatriote genevois, avait fait une expérience analogue, à Tabriz, dans le nord de l’Iran, qu’il relatait dans l’Usage du monde, ce chant d’amour pour l’Orient : « Au fond de l’église, les vieilles Arméniennes formaient un groupe d’une extraordinaire noblesse : une phalange de Parques drapées dans leurs châles noirs… Jamais, sauf chez quelques vieilles Tziganes, je n’avais vu cette dignité de Sphinx, poignante et puissante. C’était vraiment les gardiennes de la race, cent fois plus belles que les filles à marier. »

Source: BVoltaire

Une agression inqualifiable

wallerand

Communiqué de Wallerand de Saint-Just, Secrétaire départemental de la fédération du Front National de Paris

 

On ne peut qu’être terriblement frappé par l’action de ces quinze personnes qui se sont rendues hier dans un quartier du centre de Paris, rue des Rosiers, pour attaquer un magasin et les personnes s’y trouvant aux cris de « mort aux Juifs ».
La détermination de ces agresseurs, leur volonté d’agir en plein jour, leur certitude d’impunité, leur haine raciale pure est impressionnante.

La France revit des heures que nous pensions impossibles tellement elles ont accompagné des événements extraordinairement douloureux de notre histoire.

Sûrement et de moins en moins doucement, nous glissons à nouveau vers la barbarie.

Wallerand de Saint-Just exprime sa solidarité envers les personnes ainsi attaquées, il demande aux pouvoirs publics de faire en sorte que de tels événements ne puissent se reproduire et ne puissent plus exister.

La Nouvelle-Calédonie doit rester française

louis_aliot

Communiqué de presse de Louis Aliot, Vice-président du Front National, député français au Parlement européen, membre de la délégation Afrique-Caraïbe-Pacifique

La démission surprise du haut-commissaire en Nouvelle-Calédonie démontre s’il en était encore besoin la grave crise qui couve en Nouvelle-Calédonie, territoire de la république française.

En pleine visite ministérielle, la démission du représentant de l’Etat sonne comme une alarme pour rappeler au pouvoir socialiste que la Nouvelle-Calédonie est encore française, que les accords passés doivent être respectés et que la souveraineté du peuple doit s’y exercer sans entrave, la question du corps électoral, déjà scandaleuse en soi, ayant été réglée.

Or, de renoncements en reculades et de reniements en lâchetés, l’Etat mais aussi les partis politiques jusqu’ici loyalistes portent une écrasante responsabilité dans les tensions institutionnelles et les doutes qui s’expriment.

Alors que le processus oblige à une consultation référendaire sur une période s’étalant de mai 2014 à décembre 2018. L’Etat, les mouvements indépendantistes et les politiciens louvoyants veulent gagner du temps pour aller vers une indépendance qui n’ose dire son nom. Pourtant le résultat d’un référendum aujourd’hui ne ferait aucun doute : une majorité de calédoniens, quelles que soient leurs origines, se prononcerait pour le maintien de la Nouvelle-Calédonie dans la France.

Le pouvoir socialiste semble vouloir s’engager plus en avant vers une « décolonisation » sur fond de gros intérêts financiers liés à l’exploitation du nickel.

Nous rappelons notre attachement à une Nouvelle-Calédonie française respectueuse de la diversité des opinions et des cultures dans le strict respect des lois de la république.

Réforme territoriale : les grands féodaux imposent leurs élus

Florian-PhilippotCommuniqué de Presse de Florian Philippot, Vice-Président du Front National

Le vote hier par l’Assemblée nationale du premier volet de la réforme territoriale (carte des régions + nouvelles dispositions électorales) forme un premier aveu sur les motivations mensongères ayant entouré cette réforme.

En effet, alors qu’il était initialement question de faire des économies sur la réduction du nombre d’élus régionaux, il apparaît au terme des débats que le plafond de 150 élus par grande région a été remplacé par une addition stricte des élus régionaux actuels. De fait, pas un seul siège de conseiller régional ne sera supprimé. Pire, le coût de ces élus pour le contribuable devrait même logiquement augmenter, puisque le traitement de ces derniers dépend de la taille des régions.

Les grands féodaux qui sont à la manœuvre viennent donc de faire une première démonstration de force.

Aucune économie ne sera faite sur le nombre d’élus, pas plus qu’il n’y en aura sur les dépenses de fonctionnement ou les transferts de compétences, qui surviendront dans le deuxième volet de la réforme.

Cette réforme est strictement politique : elle vise à diviser la France en grosses régions, sur le modèle allemand, suivant en cela les injonctions de l’Union européenne.

L’Etat en sortira extraordinairement affaibli. Les logiques féodales qui, on le voit, s’imposent déjà à l’Assemblée nationale, présideront aux futures politiques mises en œuvre dans nos territoires. Le coût financier pour les Français s’annonce exorbitant, le coût politique pour la France incalculable.

En voulant faire de la région une simple instance de coordination entre départements, sans élus propres ni structures administratives parallèles, et en voulant renforcer le département dans ses attributions et compétences de proximité, en lien avec l’Etat, le Front National propose une réforme territoriale qui a un vrai sens politique pour la France, et un véritable impact en matière d’économies réalisées.

Chrétiens en Irak : L’évêque de Bordeaux appelle à la mobilisation

Chrétiens en Irak : L’évêque de Bordeaux appelle à la mobilisation

Depuis de nombreuses années déjà, les chrétiens sont victimes de persécutions dans de nombreux pays musulmans, et particulièrement au Moyen-Orient. Alors que ces pays étaient chrétiens avant de nombreux pays européens, la présence de ces derniers s’est réduite, ces derniers mois, à peau de chagrin.

Parmi les pays les plus touchés, on peut citer la Syrie et l’Irak, où la déstabilisation des régimes en place par l’occident a grandement contribué à l’aggravation de la situation.

A Mossoul, les djihadistes ont ordonné aux chrétiens de se convertir à l’islam ou de payer l’impôt spécial de la « djizya », faute de quoi ils seront tués s’ils restent dans le « califat » (La population chrétienne de cette ville s’élevait à 100 000 personnes il y a dix ans).

Pour Mgr Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux, il faut « dénoncer cette situation et se mobiliser ». Dans un entretien, celui-ci regrette « l’indifférence générale » des pouvoirs publics français : « on a l’impression que les uns et les autres laissent faire ».

Si le prélat ne donne pas lui-même de marche à suivre « nous réfléchissons au niveau de la conférence des évêques », il laisse la responsabilité au pouvoir socialiste : « c’est au niveau de nos gouvernements que la préoccupation doit être portée ».

eveque-bordeaux

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2014, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://www.infos-bordeaux.fr/].

Pacte de responsabilité : le gouvernement et le Medef ont roulé les Français dans la farine.

220px-Marine_Le_Pen_-_cropped (1)

Communiqué de presse de Marine, présidente du Front National

François Hollande a lancé le 31 Janvier 2013 le pacte de responsabilité, prévoyant 30 Milliards de baisse des charges pour les entreprises avec comme contrepartie de nombreuses créations d’emplois.

Pierre Gattaz, président du MEDEF, a obtenu cette mesure en proposant en contrepartie 1 million de créations d’emplois. Il affichait fièrement le 15 Janvier 2014 un badge « 1 million d’emplois » en conférence de Presse.

Quelques mois plus tard, deux rapports montrent que les créations d’emplois seront … nulles. Une étude de l’IFRAP, institut proche de la droite libérale, conclut à la création de 80.000 emplois. Selon une étude réalisée par la députée PS et rapporteur générale du budget, Valérie Rabault, le pacte de responsabilité détruirait 60.000 d’emplois.

En gros, les deux principaux protagonistes de cette affaire, François Hollande et Pierre Gattaz, appuyés par l’UMP, l’UDI et le PS, ont roulé les Français dans la farine. Il y aura bien 30 Milliards de baisse de charges mais pas de créations d’emplois du tout. Le Front National dénonce cette manière révoltante de jouer avec les Français, décrédibilisant la légitimité de la politique et des hommes politiques qui ne se mettent plus au service de l’intérêt général.

L’application du programme du Front National et notamment le passage au nouveau Franc permettra la création de 1,5 à 2 Millions d’emplois comme le montre l’étude « Les scénarii de dissolution de la Zone Euro » réalisée par Jacques Sapir et Philippe Murer. Tant que le gouvernement, l’UMPS et le MEDEF refuseront la sortie de l’Euro, la France coulera. C’est maintenant aux Français d’agir.

Projet de loi sur l’immigration et le droit d’asile : de nouvelles pompes aspirantes pour l’immigration

logo_front_national_flamme

Communiqué de presse du Front National

Le conseil des ministres a approuvé ce matin deux projets de loi sur l’immigration et le droit d’asile.

Le gouvernement de Manuel Valls va, notamment, créer des titres de séjour pluriannuels, qui permettront de résider sur le territoire français durant deux à quatre ans, sans obligation de renouvellement entre-temps. Est également prévue, par transposition d’une directive européenne, la simplification des démarches d’accès au droit d’asile. Il est aussi mis en place un « passeport talent » qui pourrait bénéficier à 10 000 étrangers au moment même où les jeunes diplômés français sont de plus en plus nombreux à quitter leur pays.

En mettant en œuvre de telles mesures, le gouvernement ne fera qu’accroître encore l’immigration massive dans notre pays, qui compte plus de 5 millions de chômeurs et plus de 9 millions de pauvres. Notre opposition à ces projets est catégorique. La France doit mettre un terme à l’ensemble des pompes aspirantes favorisant l’immigration de masse et non en créer de nouvelles.

L’Assemblée nationale adopte la nouvelle carte de France à 13 régions

Par Francetv info avec AFP

Les députés adoptent la réforme territoriale qui prévoit une nouvelle carte de France à 13 régions, mercredi 23 juillet. Le premier volet de la réforme territoriale prévoit en outre le report des élections départementales et régionales de mars à décembre 2015.  Le texte doit ensuite être à nouveau examiné par le Sénat.

Le projet de loi a été approuvé par 261 députés, 205 votant contre et 85 s’abstenant. Il repartira en seconde lecture à l’automne au Sénat où la carte pourrait encore évoluer. Les parlementaires débattront également à l’automne du second volet, qui renforcera les compétences de ces grandes régions au détriment des conseils généraux.

 

DU LAXISME D’ETAT AU LAXISME LOCAL, IL N’Y A QU’UN PAS !

Thibaut_MONNIER_OKCommuniqué de presse de Thibaut MONNIER, chargé de mission de la fédération du Jura

D’après un article paru dans la Voix du Jura du 11 juillet 2014, la Communauté Nord Ouest Jura serait au bord de la faillite avec seulement 17’000 € en caisse.

Arrêt des paiements. Telle est la situation inextricable d’une communauté de commune gérée avec laxisme par des élus portant la responsabilité directe des finances relatives à leur territoire.

Pour pouvoir honorer les traitements de juin des agents employés de la communauté de commune, il aura fallu stopper les autres dépenses : URSAFF, EDF, équipements scolaires… sans pour autant garantir les traitements du mois de juillet.

Par ailleurs, les ardoises laissées ici et là mettent à mal les entreprises locales prestataires de service ; l’une d’elles menaçant de ne plus servir les repas des personnes âgées d’un foyer logement.

Cette gestion calamiteuse porte sur le long terme un effet majeur, la perte de confiance des organismes prêteurs : « plus aucune banque ne veut nous prêter d’argent » s’étonne la Présidente de la communauté de commune en quasi-faillite.

Alors comment sortir de l’ornière ? Des mesures se profilent : augmentation des impôts de 25% ? Augmentation de la taxe d’habitation de 8.6% à 10.5% ? Vente d’une partie du patrimoine immobilier ? Un laxisme qui coute cher et qui, une fois encore, ne semble assumé par personne.  

La nouvelle Présidente communautaire, Christine Lecomte, maire de Mutigney a succédé en avril dernier à Dominique Troncin, maire de Moissey et conseiller général PS du canton de Montmirey a qui l’on doit un déficit annoncé de 366 000 euros pour moins de 3 000 habitants sur ce territoire.

Malgré ce bilan catastrophique, ce dernier est devenu 1er vice président en charge… des finances ! Mais rassurons-nous, Monsieur le 1er vice président ancien président, faisant preuve d’un sens élevé des responsabilités argue que « ce n’est pas un problème budgétaire mais un problème de trésorerie. Un grand nombre de versements arrivent en fin d’année […] c’est comme cela que ca fonctionne.» Oui vraiment à l’UMPS, du laxisme d’état au laxisme local, il n’y a qu’un pas.

Haut de page