Marine Le Pen « frappée par la vacuité du discours » de Manuel Valls

Calendrier électoral 2015 : les tergiversations du gouvernement n’empêcheront pas les futures victoires des patriotes !

FxZqUlgm_400x400Communiqué de presse de Nicols Bay, Secrétaire général adjoint du Front National Député français au Parlement européen

En décidant d’organiser les élections départementales en mars et les élections régionales en décembre 2015, le gouvernement modifie pour la troisième fois le calendrier électoral. Ces revirements successifs sont la preuve d’une certaine panique de François Hollande qui cherche la combinaison optimale pour amoindrir la débâcle du PS dont il sait qu’elle est inéluctable. Ils sont la preuve aussi d’un amateurisme total dans la mesure où cette énième modification n’est due qu’à la censure probable par le Conseil constitutionnel du calendrier initialement annoncé.

Les élections départementales et régionales auront donc lieu à six mois d’écart, si bien que les Français auront deux occasions au lieu d’une d’infliger une raclée électorale au PS. Il pourront exprimer ainsi leur rejet massif de la politique gouvernementale, mais aussi du clientélisme et de l’hyperfiscalité qui caractérisent souvent la gestion UMPS des collectivités régionales et départementales.

Le Front National prépare activement sa présence massive aux échéances électorales de 2015, qui seront l’occasion pour lui de parfaire son maillage territorial. Déjà, les dernières élections municipales ont permis la constitution d’un véritable ancrage local avec près de 1600 élus locaux. Le Front National va maintenant renforcer cette implantation avec pour objectif de présenter des listes FN/RBM dans toutes les régions bien-sûr mais également de présenter des candidats dans la totalité des 2000 nouveaux cantons de France.

Terra Botanica, le Front National de Maine-et-Loire tire une nouvelle fois la sonnette d’alarme.

GAETAN DIRANDCommuniqué de Gaétan Dirand, Secrétaire départemental de Maine-et-Loire.

Comme un symbole, les chiffres de fréquentation de Terra Botanica sont une nouvelle fois en baisse et ne devraient pas permettre de rentabiliser ce coûteux investissement voulu par Christophe Béchu dans son épopée du Conseil Général.

Et si Terra Botanica n’était que l’arbre qui cachait la forêt ? Car c’est bien l’ensemble de la filière horticole qui est menacé de nouvelles fermetures  alors que de nouveaux licenciements sont à craindre. La filière a déjà perdu en 3 ans près de 80 entreprises et 700 emplois.  En cause, toujours les mêmes symptômes que dénonce inlassablement le Front National : concurrence déloyale, perte de pouvoir d’achat des ménages, coût du travail…

Pourtant les outils institutionnels se développent et ne manquent pas, eux, de moyens financés par les professionnels et la collectivité : Végépolys, le bureau horticole régional, etc…,  loin sans doute des préoccupations légitimes des chefs d’entreprises et salariés du secteur.

Le Front National de Maine-et-Loire  s’insurge contre cette politique suicidaire économiquement pour le département. Il ne faudrait pas que le pôle européen du végétal  se transforme en une vitrine du savoir-faire français en termes d’administration et lourdeurs institutionnelles. Sous peine de scier la branche sur laquelle il est assis.

Entretien non-aligné avec Aymeric Chauprade

Beauvais : une mosquée de plus en Picardie !

italianiCommuniqué de presse de Florence ITALIANI, Conseillère municipale de Beauvais Secrétaire de la 2ème circonscription

Alors que la Picardie, terre des cathédrales, est le berceau de l’histoire de France, elle est aujourd’hui incontestablement en train de se transformer en terre des mosquées !

Avec déjà un nombre conséquent de lieux de culte et de salles de prière, la future mosquée de Beauvais, d’une capacité de 1.000 personnes, devrait ouvrir ses portes d’ici trois ans.

La pose de la première pierre de cet édifice a rassemblé, dimanche 14 septembre, de nombreux élus UMPS dont le maire de Beauvais, C. Cayeux, qui a déclaré que « construire une mosquée était un geste républicain nécessaire ».

Le Front National condamne vivement de tels propos qui pervertissent la notion de laïcité de la France.

La République, dans son esprit laïc, n’a aucune nécessité de construire des lieux de cultes.

Madame Cayeux qui, déjà en son temps, a mis en place des créneaux horaires réservés aux femmes dans les piscines municipales continue donc à promouvoir le communautarisme à outrance dans la ville de Beauvais ceci bien évidemment à des fins purement électoralistes.

Les Beauvaisiens apprécieront !

76 – Le FN vise les sénatoriales

Article du Paris Normandie
PN-16:09

 

Déchoir les djihadistes binationaux de leur nationalité pour protéger les Français !

nicolas_bay_1Communiqué de presse de Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National Député français au Parlement européen

Le Ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve présente aujourd’hui devant l’Assemblée Nationale le projet de loi destiné à renforcer la lutte contre le djihadisme. Un projet de loi s’inscrivant toujours dans la même logique : tenter d’empêcher les islamistes de quitter le territoire pour aller s’engager en Irak ou en Syrie, alors qu’il serait pourtant beaucoup plus important de se prémunir contre leur retour. D’autant plus que dans le même temps, le Ministre évoque la présence effective de 350 djihadistes « français » sur place. Un chiffre qui semble d’ailleurs « optimiste » puisque l’universitaire Fabrice Balanche, directeur du Groupe de Recherches et d’Études sur la Méditerranée et le Moyen-Orient, évoque pour sa part 2 000 djihadistes partis de France opérer en Irak et en Syrie.

En matière de renforcement de la sécurité face aux risques djihadistes, l’action de l’État devrait se concentrer dans deux directions : lutter contre le communautarisme et la propagande des groupes islamistes sur notre territoire, et empêcher le retour des djihadistes en France notamment par la déchéance de la nationalité française pour ceux d’entre eux qui sont binationaux.

On ne freinera pas l’avancée de l’islamisme sur notre territoire sans stopper l’immigration massive qui alimente le communautarisme, et sans en finir avec le laxisme (et parfois le clientélisme électoral) envers les associations et organisations radicales à l’œuvre en France. La menace terroriste ne pourra en effet être écartée que si le problème est traité en amont.

Alors que les Pays-Bas et le Royaume-Uni s’apprêtent à mettre en œuvre des lois permettant la déchéance de la nationalité pour leurs ressortissants engagés dans des groupes djihadistes, le gouvernement se refuse toujours à cette option. Il s’agit pourtant d’une mesure de bon sens, permettant non seulement de protéger la France et les Français mais aussi d’affirmer clairement que l’on ne peut se prétendre Français tout en participant aux exactions de groupes comme l’État Islamique ou en partageant leurs idées !

Élections sénatoriales : le Front National présent dans tous les départements !

Michel GuiniotCommuniqué de presse de Michel GUINIOT, Délégué National aux collectivités territoriales Directeur national de la campagne des élections sénatoriales Membre du Bureau Politique

Le Front National sera présent lors du scrutin du 28 septembre prochain, dans les 59 départements de France métropolitaine concernés par le renouvellement de la haute assemblée.

L’intégralité des candidatures et des listes Front National / Rassemblement Bleu Marine ont été déposées et enregistrées dans les préfectures.

Les grands électeurs pourront utiliser le bulletin de vote des candidats ou des listes « Bleu Marine pour la défense de nos villes et de nos villages » pour envoyer un message fort et clair à l’UMPS et aussi faire part de leur espoir d’un changement radical de politique que seul porte aujourd’hui le mouvement de Marine LE PEN.

Journalisme inféodé : le CSA dénonce les méthodes honteuses de Direct 8 et du groupe Canal +

Briois

Communiqué de presse de Steeve Briois, Secrétaire général du Front National

Dans une décision datée de ce jour, le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel met en garde Direct 8 et les méthodes utilisées pour ses reportages, suite à la diffusion d’un numéro d’Enquête d’actualité. Le CSA relève ainsi qu’ « une partie importante du reportage a été tournée en caméra cachée dans des lieux et au cours de moments privés. L’utilisation de ce procédé dans ces conditions, qui plus est par un journaliste usant d’une fausse identité, ne peut se justifier que par la nature des informations que la chaîne entend porter à la connaissance du public. »

L’autorité administrative indépendante ajoute : « le Conseil a relevé également que certaines personnes de l’entourage du candidat, filmées durant plusieurs semaines en caméra cachée, étaient tout à fait identifiables et n’ont pas fait l’objet d’un floutage, de même que les locaux du siège de campagne. Il considère dans ces conditions que D8 a méconnu les dispositions de l’article 2-3-8 de sa convention qui prévoient que « le recours aux procédés permettant de recueillir des images et des sons à l’insu des personnes filmées ou enregistrées doit être limité aux nécessités de l’information du public. Il doit être restreint aux cas où il permet d’obtenir des informations difficiles à recueillir autrement. Le recours à ces procédés doit être porté à la connaissance du public. Les personnes et les lieux ne doivent pas pouvoir être identifiés, sauf exception ou si le consentement des personnes a été recueilli préalablement à la diffusion de l’émission ».

Ce faisant, les méthodes barbouzardes et le manque de déontologie de l’animateur Guy Lagache sont dénoncés officiellement. Il est donc clair que l’émission, loin de toute neutralité, était un outil de propagande politique sous prétexte d’information. Guy Lagache doit démissionner, le groupe Canal + et D8 doivent en finir avec leurs procédés abjects. La plainte de Steeve Briois, directement concerné par les méthodes dénoncées par le CSA, est devant le procureur. Il attend bien évidemment de la part du groupe Canal + des excuses et espère que les juridictions pénales iront dans le sens de cette décision.

Un patron de TPE sur deux estime que le FN est le parti le plus proche des Français

e716c1f76dc31c523601fb1ce446a30b67ea5561Le Front national serait le parti le plus proche des Français pour près de 50% des patrons de très petites entreprises (TPE), selon un sondage Ifop pour la société Fiducial, publié ce lundi.

Avec 49% de réponses positives, le parti de Marine Le Pen devance nettement l’UMP (32%) et le Parti socialiste (17%) chez les patrons de TPE, indique Fiducial dans son communiqué. Ils sont également 24% à considérer que le FN « possède des dirigeants de qualité », soit plus que le PS (23%), mais moins que l’UMP (35%).
Toutefois, le parti d’extrême droite arrive bon dernier lorsqu’on interroge les dirigeants de TPE sur sa capacité à « redresser le pays ». Avec 15% de réponses positives, le FN fait moins bien que le PS (19%), l’UDI (33%) et l’UMP (41%).

« Niveau de corruption important »

L’enquête de l’Ifop révèle également une « défiance généralisée à l’égard de la République et de ses institutions », en particulier des partis politiques : seuls 9% des patrons de TPE leur font confiance, alors que 85% jugent qu’ils « échouent dans leur mission d’amélioration de la situation du pays ».
55% des patrons de TPE pensent que « la démocratie française ne fonctionne pas bien » et 73% à juger « le niveau de corruption important ». Dans ce contexte, ils sont également 55% à exprimer « un sentiment de révolte » et 30% « un sentiment de résignation ».

« Les patrons de TPE (…) crient leur incompréhension et leur sentiment d’abandon vis-à-vis d’une classe politique trop éloignée de leurs problèmes et des intérêts économiques de la France », analyse Jean-Marc Jaumouillé, directeur des techniques professionnelles de Fiducial, cité dans le communiqué.

Source : La Dépêche du Midi

«Méritocratie» : Suppression de la bourse pour les bacheliers avec mention «très bien». «L’égalitarisme l’a emporté sur le mérite»

Addendum 14 09 : Jean-Marcel Bouguereau, rédacteur en chef au Nouvel Observateur, s’indigne de cette supppression.

Rappel :

Environ 20% des Agathe, Gabrielle ou Apolline candidates en 2014 ont obtenu une mention «Très bien». Contre 2% des Mégane, Dylan et Jordan. Le Figaro

L’égalitarisme l’a emporté sur le mérite. L’élitisme républicain battu en brèche. Et le pire, c’est que Najat Vallaud-Belkacem, elle-même produit de cet élitisme républicain, justifie cette mesure avec une langue de bois très entraînée par deux ans comme porte-parole du gouvernement : « Dans un cadre budgétaire contraint, il y a des choix à faire », affirme-t-elle.

Au lieu de ça, on va attribuer des bourses sur le seul critère de ressources, y compris à ceux qui font faire du tourisme quelques années en fac !

La contrainte budgétaire ? Cette mesure allouée ne concernait chaque année que 7.000 élèves pour un montant total de 1.800 euros, versés sur dix mois et s’ajoutant, comme un bonus, au montant de leur bourse ! [...]

La jeune française Myriam Bourhail, fille d’un ouvrier marocain immigré, qui a obtenu la meilleure note de France au bac avec, oui, 21,03 de moyenne, mieux que 20 grâce aux options, ne mérite-t-elle pas, par rapport à un bachelier lambda, ce coup de pouce supplémentaire de 1.800 € par an ? [...]

Le Nouvel Obs


L’année dernière, le gouvernement a supprimé la bourse au mérite pour les nouveaux bacheliers. Les premiers concernés par cette mesure viennent d’être diplômés. A droite, c’est l’indignation.

Le ministère, lui, rappelle une «suppression progressive programmée», «inscrite dans la loi de finances 2014», et met en avant une «priorité aux aides sociales», rappelant les 458 millions d’euros débloqués sur trois ans à ces fins.

Droite et gauche se disputent la méritocratie. Avec les derniers résultats du baccalauréat 2014, l’opposition revient sur une mesure prise par le gouvernement l’année dernière : la suppression de la bourse au mérité pour les nouveaux titulaires du bac avec une mention «très bien».

C’en est (presque) fini de la bourse au mérite, cette récompense instaurée en 2009 par Valérie Pécresse et attribuée aux boursiers décrochant leur baccalauréat mention «Très bien». Plus de 8.000 nouveaux étudiants étaient concernés chaque année, et recevaient 1.800€ par an, en plus de leur bourse sur critères sociaux, dans la majorité des cas pendant 2 ou 3 ans. Un dispositif similaire existait également pour les meilleurs étudiants en fin de licence, qui pouvaient bénéficier du dispositif pour la durée de leur master.

Et cette mesure scandalise dans les rangs de la droite. Yves Jégo, député UDI et candidat à la présidence de son parti «demande au gouvernement de rétablir les bourses pour les enfants de familles modestes ayant obtenu une mention TB au bac», fait-il savoir. De son côté, Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne s’indigne également et y voir une «mesure profondément idéologique».

«C’est une erreur fondamentale», insiste également le député UMP Eric Ciotti. «La bourse au mérite est l’expression de la méritocratie républicaine et la reconnaissance de l’excellence. Elle doit être maintenue», poursuit le filloniste.

Comme l’expliquait Le Figaro Etudiant, l’exécutif est discrètement revenu sur cette récompense mise en place par Valérie Pécresse en 2009. Le principe? Une bourse était attribuée aux étudiants de familles modestes, décrochant leur baccalauréat avec la mention «Très bien». Une somme de 1.800€ par an, sur critères sociaux. La suppression de cette bourse avait connu quelques turbulences. Annoncée dans un premier temps après les résultats du bac 2013, elle avait été repoussée. Puis maintenu, sans communication particulière.

Le Figaro 1 ; 2

En Europe, les patriotes ont le vent en poupe

Flamme-FN-blanche-1

Communiqué de presse du Front National

Le Front National se réjouit de la percée en Allemagne de l’AFD, mouvement patriotique et eurocritique, qui, avec 10,6 % aux élections régionales en Thuringe et plus de 12,2 % dans le Land du Brandebourg, bouscule ce qui semblait être l’indéboulonnable confortable compromis outre-Rhin.

Le Front National salue également la progression spectaculaire des Démocrates suédois, qui avec 12,9 % a presque triplé son résultat des dernières élections législatives de 2010.

La progression des forces patriotiques partout en Europe est un signal clair à destination des mondialistes et d’une Union européenne qui sombre un peu plus dans le déni fédéraliste et l’échec économique et social.

92- Dîner de rentrée du FN 92 avec Nicolas BAY

Le 23 septembre prochain, la fédération des Hauts-de-Seine recevra Nicolas Bay à dîner sur l’Ile St Germain entre Boulogne-Billancourt et Issy les Moulineaux.

Opérations militantes à partir de 18h00
Dîner à partir de 19h45
Entrée+Plat+Dessert 20 €
Envoyez vos chèques (avec vos coordonnées) à :

 

Permanence du FN RBM
80,avenue Edouard Vaillant
92100 Boulogne-Billancourt

Renseignements et pré-inscriptions 01.46.03.92.92. ou [email protected]

Invitation Dîner 23 septembre Nicolas Bay

 

Propositions du Medef : ringardise, mensonge et régression

Florian-Philippot

Communiqué de presse de Florian Philippot

Les « propositions choc » du Medef promettant la création d’un million d’emplois illustrent l’absence totale d’imagination du grand patronat. Elles sont en effet d’une absolue ringardise : suppression de jours fériés, 39h payées 35, baisse du SMIC, etc. Comme toujours, les propositions du Medef ne visent qu’à détricoter le modèle social français. Cent fois formulées, elles font écho au vide sidéral de propositions et d’idées de l’UMPS.

La promesse du million d’emplois relève quant à elle du marketing le plus ridicule, et même le plus indécent, alors que cette promesse avait déjà été formulée pour faire accepter le Pacte de Responsabilité, avec les résultats qu’on connaît…

C’est la fameuse carotte agitée au nez et à la barbe des Français, qui s’éloigne sans cesse, tandis que pleuvent sur leur tête les coups bien réels de bâton : augmentation massive des impôts et taxes, baisse des prestations sociales, gel des retraites, des salaires, des traitements, etc.

Par ces fausses propositions, le Medef n’est que le porte-parole caricatural des partis au pouvoir soumis à la logique destructrice de l’Union européenne.

Il ressasse alors que notre pays a besoin d’imaginer de nouvelles pistes de sortie de crise : patriotisme économique, politique monétaire nationale plus efficace, protectionnisme intelligent, soutien massif aux PME et PMI.

A Nîmes, l’UMP célèbre les zones de non droit interdites aux élus FN

fn-gard-ok1Communiqué de presse du Front National du Gard

Ce jour, alors qu’ils assistaient dans le cadre de leurs fonctions d’élus aux fêtes de quartiers organisées par la Ville dans chaque quartier de Nîmes sans exception, Yoann Gillet, Henriette Doyen et Bernard Monréal, élus du Front National à Nîmes, ont été pris à partie à la ZUP de Valdegour où le groupe FN avait dénoncé il y a quelques semaines les nombreuses subventions tendant à acheter la paix sociale versées par la municipalité UMP.

Alertés par les élus FN, les élus de la majorité UMP présents (Richard Tibérino et Laurent Burgoa notamment) et des associatifs ont demandé aux élus FN menacés physiquement qui refusaient de quitter les lieux de la « fête de quartier » de partir immédiatement car ils n’étaient pas en mesure d’assurer leur sécurité, de nombreux jeunes du quartier commençant à se regrouper grâce aux téléphones portables selon eux pour les faire partir.
Dans notre ville préfecture (de 140 000 habitants), les élus UMP ont également indiqué qu’à 16h un samedi seuls deux policiers municipaux allaient arriver sur place et qu’ils ne pourraient rien faire pour leur sécurité.

Le Front National Nîmes constate une fois de plus que tout ce qu’il dénonce est une réalité. Non seulement la majorité municipale achète la paix sociale par les subventions et des aides indirectes aux cultes dans ces quartiers mais des bandes organisées y font tout de même la loi avec le silence des élus majoritaires qui laissent impunément des bandes menacer physiquement des élus dont une élue âgée de 70 ans.

Cette fête de quartier de Valdegour est la célébration par l’UMP des zones de non droit qu’elle encourage et laisse proliférer.

Les 3 élus FN vont chacun déposer plainte individuellement ce jour, considérant qu’ils ont été menacés dans l’exercice de leurs fonctions et que leur liberté d’aller et venir n’a pas été assurée.

Le Front National demande par ailleurs au Sénateur-Maire Jean-Paul Fournier de condamner immédiatement et sans réserve ces événements, de présenter aux élus FN ses excuses pour l’attitude lâche des élus de sa majorité et de cesser d’acheter la paix sociale pour un résultat médiocre.
À quoi sert-il de se venter d’avoir une des polices municipales les plus importantes de France si c’est pour demander à des élus ou des citoyens de quitter certains quartiers réservés désormais à la loi des bandes car cette police n’est « pas en effectif suffisant et ne peut rien faire » selon la majorité municipale ?

Haut de page